l’annexe K

jeudi 2 juillet 2020
par  Michel DECOBERT
popularité : 29%

Chapitre K

Assurances

K-I-La commission assurance ..........................................................................................................................................................K-I-3

1 – Historique de la commission Assurance - Son rôle ............................................................................................................................................. K-I-3

2 – Les textes ............................................................................................................................................................................................................ K-I-3

2.1 – Loi n° 2000-627 du 6 juillet 2000 modifiant la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative àl’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives...............................................K-I-3

2.2 – Les articles du Code civil ........................................................................................................................................................................................................................................................K-I-4

3 – Les responsabilités et l’assurance des groupements sportifs .............................................................................................................................. K-I-4

3.1 – La responsabilité civile ...........................................................................................................................................................................................................................................................K-I-4

3.2 – La responsabilité pénale ........................................................................................................................................................................................................................................................K-I-5

4 – Les obligations des groupements sportifs ........................................................................................................................................................... K-I-6

4.1 – L’arrêt de la Cour d’appel de Dijon du 22 juin 1995 ...............................................................................................................................................................................................................K-I-6

4.2 – L’arrêt de la Cour de cassation du 13 février 1996 .................................................................................................................................................................................................................K-I-6

5 – Les assurances souscrites par la FFS au profit de ses membres........................................................................................................................ K-I-6

5.1 – Comment les contrats ont-ils été conçus ? ............................................................................................................................................................................................................................K-I-6

5.2 – Les deux contrats existants ....................................................................................................................................................................................................................................................K-I-7

6 – Le contrat « groupe » - responsabilité civile et les extensions de garantie - individuelle accidents - recherche et sauvetage ............................ K-I-7

6.1 – Qui est assuré ? ....................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-7

6.2 – Les activités assurées ............................................................................................................................................................................................................................................................K-I-8

6.3 – La garantie responsabilité civile et défense recours, les extensions de garantie, les exclusions, l’étendue géographique - Le montant des garanties responsabilité civile ........................K-I-9

6.4 – L’individuelle accident, les frais de rapatriement, de recherche et sauvetage, l’étendue géographique ............................................................................................................................... K-I-11

6.5 – Recherche et sauvetage ......................................................................................................................................................................................................................................................K-I-14

7 – Que faire en cas d’accident ? ............................................................................................................................................................................ K-I-15

7.1 – La déclaration - Les documents à fournir .............................................................................................................................................................................................................................K-I-15

7.2 – Comment est géré le dossier ? ............................................................................................................................................................................................................................................K-I-15

7.3 – L’accident grave ..................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-16

8 – Le contrat « groupe » locaux des clubs, CDS, régions, Spéléo-secours............................................................................................................ K-I-20

Responsabilité civile accident.......................................................................................................................................................................................................................................................K-I-20

Responsabilité civile incendie.......................................................................................................................................................................................................................................................K-I-20

8.1 – Ce qu’il garantit....................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-20

8.2 – Comment souscrire et déclarer un dommage ?....................................................................................................................................................................................................................K-I-20

8.3 – Particularités en cas de vol...................................................................................................................................................................................................................................................K-I-21

8.4 – Particularités en cas de dégâts des eaux..............................................................................................................................................................................................................................K-I-21

8.5 – Particularités en cas de catastrophe naturelle......................................................................................................................................................................................................................K-I-21

9 – La jurisprudence existante................................................................................................................................................................................. K-I-22

9.1 – En matière de spéléologie....................................................................................................................................................................................................................................................K-I-22

9.2 – La jurisprudence dans d’autres disciplines............................................................................................................................................................................................................................K-I-24

9.3 – La jurisprudence se rapportant à l’assurance.......................................................................................................................................................................................................................K-I-25

10 – La responsabilité des propriétaires de cavités................................................................................................................................................. K-I-26

11 – Les risques spéciaux........................................................................................................................................................................................ K-I-27

11.1 – Les travaux acrobatiques....................................................................................................................................................................................................................................................K-I-27

11.2 – Le guidage..........................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-27

12 – Conclusion....................................................................................................................................................................................................... K-I-27

13 – Adresses utiles................................................................................................................................................................................................. K-I-27

La commission Assurance.............................................................................................................................................................................................................................................................K-I-27

Notre courtier.................................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-27

Notre assureur...............................................................................................................................................................................................................................................................................K-I-27

K-II- Annexe A.....................................................................................................................................................................................K-II-1

K-III- Annexe B ..................................................................................................................................................................................K-III-1

K-IV- Annexe C ..................................................................................................................................................................................K-IV-1

ASSURANCE DES LOCAUX CLUBS - CDS – REGIONS – LIGUES- SSF...........................................................................................................K-IV-6

K-V- Annexe D ....................................................................................................................................................................................K-V-1

K-VI- Annexe E ..................................................................................................................................................................................K-VI-1

K-VII- Annexe F ................................................................................................................................................................................K-VII-1

INFORMATIONS ASSURANCE .............................................................................................................................................................................K-VII-1

MODÈLE DE DÉCHARGE À FAIRE SIGNER À L’ADHÉRENT D’UN CLUB QUI REFUSE L’ASSURANCE FFS,................................................K-VII-2

MODÈLE DE DÉCHARGE QU’UN PRÉSIDENT DE CLUB DOIT ADRESSER À LA FFS QUAND IL A FAIT LE CHOIX D’UNE AUTRE ASSURANCE

K-VIII-Annexe G...............................................................................................................................................................................K-VIII-1

COUPONS D’INITIATION ET INITIATION DE MASSE COMMENT LES UTILISER..............................................................................................K-VIII-2

MODELE D’IMPRIME À UTILISER DÉCLARATION D’UNE MANIFESTATION OU OPÉRATION « INITIATION DE MASSE »........................K-VIII-3

VOUS PARTEZ EN EXPÉDITION À L’ÉTRANGER : COMMENT ÊTES VOUS ASSURÉ.....................................................................................K-VIII-5

ORGANISATION DE CONGRES - RÉUNIONS - ASSEMBLÉES GÉNÉRALES - MANIFESTATIONS DIVERSES COMMENT ETES VOUS ASSURES.......................................................................................................................

.................................................................................................K-VIII-6

MANIFESTATION SPORTIVE ET RAVE PARTY...................................................................................................................................................K-VIII-7

K-IX-Les responsabilités de l’employeur........................................................................................................................................K-IX-1

1 – Envers les tiers...................................................................................................................................................................................................K-IX-1

2 – Envers les salariés.............................................................................................................................................................................................K-IX-3

3 – Envers les personnes extérieures à l’association qui participent à une activité dans le cadre de la découverte et/ou de l’initiation.................K-IX-5

4 – La responsabilité pénale....................................................................................................................................................................................K-IX-5

5 – Le véhicule utilisé par le préposé.......................................................................................................................................................................K-IX-5

K-X-Annexe 1 - Tableau synoptique de la responsabilité................................................................................................................K-X-1

K-XI-Annexe 2 - Articles du code de la sécurité sociale.................................................................................................................K-XI-1

K-XII-Annexe 3 - Exemple des conséquencesde la faute inexcusable de l’employeur..............................................................K-XII-1

K-XIII-Annexe 4 - Exemples de clauses d’usage d’un véhicule...................................................................................................K-XIII-1

Quelques exemples de clauses d’usage d’un véhiculeconseillées pour un salarié d’EDS.....................................................................................K-XIII-1

Clauses a proscrire car ne correspondant pas a l’usage d’un animateur d’EDS....................................................................................................K-XIII-2

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-3

La commission assurance

K-I-La commission assurance

1 – Historique de la commission Assurance - Son rôle

Elle existe sous sa forme actuelle depuis 1977 mais a commencé à fonctionner en octobre 1974. À cette époque elle était

gérée par le trésorier de la FFS qui avait en charge uniquement un contrat couvrant les dirigeants de la fédération et les individuels.

Les clubs faisaient leur affaire personnelle de leur propre assurance essayant tant bien que mal de gérer un tel dossier. D’où

des disparités qui engendraient de nombreuses difficultés.

L’idée qui a prévalu dès 1976 a été que la FFS bâtisse son propre contrat, en fonction de ses besoins, de ceux de ses adhérents

et des risques encourus. Il fallait un contrat adapté à la spéléologie, aux activités qui s’en rapprochent et à toutes les

structures fédérales. Un contrat évolutif, dans la gestion duquel la FFS soit totalement impliquée.

Ce contrat a été bâti sur mesure dans son intégralité par des personnes connaissant à la fois la pratique de la spéléologie et

les techniques d’assurances. Il n’a pas fait l’objet de démarchage, c’est-à-dire qu’il n’a pas été proposé. C’est au contraire la

FFS qui a choisi son intermédiaire et son assureur en fonction des réponses qu’elle a obtenues face à ses demandes.

Une des conditions essentielles était que nos futurs partenaires acceptent que nous participions à la gestion de notre propre

risque dans tous les domaines. C’est ainsi que nous sommes totalement impliqués dans le suivi des accidents, depuis la déclaration

jusqu’au règlement. Depuis 1977, la commission a traité plus de 2 000 dossiers.

Cela a permis de mettre en place tant avec notre courtier Aon que les gestionnaires d’Axa Courtage un climat de confiance et

un véritable partenariat qui va bien au-delà de la simple formule « assuré/assureur ».

Au fil des ans des contrats complémentaires ont vu le jour : locaux des clubs, groupe auto.

La gestion rigoureuse, mais juste, des accidents a permis de bénéficier durant de nombreuses années de ristournes de la part

de notre assureur, apportant ainsi de nouveaux moyens financiers à la FFS.

La commission a participé aussi à la mise en place du contrat des professionnels et de celui des travaux acrobatiques.

Elle participe enfin à de nombreux travaux d’ordre juridique et élabore elle-même des études de jurisprudence se rattachant

au monde sportif.

Cette nouvelle mise à jour du cahier est l’aboutissement des travaux de la commission dans sa forme actuelle.

La masse de travail qui est demandée ne permet plus à une personne seule d’assumer toutes ces responsabilités. Dans les

mois à venir la commission va se transformer, se restructurer et son nouveau mode de fonctionnement devra être opérationnel

à la fin du mandat de l’actuel responsable qui clôturera ainsi sa trentième année au service de la FFS, dont cinq à la présidence.

Enfin les relations étroites qui existent entre AON, notre courtier, et nous-mêmes ont permis pour la première fois la signature

d’un contrat de partenariat.

2 – Les textes

2.1 – Loi n° 2000-627 du 6 juillet 2000 modifiant la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative àl’organisation

et à la promotion des activités physiques et sportives

La responsabilité des associations et clubs sportifs est très spécifique.Cette nouvelle loi apporte quelques modifications et

ajouts au dispositif de l’obligation d’assurance de responsabilité civile.

Néanmoins, il ne s’agit pas d’une réforme mais d’un simple toilettage de la loi antérieure, tout au moins dans le domaine de

l’assurance.

Article 37 (L. n° 2000-627, 6 juillet 2000, art. 30) « Les groupements sportifs souscrivent pour l’exercice de leur activité un

contrat d’assurance couvrant leur responsabilité dans les conditions définies au 3° alinéa du présent article... »

Ces « garanties » d’assurance couvrent la responsabilité civile du groupement sportif, de l’organisateur, de leurs préposés et

celles des pratiquants du sport. « Les licenciés et pratiquants sont considérés comme tiers entre eux » .

Cette dernière disposition qui était prévue dans un texte réglementaire est désormais légalisée.La loi ne précisant aucun

montant de garanties celles-ci sont définies par voie contractuelle avec l’assureur choisi.

Les sanctions pénales pour ceux qui contreviennent à ces dispositions sont confirmées et même aggravées.

Ainsi peuvent être punis de six mois d’emprisonnement et d’une amende de 7 610 € (l’ancienne rédaction prévoyait une peine

d’amende et/ou d’un emprisonnement d’un an) : les responsables d’associations...

L’ assurance personnelle des pratiquants fait l’objet d’apports dans la nouvelle loi. L’obligation d’information est renforcée, en

revanche l’obligation de mise à disposition de formules de garanties est supprimée.Les dispositions prévues par la nouvelle

loi sont de deux ordres :

- Obligation d’information et notamment l’intérêt des adhérents à souscrire un contrat d’assurance de personnes. La charge

de la preuve de cette information incombant à l’association et ses dirigeants selon la jurisprudence.

Par intermédiaire il faut entendre : courtier ou agent général. La FFS a traité avec un courtier.

Par assureur il faut entendre : société d’assurance.

03/10/2005

Le Mémento du dirigeant

K-I-4 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

- La proposition doit être formulée dans un document qui doit porter mention du prix de l’adhésion, de son caractère non obligatoire

et de la possibilité de souscrire des garanties individuelles complémentaires. À ce document doit être jointe une notice

établie par l’assureur.

L’assurance pertes de salaire ou de revenu n’est pas toujours prévue dans le cadre des garanties générales souscrites par les

fédérations et les associations. Elle est souvent souscrite séparément et proposée à un tarif particulièrement élevé.

2.2 – Les articles du Code civil

Dans le cadre de la responsabilité civile, les articles 1382 à 1386 peuvent être invoqués .

Suivant les circonstances de l’événement la faute est soit à prouver, soit tout simplement présumée.

En retenant la responsabilité de deux clubs sportifs (Cass. 2° Ch. civile, 22 mai 1995) du fait de leurs membres sur le fondement

de l’article 1385 al. 5 CC (responsabilité de commettant), la Cour de cassation a élargi l’éventail des responsabilités du

fait d’autrui.

Ces deux arrêts ont fait écrire à des chroniqueurs juridiques « La responsabilité civile des clubs sportifs du fait de leurs sociétaires

vise l’ensemble des clubs, y compris amateurs. Compte tenu de cette nouvelle règle jurisprudentielle on ne saurait trop

inviter les associations sportives à vérifier l’étendue de leur assurance… ».

Il y a très peu de jurisprudence en matière de spéléologie, c’est donc par rapprochement avec d’autres disciplines que certaines

situations seront examinées.

Les responsabilités et l’assurance concernant les locaux occupés seront évoquées dans le chapitre correspondant.

3 – Les responsabilités et l’assurance des groupements sportifs

Après avoir évoqué les différents textes qui nous régissent tant au niveau de l’obligation d’assurance que de la responsabilité

civile, il nous faut maintenant entrer plus concrètement dans ces différents domaines.

3.1 – La responsabilité civile

Les activités d’une association (notamment sportive) l’exposent à des risques importants susceptibles d’engager sa propre

responsabilité, celle de ses dirigeants ou celle de ses membres adhérents.

La responsabilité civile est l’obligation légale qui incombe à une personne de réparer le dommage causé à autrui. La loi du

6 juillet 2000 reprend le dispositif de la précédente avec quelques ajouts (voir ci-dessus). Les groupements sportifs doivent

souscrire pour « l’exercice de leur activité » une assurance couvrant leur responsabilité. Cette obligation concerne aussi bien

les activités liées au fonctionnement administratif que celles liées à l’activité sportive et notamment :

- pratique de l’activité sportive, y compris l’entraînement ;

- organisation de manifestations sportives ;

- conduite d’actions de formation, de perfectionnement, etc.

La mise en oeuvre « d’activités extra-sportives » ne relève pas de l’obligation d’assurance sportive. Néanmoins le contrat FFS

a prévu dans le sens le plus large ces activités .

Sur un plan général on peut dire qu’actuellement les deux risques essentiels encourus par les dirigeants d’une association

spéléologique sont :

- l’obligation d’information en matière d’assurance ;

- l’organisation des sorties et leur encadrement, notamment quand il y a des débutants.

Il reste un autre aspect de la responsabilité, il s’agit de celle que nous pouvons engendrer les uns vis-à-vis des autres durant

notre activité. La loi du 6 juillet 2000 renforce la disposition concernant l’obligation pour les contrats d’assurance souscrits de

contenir une clause précisant que nous sommes tiers entre nous.

Ce qui ne veut pas dire que nous sommes systématiquement responsables de l’accident que l’on provoque involontairement,

chutes de pierres sur un co/participant par exemple dans une escalade ou dans un puits.

Dans un arrêt rendu le 24/04/03 la Cour de cassation a confirmé que : « un grimpeur n’est responsable du détachement

d’une pierre que s’il acquiert sur celle-ci un pouvoir d’usage, de contrôle et de direction effectif et indépendant caractérisant

la garde ».

Les tribunaux apprécient cette responsabilité en fonction du caractère plus ou moins dangereux du sport pratiqué. La théorie

de l’acceptation des risques est diversement appréciée et la jurisprudence a évolué.

À la suite d’un accident survenu au cours d’une activité équestre, la Cour d’appel de Paris a estimé que la pratique d’une telle

activité à titre de loisir impliquait une acceptation présumée du risque...

Le fait que l’accident se soit déroulé pendant la pratique d’un sport de loisir et non pas d’un sport de compétition n’a pas été pris

en compte par la Cour pour effacer l’application de la théorie de l’acceptation des risques. (CA Paris 17° ch., 13 mai1998).

Les garanties proposées dans le contrat FFS prévoient automatiquement la perte de salaire ou de revenu.

Les textes de ces articles figurent en annexe B.

Voir infra chapitre 6 l’étude du contrat FFS.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-5

La commission assurance 03/10/2005

Il est admis que la violation des règles d’une discipline sportive est génératrice de responsabilité civile uniquement si elle

constitue une maladresse caractérisée, une brutalité volontaire ou un coup déloyal (CA Orléans 1° ch., 22 juillet 1997).Mais

dans certains cas la responsabilité peut aller beaucoup plus loin.

Il a été reproché par exemple à un moniteur d’un stage de parapente de ne pas avoir pris en considération l’état physique et

psychologique d’une stagiaire avant son premier saut (Cass. 1° civ., 5/11/96). Cette jurisprudence pourrait fort bien s’appliquer

à un stage canyon par exemple.

Ces points seront plus largement évoqués dans le chapitre 9 « La jurisprudence existante » par l’étude de cas concrets permettant

de mieux appréhender les situations.

3.2 – La responsabilité pénale

La responsabilité pénale vise à sanctionner une personne (ou une association) qui commet une infraction, c’est-à-dire qui

enfreint une règle de droit destinée à protéger la société.Cette responsabilité suppose la commission d’un acte expressément

interdit par les lois répressives.

3.2.1 – ...des personnes morales

À l’origine, la responsabilité pénale avait été conçue exclusivement pour des personnes humaines. Avec la mise en vigueur

du nouveau Code pénal le 1er mars 1994, les personnes morales, à l’exclusion de l’État, sont responsables pénalement dans

les cas prévus par la loi ou le règlement (art. 121-2).

Tous les types de groupements sont désormais responsables pénalement, « sociétés, associations, syndicats, etc. ».

Le législateur a posé le principe que les personnes morales sont responsables pénalement des infractions commises « pour

leur compte par leurs organes ou représentants » sans que cette responsabilité puisse exclure celle des personnes physiques

auteurs ou complices des mêmes faits.

Deux principaux cas de figure permettent la mise en cause de la responsabilité pénale d’une personne morale.

Dans le premier cas, nous citerons le vol, l’escroquerie, l’abus de confiance.

Le deuxième cas, concerne directement nos activités. En cas d’infraction d’omission, de négligence ou d’infraction matérielle

qui est constituée, soit en l’absence d’intention délictueuse (homicide involontaire), soit en l’absence d’un acte de commission

(non respect d’une obligation de sécurité), la responsabilité pénale de la personne morale pourra être engagée sans que soit

mise en cause une personne physique.

C’est dans cette dernière hypothèse que notre responsabilité pourrait être le plus souvent recherchée.

Les peines encourues

Le législateur a prévu la possibilité de sursis à l’exécution des peines, leur aggravation en cas de récidive et la création d’un

casier judiciaire des personnes morales.

Ce sont surtout les amendes qui peuvent nous concerner. Ces amendes peuvent aller jusqu’au quintuple des amendes applicables

aux personnes physiques et peuvent être décuplées en cas de récidive.

Parmi les autres sanctions certaines peuvent porter directement atteinte à la raison d’être de la personne morale c’est-à-dire

à son activité. La peine la plus grave est la dissolution.

3.2.2 – ...des personnes physiques

De la même façon, les personnes physiques peuvent faire l’objet de poursuites pénales .

Le terrain le plus délicat pour nous est sans conteste celui de la sécurité.

Dans un jugement rendu le 9 février 1995 par le Tribunal correctionnel de Marseille, le président de la section Île-de-France du

Club alpin français a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve durant 3 ans au motif :

« qu’il a incontestablement commis une imprudence en confiant l’encadrement d’un stage d’escalade à un animateur dont la

qualification et la compétence étaient notoirement insuffisantes... » .

Récemment au retour d’une sortie d’initiation spéléologique dirigée par deux brevetés d’État, une jeune pratiquante a glissé

sur le chemin d’accès dans un passage délicat. Après avoir glissé le long d’une pente à 70 % elle est tombée dans un torrent

et s’est noyée.

Les juges ont retenu la responsabilité tant pénale que civile des deux brevetés au motif que :

« Au regard de la dangerosité du passage, des précautions particulières prises à l’aller auraient dû être prises au retour

[…}l’inaccomplissement de ces modalités d’encadrement et de parade, qui auraient permis d’éviter le drame constitue à lui

seul, pour des accompagnateurs brevetés d’État, une attitude fautive ayant concouru de manière directe et certaine à la réalisation

de l’accident. »

Dans une telle situation, notre assureur interviendrait pour prendre en charge la défense de la ou des personnes faisant l’objet

de poursuite, dans le cadre de la garantie « défense et recours » de notre contrat mais en aucun cas pour le paiement de

l’amende qui reste légalement « inassurable ».

À la suite du décès d’un spéléologue entraîné semble-t-il dans une aventure au-dessus de ses moyens, deux spéléologues ont été condamnés

par le TGI de Besançon le 10/6/98 à une peine de prison avec sursis et au versement de dommages et intérêts. (Voir infra chapitre 9)

Cet arrêt fera l’objet d’un développement plus important au chapitre 9 « La jurisprudence existante ». Les personnes condamnées dans

cette affaire ont interjeté appel de la décision. La Cour d’appel d’Aix, dans un arrêt rendu le 16/1/98 a mis hors de cause les administratifs et

retenu la seule responsabilité de la personne qui encadrait.

Le Mémento du dirigeant

K-I-6 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

4 – Les obligations des groupements sportifs

Depuis la rédaction du premier cahier, les décisions de justice concernant les obligations des groupements sportifs en matière

d’information assurance se sont multipliées donnant de plus en plus d’importance à cet aspect des responsabilités que nous

encourrons.

Nous l’avons vu, les groupements sportifs ont l’obligation d’informer leurs adhérents et de remettre une notice. Le licencié a la

possibilité de refuser de souscrire au contrat. C’est là que réside toute l’ambiguïté.

4.1 – L’arrêt de la Cour d’appel de Dijon du 22 juin 1995

À la lecture de cet arrêt, il ressort qu’un club (et ses dirigeants) peuvent être rendus responsables du défaut d’assurance d’un

licencié durant une activité sportive .

Cette décision qui semble être passée inaperçue est pourtant d’une portée non négligeable dans la mesure où elle conduit

désormais les dirigeants d’association à exiger de leurs membres qui auraient refusé de souscrire au contrat de groupe

proposé, une attestation d’assurance précisant que les garanties souscrites permettent la pratique de la spéléologie, voire

éventuellement l’encadrement d’un groupe.

4.2 – L’arrêt de la Cour de cassation du 13 février 1996

L’ arrêt de la Cour de cassation du 13 février 1996 revêt pour les groupements et fédérations sportives une extrême importance.

Cet arrêt, qui sera examiné plus en détail dans le chapitre 9 « La jurisprudence existante », conduit à des obligations

désormais incontournables . Les groupements sportifs :

- doivent attirer l’attention de leurs adhérents sur leur intérêt à souscrire une assurance de personne couvrant leurs dommages

corporels ;

- informer les adhérents par la remise d’une notice définissant les garanties du contrat et leurs règles de fonctionnement.

Par ailleurs ce même arrêt fait ressortir l’autonomie d’un groupement sportif à l’égard de sa fédération dans le cadre de ses

obligations de conseil et d’information envers ses adhérents.

Faute de respecter ces obligations, la responsabilité des groupements sportifs peut être engagée.Depuis la dernière rédaction

du cahier, de nouvelles décisions sont venues confirmer cette position de la Cour de cassation concernant la perte de

chance.

« Le seul fait de ne pas avoir informé le père de la victime de son intérêt à souscrire une assurance complémentaire n’avait-il

pas privé celui-ci d’une chance d’obtenir une meilleure réparation ? Cass.1° ch. C 7/4/98 Aghzaf c/ MNS et autres. »

Même résultat dans une autre affaire le 10/6/98 opposant la ligue d’Auvergne de football/Bureau et les Mutuelles du Mans

Assurances.

Bien que ces affaires ne concernent pas des associations spéléologiques nous pouvons demain nous trouver dans cette

situation.

Cela a conduit la FFS à revoir les garanties « individuelle accident » proposées et notamment à prévoir plusieurs formules.

5 – Les assurances souscrites par la FFS au profit de ses membres 10

5.1 – Comment les contrats ont-ils été conçus ?

La pratique de la « spéléologie » présente de nombreux caractères spécifiques. Pour n’en citer qu’un et non des moindres

« l’organisation des secours ».

Nous sommes la seule activité sportive qui gère elle-même sur le terrain l’organisation de ses secours.

Aucun contrat d’assurance n’existe sur le marché susceptible de correspondre à nos besoins. Avant que la commission ne

décide de rédiger notre propre contrat, plusieurs sociétés d’assurances intervenaient au coup par coup en fonction des choix

faits par les uns ou les autres. Aucun de ces contrats n’étaient satisfaisants, mais surtout il était impossible d’avoir les statistiques

réelles des accidents spéléologiques.

Actuellement nous sommes les seuls à disposer de véritables statistiques en matière de spéléologie grâce aux recoupements

des informations détenues par les commissions Assurance et Secours. La gestion des accidents est informatisée par la commission

depuis 1990.

C’est la raison pour laquelle, dès 1977, nous nous sommes dotés de notre propre contrat, spécialement adapté à notre

fonctionnement. Il a fait l’objet d’un appel d’offre. Mais contrairement à ce qui se passe habituellement, c’est nous qui avons

proposé notre contrat et non l’assureur le sien.

Un véritable partenariat s’est instauré depuis lors, dans la mesure où dès le début nous avons clairement indiqué que nous

souhaitions participer à la gestion de notre risque et notamment à celle des accidents.

Au fil des ans ce contrat suit les évolutions de notre fonctionnement et propose sans cesse des améliorations.Il est surprenant

de voir encore des clubs se détourner de la fédération en matière d’assurance, poursuivant des finalités qui ne nous échappent

pas, et qui risquent un jour de leur provoquer un douloureux réveil.

Voir au chapitre 9.3.1 un développement plus complet concernant cet arrêt.

Voir au chapitre 9.3.2 un développement plus complet concernant cet arrêt.

10 Le montant des capitaux assurés figure désormais dans le cahier avec la reproduction de notre contrat d’assurance et aussi à l’annexe C

avec la reproduction du mémento.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-7

La commission assurance 03/10/2005

5.2 – Les deux contrats existants

Deux contrats « groupe » ont été mis au point par la FFS au sein de sa commission Assurance.

- En octobre 1977, le contrat garantissant la responsabilité civile de la FFS, de ses structures et des associations adhérentes,

l’individuelle accident, les secours.

- En octobre 1991, le contrat garantissant les locaux des clubs, CDS, ligues, régions, etc. ainsi que les contenus.

6 – Le contrat « groupe » - responsabilité civile et les extensions de garantie -

individuelle accidents - recherche et sauvetage

Ce chapitre traite du contrat mis au point par la FFS hormis la partie administrative (échéance, durée, résiliation). Les Conditions

particulières du contrat sont insérées dans le texte ce qui permettra de répondre aux souhaits bien souvent exprimés par

les clubs. La lecture devrait en être facilitée du fait de son découpage et de l’utilisation qui en est faite sous forme de réponse

aux questions posées.

C’est la dernière rédaction du contrat « mai 2003 » qui figure dans cette refonte du cahier avec notamment le montant des

garanties en euros.

Certaines clauses ont été revues, quelques garanties modifiées, des activités ajoutées, notamment :

- les écoles des comités départementaux de spéléologie ;

- les parcours acrobatiques en hauteur ;

- amélioration de la clause ayant trait aux frais de prothèses et d’optique, garantis qu’ils soient ou non consécutifs ou non à un

accident corporel (art. 9.4 du contrat) ;

- dans le cadre d’une convention, renonciation à recours contre les propriétaires du site.

IMPORTANT - La clause faisant bénéficier de la garantie « individuelle accident » les spéléologues non fédérés et/ou non

assurés qui participent à un exercice de secours ou un secours réel a été supprimée.

Le Mémento assurance dont la dernière version vous est adressée avec l’appel de cotisation est à insérer dans l’annexe C.

Il est rappelé à tous les présidents de club qu’ils ont l’obligation à travers leur devoir d’information de remettre un exemplaire

du mémento à leurs adhérents et de pouvoir « à tout moment » justifier qu’ils ont bien accompli cette formalité, notamment en

cas d’action en justice. La charge de la preuve leur incombe.

Le choix de l’assurance appartient à chacun et non aux seuls dirigeants.

Le contenu du contrat ci-dessous est séparé par des traits doubles et les caractères d’impression sont différents.

Le titre I concerne la garantie responsabilité civile. Le titre II concerne les garanties « individuelle » accident.

6.1 – Qui est assuré ?

L’article 1 du Titre I des Conditions particulières du contrat FFS reproduit ci-après répond à cette question et donne également

un certain nombre de définitions.

============================

TITRE I – GARANTIE RESPONSABILITÉ CIVILE

Article 1 – DÉFINITIONS

Pour l’application des présentes garanties, il faut entendre par :

A/ ASSURÉ :

- le souscripteur : la Fédération française de spéléologie ;

- les comités régionaux et départementaux ;

- les clubs et associations affiliés à la FFS ;

- les associations de fait dont la majorité des membres adhèrent à la fédération ;

- les clubs étrangers adhérant au contrat : en Belgique, Luxembourg et Irlande, l’École française de spéléologie, les écoles des comités départementaux

de spéléologie, leurs élèves et tous participants aux activités de celles-ci, dans le cadre des différentes missions effectuées ;

- leurs dirigeants ;

- leurs préposés, salariés ou bénévoles ;

- leurs auxiliaires à quelque titre que ce soit ;

- les spéléologues adhérents à la FFS ou à une association affiliée, sont ainsi visés :

• les titulaires de la carte nationale de l’année en cours y compris ceux des DOM-TOM

• les titulaires de la carte temporaire d’un mois

• les titulaires de la carte nationale d’initiation

• les titulaires ne faisant que de la recherche archéologique

• les spéléologues étrangers résidant en France, bénéficiant d’un régime de protection sociale et titulaires de la carte nationale ou temporaire

de la FFS

- les spéléologues des clubs étrangers adhérant au contrat ;

- les parents ou personnes civilement responsables des titulaires mineurs de la carte nationale, pour le cas où leur responsabilité civile

viendrait à être recherchée du fait de ces mineurs.

Le Mémento du dirigeant

K-I-8 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

B/ PRÉPOSÉ : tout mandataire social, toute personne ayant pouvoir de gérer ou administrer, tout collaborateur salarié ou non.

C/ ENFANT À CHARGE : on entend par enfant à charge, au titre du présent contrat, les enfants à naître au moment de l’accident (et

viables après) et ceux âgés de moins de 25 ans dûment reconnus par l’assuré, considérés comme à charge par l’administration fiscale ou

donnant lieu au paiement d’une pension par l’assuré si ce dernier est célibataire, divorcé ou séparé de corps.

D/ DOMMAGES CORPORELS : toute atteinte corporelle subie par une personne physique, y compris celle résultant de l’action du

feu, de l’eau, des gaz et de l’électricité.

E/ DOMMAGES MATÉRIELS : toute détérioration ou destruction d’une chose ou substance, le vol, la disparition, l’altération, perte,

casse, toute atteinte physique à des animaux.

F/ DOMMAGES IMMATÉRIELS : tout préjudice pécuniaire résultant de la privation de jouissance d’un droit, de l’interruption d’un

service rendu par une personne, par un bien meuble ou immeuble ou de la perte d’un bénéfice.

G/ ACCIDENT : toute atteinte corporelle non intentionnelle de la part de l’assuré et provenant d’une cause extérieure.

H/ TIERS : toute personne autre que l’assuré responsable, étant entendu que les différents assurés ont qualité de tiers entre eux.

I/ CARTE NATIONALE : celle remise aux licenciés FFS avec la mention de l’assurance fédérale de l’année en cours (y compris

activité archéologique).

J/ CARTE NATIONALE D’INITIATION : la carte nationale d’initiation garantit au terme du présent contrat son détenteur pour

une durée au choix d’une journée ou de trois jours consécutifs à compter de la date où la demande est présentée à la FFS ou à l’association

affiliée. Cette carte nationale d’initiation est délivrée, pour les activités de spéléologie, canyon, plongée, aux personnes non membres de la

FFS notamment à l’occasion de sorties, de découvertes, d’invitations et de stages.

K/ GARANTIE TEMPORAIRE D’UN MOIS : une garantie temporaire d’un mois dans l’année peut être délivrée par la FFS ou

ses représentants à des spéléologues.

L/ SPÉLÉOLOGIE : l’ensemble du monde souterrain naturel ou artificiel y compris l’archéologie souterraine, ainsi que les initiations

aux techniques d’exploration effectuées en extérieur.

============================

6.2 – Les activités assurées

L’ article 2 des Conditions particulières du contrat FFS reproduit ci-après répond à ces questions. Notez bien ce qui figure à la

référence « par ailleurs ». Nous sommes garantis même si nous pratiquons nos activités en dehors de l’association à laquelle

nous sommes affiliés, ce qui n’est pas le cas de tous les contrats.

============================

Article 2 – ACTIVITÉS GARANTIES

Toutes activités de spéléologie dépendant directement ou indirectement de la Fédération française de spéléologie ou d’une association

affiliée, et notamment :

1) Du fonctionnement de la FFS, de celui des associations affiliées, de leurs installations et de leur matériel.

2) De la pratique de la spéléologie :

2.1 en tous lieux, notamment anciennes mines, carrières et cavités naturelles ou artificielles ;

2.2 avec utilisation d’explosifs sous réserve des dispositions de l’article 4.1 en ce qui concerne les travaux sous l’eau avec usage d’explosifs

 ;

2.3 sous toutes ses formes y compris notamment : . le nettoyage de canyons et/ou de cavités sous toutes leurs formes . les activités d’entraînement

et de perfectionnement de toute nature . l’entraînement aux opérations de secours . l’instruction et la formation . l’approche des

gouffres et cavités . les opérations de démonstration . les stages organisés par les associations assurées . les travaux d’études scientifiques

liés à la spéléologie . l’exploitation d’un musée de la spéléologie

2.4 les garanties sont étendues aux activités sportives suivantes, qu’elles soient liées ou non aux activités de la FFS : alpinisme, hydrospeed,

canoë-kayak, randonnée pédestre, trekking, ski de fond, ski alpin (À L’EXCLUSION DU SKI ALPIN HORS PISTE), randonnée à ski ou

avec raquettes, les descentes de canyon, escalade de rocher ou d’obstacles artificiels, parcours acrobatiques en hauteur, plongée sous toutes

ses formes, VTT, via ferrata, rafting sous réserve que cette activité ne soit pas effectuée en zone interdite et que les moyens de sécurité,

casque et gilet de sauvetage, soient impérativement utilisés.

3) Des voyages et/ou déplacements par tous moyens de locomotion terrestres, fluviaux, maritimes, aériens, motivés directement ou indirectement

par la spéléologie.

4) Des opérations de secours et de sauvetage.

5) Des meetings, colloques, assemblées générales, et toutes manifestations, y compris réceptions, dîners, soirées, cocktails, etc.

6) De la pratique de l’archéologie :On entend par activités archéologiques, la recherche et/ou l’étude, en surface ou en sous-sol, des diverses

phases d’une occupation humaine ou animale, historique ou préhistorique. En sous-sol, les cavités naturelles ou artificielles pratiquées par

les archéologues ne doivent pas avoir de verticales supérieures à une dizaine de mètres. S’il y a présence d’eau, celle-ci doit être calme et

peu profonde et ne pas présenter a priori des risques de crues dangereuses.

Par ailleurs, les spéléologues sont assurés pour l’ensemble des garanties prévues au contrat, qu’ils soient ou non sous le contrôle de la FFS

ou de l’organisme affilié dont ils sont membres.

============================

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-9

La commission assurance 17/10/2006

6.3 – La garantie responsabilité civile et défense recours, les extensions de garantie, les exclusions,

l’étendue géographique - Le montant des garanties responsabilité civile

Les articles 3 à 7 des Conditions particulières du contrat FFS reproduit ci-dessous répondent à ces questions.

Vous trouverez les garanties dont vous bénéficiez si vous êtes employeurs dans le cadre de vos responsabilités vis-à-vis de

vos salariés. De plus en plus de régions, CDS, voire clubs se trouvent actuellement dans cette situation.

Une étude particulière sur « La responsabilité de l’employeur » figure à la fin du cahier. Elle est utilisable par les CDS qui ont

l’intention de créer une École départementale de spéléologie.

Parmi les extensions de garantie votre attention est attirée sur l’usage d’explosifs sous l’eau, très difficile à obtenir des assureurs.

L’occupation temporaire de locaux est portée à 31 jours. Il s’agit des occupations lors de manifestations, assemblées

générales, stages, camps spéléo, etc. À ne pas confondre avec les locaux occupés par les clubs en tant que siège social, qui

font l’objet du contrat de groupe « locaux » (voir infra ).

Les exclusions dans le contrat ont été réduites au minimum et figurent à l’article 5.

Les montants des garanties sont intégrés dans le cahier.

============================

Article 3 – OBJET DE LA GARANTIE RESPONSABILITÉ CIVILE ET DÉFENSE RECOURS

L’assureur garantit :

a) Les conséquences pécuniaires de la responsabilité civile pouvant incomber aux assurés, à quelque titre que ce soit, à raison des dommages

corporels, matériels et/ou immatériels au cours et/ou à l’occasion des activités garanties, y compris :

- les dommages immatériels qui ne seraient pas la conséquence directe ou indirecte d’un dommage corporel ou matériel ;

- les dommages résultant d’incendie, d’explosions, de dégâts des eaux, de vols commis par les préposés de la FFS et des associations

affiliées.

b) Sont notamment garantis les sinistres occasionnés par :

- les associations adhérentes de la FFS ayant qualité d’assuré ou, si l’exploitation appartient à une personne physique, l’assuré et les membres

de sa famille participant aux travaux ;

- les préposés de la FFS et des associations adhérentes ayant qualité d’assuré : dirigeants, salariés, stagiaires, préposés non salariés ;

- les locaux de la FFS et des associations adhérentes ayant qualité d’assuré, les installations mobilières et immobilières, le matériel d’exploitation,

matériel sportif et technique, les aménagements sportifs, les estrades et tribunes ;

- les chiens de garde ;

- les engins mécaniques et matériel roulant non soumis à l’obligation d’assurance par la Loi 58-208 du 27/02/58 ;

- les arbres, plantes, clôtures et terrain composant le domaine des associations assurées, en état normal d’entretien ;

- les opérations d’approvisionnements effectuées pour les besoins des associations assurées adhérentes, y compris les opérations de transport,

de manutention, de chargement et déchargement.

c) En cas de faute intentionnelle ou inexcusable le remboursement des sommes dues par l’assuré :

aux organismes de Sécurité sociale :

- par suite d’accidents du travail et de maladies professionnelles causés à ses préposés par les fautes inexcusables de l’assuré ou des personnes

qu’il s’est substitué dans la direction de son entreprise ;

- au titre :

• des cotisations supplémentaires prévues au Code de la sécurité sociale

• de l’indemnisation complémentaire à laquelle la victime et ses ayants droit peuvent prétendre aux termes du Code de la sécurité sociale

en vertu du Code de la sécurité sociale à la suite d’accidents du travail et de maladies professionnelles causées à ses préposés par les

fautes intentionnelles d’autres préposés.

En outre, l’assureur s’engage à assumer la défense de l’assuré dans les actions amiables ou judiciaires fondées sur les articles du Code de

la sécurité sociale et dirigées contre lui en vue d’établir ses propres fautes inexcusables et/ou celles de personnes qu’il s’est substitué dans

la direction de l’entreprise ou les fautes intentionnelles de ses préposés.

Il s’engage à assumer la défense de l’assuré et celles de ses préposés devant les juridictions répressives en cas de poursuites pour homicides

ou blessures involontaires à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle atteignant l’un de ses préposés. Il est précisé

que sont compris dans cette garantie les frais judiciaires et honoraires afférents aux procédures engagées contre l’employeur ou ses préposés

en matière de faute inexcusable ou intentionnelle dans les limites de la garantie défense et recours.

d) Les conséquences pécuniaires de la RESPONSABILITÉ CIVILE pouvant incomber à l’assuré EN SA QUALITÉ DE COMMETTANT,

en raison d’accidents causés à autrui par un véhicule terrestre à moteur dont il n’a ni la propriété, ni la garde (sauf si cette garde lui est

reconnue du seul fait de sa qualité de commettant) et que ses préposés utilisent :

- soit sur le trajet de leur résidence au lieu de travail et vice versa tel que le trajet est défini par le Code de la sécurité sociale ;

- soit pour les besoins du service, soit exceptionnellement au su ou à l’insu de l’assuré.

Le Mémento du dirigeant

K-I-10 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

e) Les conséquences pécuniaires de la responsabilité civile pouvant incomber aux assurés à raison des dommages causés à autrui, y compris

les préposés, résultant d’intoxications ou d’empoisonnements provoqués par des boissons ou des produits alimentaires consommés lors de

manifestations, réunions, cocktails, repas organisés par la FFS, ou les associations assurées telles qu’elles sont définies. L’assureur s’engage

en outre à :

f) Pourvoir, à ses frais, devant les juridictions civiles ou répressives, françaises, monégasques ou étrangères, à la défense de l’assuré des

membres de sa famille et de ses préposés lorsqu’ils sont l’objet d’une action à la suite de dommages garantis par le contrat.

g) Réclamer, à ses frais, dans la limite de la somme indiquée aux Conditions particulières, au titre du recours, soit à l’amiable, soit devant

toute juridiction, la réparation pécuniaire des dommages corporels et, accessoirement, des dommages matériels concomitants subis par

l’assuré à la suite d’un accident engageant la responsabilité d’une personne n’ayant pas la qualité d’assuré ou de préposé.

En cas de désaccord entre l’assureur et l’assuré sur l’opportunité d’engager ou de poursuivre une action judiciaire ou sur le montant du

préjudice, le différend est soumis à deux arbitres désignés l’un par l’assureur, l’autre par l’assuré ; à défaut d’entente entre eux, ou faute

d’accord sur cette désignation, par ordonnance du président du Tribunal de grande instance du domicile de l’assuré, chaque partie supportant

les honoraires de son arbitre et la moitié de ceux du tiers arbitre.

Si, contrairement à l’avis des arbitres, l’assuré exerce une action judiciaire et obtient une solution plus favorable que celle proposée par

les arbitres, l’assureur l’indemnise des frais exposés par l’exercice de cette action, dans la limite de la somme indiquée aux Conditions

particulières.

CONVENTION : Dans le cadre de convention passée entre un assuré et les propriétaires de site, l’assureur renonce à tout recours contre le

propriétaire et son assureur du fait de l’usage du site, objet de la convention.

Article 4 – EXTENSIONS DE GARANTIE

4.1 – ACTIVITÉS DE TRAVAUX SOUS L’EAU AVEC USAGE D’EXPLOSIFS

Pour l’activité de travaux sous l’eau avec usage d’explosifs ont limitativement la qualité d’assuré :

- la Fédération française de spéléologie ;

- les spéléologues titulaires de la licence en cours de validité et assurés à l’année par la FFS à l’exclusion des titulaires de la carte temporaire.

Les garanties s’étendent à ces activités exclusivement dans le cadre de l’exploration ou d’une opération de secours ou de sauvetage ou de

stages d’entraînement.

4.2 – BIENS CONFIÉS

À effet du 01/10/98, la garantie est étendue à la responsabilité civile de chacun des assurés, en cas de dommage (quel qu’il soit : vol, perte,

casse, disparition) causés aux biens mobiliers qui leur sont confiés.

Cette extension de garantie comprend les films confiés à l’assuré, étant entendu que l’indemnité ne dépassera pas le coût du remplacement

de la pellicule positive confiée.

4.3 – DOMMAGES AUX LOCAUX ET À LEUR CONTENU, CONFIÉS POUR UNE DURÉE N’EXCÉDANT PAS

31 JOURS

Les garanties du contrat sont étendues aux conséquences pécuniaires de la responsabilité encourue par l’assuré en raison de dommages

matériels et immatériels, d’incendie, d’explosion et d’eau, ayant pris naissance, ou survenus et/ou provenant des locaux appartenant à des

tiers mis à la disposition de l’assuré pour une durée n’excédant pas 31 jours.

Article 5 – EXCLUSIONS

Outre les exclusions prévues à l’article 4 des conditions générales, ne sont pas couverts par le présent contrat :

- l’amende et les frais de poursuites à fin pénale, ainsi que les charges financières ayant un caractère de sanctions, imposées à l’assuré et

connues aux USA et au Canada sous le nom de « punitive damages » ou « exemplary damages » .

- LES DOMMAGES ATTEIGNANT LES BIENS MEUBLES OU IMMEUBLES, Y COMPRIS OBJETS, VÊTEMENTS OU MATÉRIEL

SPORTIF, DONT LES ASSURÉS SONT PROPRIÉTAIRES, LOCATAIRES OU QUI LEUR SONT CONFIÉS A UN

TITRE QUELCONQUE , sauf en ce qui concerne les meubles ou immeubles (tels que gîtes d’étapes mis à la disposition des assurés à

titre temporaire, dans le cadre de l’approche des gouffres ou cavités) tels qu’ils sont définis aux extensions de garantie « biens confiés » et

« dommages aux locaux et à leur contenu pour une durée n’excédant pas 31 jours ».

- les dommages immatériels non consécutifs survenant aux USA / Canada.

Article 6 – ÉTENDUE GÉOGRAPHIQUE

Les garanties du contrat s’exercent dans le monde entier. Toutefois :

- les membres de nationalité étrangère titulaires de l’assurance temporaire de la Fédération française de spéléologie en cours de validité, et

domiciliés hors de France et/ou des DOM-TOM, ne sont garantis que lors de la pratique des activités de spéléologie en France et/ou dans

les DOM-TOM ;

- la garantie est acquise en faveur des ressortissants français, licenciés de la FFS, lorsqu’ils résident en permanence hors de France (sauf

USA / Canada).

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-11

La commission assurance 03/10/2005

Article 7 – MONTANT DES GARANTIES RESPONSABILITÉ CIVILE

A - RESPONSABILITÉ CIVILE

Montant maximum tous dommages confondus, par sinistre et/ou événement 9 200 000 €

dont : - Dommages corporels, par sinistre 9 200 000 €

- Dommages matériels et/ou immatériels consécutifs par sinistre 1 525 000 €

- Dommages immatériels non consécutifs, par sinistre 770 000 €

- Dommages vol par préposés de la FFS, associations affiliées ayant qualité d’assuré, par sinistre 77 000 €

- Biens confiés, par sinistre 15 250 €

- Franchise biens confiés par sinistre 75 €

B - DÉFENSE PÉNALE ET RECOURS

- par sinistre 50 000 €

============================

6.4 – L’individuelle accident, les frais de rapatriement, de recherche et sauvetage, l’étendue géographique

Vous trouverez les définitions et explications sur ces garanties aux articles 8 à 10 ci-dessous.

Votre attention est attirée sur certaines caractéristiques de nos garanties qui ne se retrouvent pas dans d’autres contrats de

fédérations sportives.

Si à la suite d’un accident vous conservez des séquelles, c’est-à-dire qu’il vous reste une incapacité permanente partielle

(gêne fonctionnelle par exemple), le médecin qui vous examinera utilisera le barème accidents du travail de la Sécurité

sociale, qui est de 25 % environ supérieur aux barèmes classiques des assureurs. Pour ce qui est des frais de traitement,

le remboursement du contrat FFS n’est pas exprimé en pourcentage de celui de la Sécurité sociale comme on le voit dans

certains contrats sportifs.

On trouve souvent la clause suivante : 1 fois ou 2 fois le barème Sécurité sociale . Ce qui veut dire que si pour 1 000 €

de soins la Sécurité sociale rembourse 200 €, avec une garantie à une fois le barème vous ne toucherez que 200 €, il vous

restera à charge 600 €. L’assurance FFS intervient sans tenir compte du pourcentage versé par la Sécurité sociale. Elle intervient

au-delà de la somme remboursée jusqu’à concurrence des frais réels et de la garantie choisie. Cela est particulièrement

important en cas d’accident dentaire dont la fréquence est en constante augmentation.

Voici un exemple : à la suite d’un accident les frais de prothèse dentaire se montent à 2 000 €. La Sécurité sociale

rembourse 200 €. Vous serez indemnisé de la totalité de vos frais. L’assureur FFS versera 1 800 €.

Il semble que ces nombreux détails énumérés tout au long du cahier échappent totalement à ceux qui se tournent vers

d’autres assurances sans peut-être, pour les dirigeants, avoir parfaitement informé leurs adhérents. Il est rappelé aussi que

l’individuelle accident, notamment les garanties « décès et invalidité » est cumulable avec toute assurance du même genre

souscrite par ailleurs. Il faut seulement respecter les demandes d’informations qui pourraient être faites par un assureur au

moment de la souscription.

Le risque d’infarctus est également couvert en cas de décès.

Enfin votre attention est attirée sur l’article 9.8 qui énumère les exclusions limitées au minimum dans ce contrat.

Pour ceux qui partent en expédition à l’étranger, une note d’information rappelant l’essentiel a été rédigée à leur intention. Elle

figure en annexe G « Vous partez en expédition à l’étranger comment êtes-vous assuré ».

Il s’agit d’une annexe qui regroupe les différentes circulaires ayant trait à l’assurance et qui seront à insérer au fur et à mesure

de leur parution ou de leur mise à jour.

NOTA : certaines activités sportives comme la spéléologie, la plongée notamment spéléologique, etc. font l’objet

d’exclusion de la part des assureurs dans les contrats souscrits dans le cadre de prêt ou tout simplement d’assurance

vie.

N’omettez pas de le signaler si vous voulez éviter une nullité de contrat pour fausse déclaration ou une déchéance.

Si vous êtes dans cette situation, vous serez surpris du questionnaire qui vous sera soumis !

Dans le cas où vous auriez une difficulté, vous avez toujours la possibilité de demander une augmentation du capital

garanti sur le contrat FFS si l’option « 3 » s’avérait insuffisante. Il suffit d’en faire la demande à la commission

Assurance.

Le Mémento du dirigeant

K-I-12 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

============================

TITRE II – GARANTIES INDIVIDUELLES

Article 8 – DÉFINITION

Pour l’application des présentes garanties il faut entendre par :

8.1 – Assuré

- Les titulaires de la licence et de l’assurance de la FFS de l’année en cours.

- Les spéléologues pratiquants occasionnels bénéficiant d’une garantie temporaire d’un mois dans l’année.

- Les titulaires de la carte d’initiation pendant la période de validité de cette dernière.

- Les adhérents de la FFS pratiquant la recherche archéologique.

- Les spéléologues effectuant, pour le compte de collectivités, institutions ou organismes publics, des travaux de recherche consistant en

exploration ou inventaire des cavités, lorsque pour ces activités ils ne bénéficient pas du régime des accidents du travail de la part de ces

organismes.

- Les spéléologues des clubs étrangers adhérant au contrat.

8.2 – Dispositions particulières relatives aux travaux sous l’eau avec utilisation d’explosifs

Les garanties sont limitées aux assurés suivants :

- la Fédération française de spéléologie

- les spéléologues titulaires de la licence en cours de validité et assurés à l’année par la FFS À L’EXCLUSION DES TITULAIRES DE

LA CARTE TEMPORAIRE

et uniquement pour l’exploration ou lors d’une opération de secours ou de sauvetage ou de stages d’entraînement.

Article 9 – OBJET DES GARANTIES

9.1 – Garanties « décès »

L’assureur garantit :

en cas de décès survenant dans les 36 mois qui suivent la date de l’accident, le paiement du capital indiqué aux Conditions particulières au

conjoint non divorcé ou séparé de corps, ou au concubin reconnu notoire, à défaut aux enfants nés ou à naître, à défaut aux héritiers.

L’indemnité en cas de décès ne peut se cumuler avec celle prévue en cas d’incapacité permanente.

Toutefois, en cas de décès dans le délai de 36 mois à partir de l’accident, il sera versé aux héritiers, le cas échéant, la différence entre le

capital assuré en cas de décès et le montant total des indemnités versées au titre de la garantie d’incapacité permanente si celles-ci ont été

inférieures au capital décès.

Dans l’évaluation des conséquences d’un accident, il ne sera pas tenu compte de la profession de la victime.Les suites d’un sinistre pour

lequel un règlement est intervenu sur les bases du présent contrat et a donné lieu à la délivrance d’une quittance régulière ne peuvent être

la cause d’aucune obligation pour l’assureur.

9.2 – Garantie « frais de rapatriement »

La garantie est étendue aux frais de rapatriement du corps du bénéficiaire décédé en France ou à l’étranger jusqu’à son lieu d’inhumation

en France. Les frais de transport, d’embaumement, de cercueil, y compris LES FRAIS D’OBSÈQUES, sont pris en charge à concurrence,

par bénéficiaire, de la somme indiquée au présent contrat.

La garantie est également étendue en cas d’accident aux frais de rapatriement de l’accidenté(e), jusqu’au domicile ou à un hôpital proche

du domicile de la victime à concurrence, par bénéficiaire, de la somme indiquée au présent contrat.

9.3 – Garantie « infirmité permanente »

L’assureur garantit :

paiement à l’assuré, après consolidation, de l’indemnité fixée ci-après, réductible dans la proportion du degré d’invalidité définitive évaluée

suivant le barème accidents du travail.

Si l’assuré est gaucher, les taux prévus par le barème accidents du travail pour les différentes invalidités du membre supérieur droit et du

membre supérieur gauche seront intervertis.

L’impotence fonctionnelle absolue et définitive de tout ou partie d’un membre est assimilée à la perte totale, de sorte que les membres ou

leurs parties dont on ne peut plus définitivement faire usage, sont considérés comme perdus.

En cas de perte partielle d’un membre ou d’une partie de membre, le taux d’invalidité sera évalué par rapport à sa perte totale.

Les infirmités, non énumérées au barème accidents du travail, même d’importance moindre, seront indemnisées en proportion de leur gravité

comparée à celle des infirmités énumérées, et sans tenir compte de la profession de l’assuré.

Les maladies nerveuses, les troubles nerveux post commotionnels, les lésions nerveuses périphériques, ne donnent droit à indemnité que

s’ils sont la conséquence d’un accident garanti et se manifestent par des signes objectifs caractérisés. Dans ce cas, un premier règlement

sera effectué qui ne pourra dépasser la moitié de l’indemnité correspondant au degré d’infirmité, le solde sera versé s’il y a lieu, après un

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-13

La commission assurance 03/10/2005

nouvel examen médical pratiqué dans un délai maximum de deux ans, examen qui déterminera le taux d’infirmité définitif. Si, après ce

nouvel examen, le taux d’infirmité était inférieur à celui ayant servi de base au premier règlement, l’assuré devra restituer le trop perçu.

Infirmités multiples

Lorsque résultent du même accident plusieurs infirmités distinctes atteignant des membres différents ou diverses parties d’un même membre,

l’indemnité totale est calculée :

- soit sur le taux global, si celui-ci est indiqué dans le barème accidents du travail pour l’ensemble des infirmités

considérées ;

- soit, et à défaut, sur le taux obtenu par addition d’après le principe suivant : les infirmités étant classées dans un ordre quelconque, la

première est décomptée au taux du barème accidents du travail, et chacune des suivantes proportionnellement à la capacité restante estimée

d’après ce barème.

État antérieur

La perte de membres ou les organes hors d’usage avant accident ne peuvent donner lieu à indemnités.

La lésion de membres ou d’organes déjà infirmes n’est indemnisée que pour la différence entre l’état avant et après l’accident.Les lésions de

membres ou organes atteints par l’accident doivent être évaluées sans tenir compte d’un état antérieur d’infirmité pouvant affecter d’autres

membres ou organes.

9.4 – Garantie « frais de traitement »

On entend au titre du présent contrat, par « frais de traitement » les frais médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques et d’hospi talisation.

Base de la garantie

L’assureur garantit le remboursement des frais de traitement dûment justifiés, qui s’effectuera à concurrence des maxima indiqués au

chapitre « Montant des garanties » que ces frais soient OU NON pris en charge par la Sécurité sociale (y compris le forfait hospitalier),

consécutifs à un accident se produisant dans le cadre des activités définies aux présentes Conditions particulières.

La garantie du contrat est étendue aux frais de prothèses et couronnes dentaires et aux frais d’optique prescrits médicalement, consécutifs

ou non à un accident corporel entrant dans le cadre de la garantie.

Les lunettes seront indemnisées, à hauteur du montant indiqué dans les différentes options, même en dehors de tout dommage corporel ou

matériel.

Les indemnités ne viendront, s’il y a lieu, qu’en complément des indemnités ou prestations de même nature qui pourraient être dues à

l’assuré pour les mêmes dommages par la Sécurité sociale ou tout autre régime de prévoyance, le total des indemnités perçues par l’assuré

ne pouvant excéder le montant des frais réels engagés par celui-ci.

9.5 – Garantie « incapacité temporaire de travail »

Si l’assuré, titulaire de la carte nationale de la FFS de l’année en cours, ne peut se livrer à aucune occupation professionnelle, l’assurance

donne droit à une indemnité quotidienne.

- à condition qu’il y ait réellement perte de salaire ou de revenu et dans la limite de cette perte.

- en complément des garanties pouvant exister par ailleurs.

- à concurrence de la somme indiquée aux Conditions particulières, à partir du sixième jour consécutif à l’accident et dans les limites de la

somme indiquée aux Conditions particulières par sinistre.

Cette indemnité ne pourra pas être versée au delà de la durée prévue aux différentes options.

Elle est décomptée d’après le nombre de jours pendant lesquels il s’est soumis au repos nécessaire à sa guérison et n’a pu se livrer à aucune

occupation professionnelle. Elle sera réduite de moitié dès que l’assuré aura pu reprendre partiellement ses occupations professionnelles.

En ce qui concerne les artisans, commerçants et professions libérales, la garantie est acquise sans condition de perte réelle de salaire ou de

revenu, et dans la limite de la garantie.

Cette garantie n’est pas acquise aux titulaires de la carte d’initiation et aux jeunes de moins de 18 ans au moment de l’adhésion

pour l’année en cours, ainsi qu’aux étrangers ne résidant pas en France titulaires de l’assurance temporaire d’un mois.

9.6 – Garantie « frais de recherche et de sauvetage des assurés »

Au titre du présent contrat, l’assureur garantit, par personne, le remboursement sur justificatif des frais de recherche et de sauvetage consécutifs

aux actions de recherche et de sauvetage se produisant dans le cadre des activités définies aux présentes Conditions particulières.

On entend par frais de recherche et de sauvetage l’ensemble des frais exposés à l’occasion de ces opérations de recherche et de sauvetage,

y compris la perte et les dommages causés au matériel utilisé par les sauveteurs, les frais de déplacement et de nourriture ainsi que la perte

de salaire des sauveteurs.

Il est précisé que, au titre de la présente garantie, l’assureur conserve ses possibilités de recours contre le(s) secouru(s) ou ses héritiers et

ayants droit, dans le cas ou le(s) secouru(s) n’est ou ne sont pas membres de la FFS.

La présente garantie comprend également les frais de recherche et de récupération des spéléologues décédés en cours de sortie.

Le Mémento du dirigeant

K-I-14 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

9.7 – Extensions aux garanties décès - frais de rapatriement - incapacité permanente - frais de traitement - incapacité

temporaire de travail - frais de recherche et de sauvetage

Sont assimilés à un accident pour la mise en jeu des présentes garanties,

- l’insolation, la congélation, l’électrocution et l’hydrocution, la décompression ;

- l’absorption non intentionnelle, l’inhalation de gaz ou de vapeur, l’asphyxie par immersion ;

- l’empoisonnement aigu par poisons violents ou substances vénéneuses ;

- les cas de rage ou de charbon consécutifs à des piqûres ou morsures d’animaux, l’histoplasmose.

Sont en outre, compris dans la garantie :

- les hernies, coups de fouet, lumbago et toute déchirure musculaire ou tendineuse, lorsque l’assuré établit que ces affections sont la

conséquence d’un accident tel que défini ci-dessus ;

- les risques d’infarctus, dans la mesure où il n’est pas consécutif à un état pathologique préexistant connu.

9.8 – Exclusions propres aux garanties décès - frais de rapatriement - infirmité permanente - frais de traitement

- incapacité temporaire de travail

- LES MALADIES ET LEURS SUITES (SAUF S’IL S’AGIT DE LA CONSÉQUENCE D’UN ACCIDENT COMPRIS DANS LA GARANTIE),

L’APOPLEXIE, LES VARICES, LES ULCÈRES VARIQUEUX ;

- LES INFIRMITÉS, MALFORMATIONS ET ANOMALIES CONGÉNITALES.

Article 10 – ÉTENDUE GÉOGRAPHIQUE

Les garanties du contrat s’exercent dans le monde entier. Toutefois, les membres de nationalité étrangère, titulaires de la licence et de

l’assurance de la Fédération française de spéléologie en cours de validité et domiciliés HORS DE France et/ou des DOM-TOM, ne sont

garantis que lors de la pratique des activités de spéléologie en France et/ou les DOM-TOM.*

Cette restriction n’est pas applicable :

- aux ressortissants français lorsqu’ils résident temporairement à l’étranger ;

- aux membres de clubs étrangers adhérents au présent contrat. La garantie est acquise en faveur des ressortissants français, licenciés

de la FFS résidant en permanence à l’étranger (sauf USA / Canada).

Les indemnités contractuelles leurs seront versées en euros dans les pays de leur résidence conformément à celles qui leur auraient été dues

en France.

============================

6.5 – Recherche et sauvetage

Il y a eu beaucoup d’évolution dans ce domaine depuis la dernière rédaction du cahier assurance.

La gratuité des secours a été remise en cause par la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité. Cette loi a

modifié l’article L.2321-2 du Code général des collectivités locales.

Désormais, sans préjudice des dispositions applicables aux activités réglementées, les communes peuvent exiger des intéressés

ou de leurs ayants droit une participation aux frais qu’elles ont engagés à l’occasion d’opérations de secours consécutives

à la pratique de toute activité sportive ou de loisirs.

La pratique de la spéléologie n’est pas la seule visée dans cette loi.

Cela implique de la part des communes certaines contraintes en termes d’informations.

D’autre part ces dispositions laisseraient en dehors de leur champ d’application les secours organisés avec les moyens de

l’État, du moins tant que celui-ci n’engage pas une action récursoire contre les communes.

Il est nécessaire de voir quelle sera ultérieurement l’évolution de cette nouvelle législation et sans aucun doute la jurisprudence

qui en découlera.

En ce qui concerne les secours eux-mêmes et les conditions d’assurance, la situation, là aussi, a évolué.

Les nouvelles mesures qui se mettent en place nous ont conduits à revoir le système d’assurance qui sera désormais accordé

aux seuls assurés FFS.

Les spéléologues assurés FFS bénéficieront comme par le passé, en cas d’accident, de l’option qu’ils auront choisie,

à laquelle s’ajouteront les garanties prévues à l’article 12.7 du contrat.

Ils seront également couverts en responsabilité civile et pénale dans le cas où celles-ci seraient recherchées.Actuellement

la commission gère un dossier particulièrement délicat, dans lequel plusieurs spéléologues secouristes sont

mis en cause sur le plan pénal. À ce jour les frais de défense s’élèvent à 15 000 €.

Dans de telles conditions et eu égard à l’aggravation de nos résultats, il n’était plus possible d’accorder sans participation

financière des garanties d’assurances à des spéléologues refusant l’adhésion à la FFS ainsi que l’assurance.Ceux qui, malgré

tout, souhaitent rester en dehors du système devront bien s’informer auprès de l’assureur qu’ils auront choisi de leur condition

d’assurance tant en secours réel qu’en exercice.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-15

La commission assurance 03/10/2005

Les nouvelles mesures indiquées ci-dessus s’appliquent aussi bien aux secours réels qu’aux exercices. Il appartiendra aux

responsables des exercices de vérifier auprès des participants le système d’assurance qu’ils ont choisi. Récemment un accident

survenu dans un exercice a démontré que la victime n’était en fait pas assurée (pas d’individuelle accident, pas de

responsabilité civile). L’assurance FFS est donc intervenue, ce qui n’est plus le cas depuis le 1er janvier 2003 .

NOTA : il est rappelé aux CTD qu’il n’est pas nécessaire de faire une déclaration préalable à l’assurance avant un exercice de

secours. Le seul critère retenu est l’agrément par le SSF.

7 – Que faire en cas d’accident ?

Le premier événement qui vient à l’esprit est l’accident corporel. Mais les autres événements susceptibles de mettre en jeu les

garanties du contrat sont nombreux et variés. C’est la raison pour laquelle l’imprimé de déclaration a été adapté en ce sens.

Le mot « accident » exprime le caractère accidentel de l’événement par opposition à ce qui serait volontaire et donc exclu de

l’assurance.

Si l’accident ou l’incident n’est pas susceptible à priori d’avoir une suite, il est préférable malgré tout d’en faire la déclaration.

Il vaut mieux terminer un dossier « sans suite », plutôt que de l’ouvrir plusieurs semaines voire plusieurs mois après la survenance

des faits avec le risque de rejet.

Même si, depuis la loi du 31 décembre 1989, l’assureur ne peut opposer la déchéance pour déclaration tardive, à moins de

prouver qu’il a subi un préjudice, le délai légal de déclaration est de 5 jours 11 .

7.1 – La déclaration - Les documents à fournir

L’ imprimé de déclaration a été mis au point avec le concours de nos assureurs. Il figure en annexe D. Un exemplaire est joint

avec chaque appel de cotisation. Il doit être dupliqué par vos soins et chaque assuré FFS doit être en possession de son

propre exemplaire.

Nous recevons encore de nombreuses communications téléphoniques de spéléologues accidentés à la recherche de l’imprimé,

leur président soutenant ne pas l’avoir reçu, ou bien utilisant encore des documents périmés depuis 10 ans !

Cette déclaration doit être soigneusement rédigée et complétée, car toutes les informations demandées ont une utilité, à la fois

pour l’assureur et pour la commission. Votre attention est particulièrement attirée sur cette rédaction, car 20 % des imprimés

arrivent incomplets et imposent des recherches par minitel pour les adresses, ou des demandes d’informations auprès des

intéressés. Toutes les rubriques concernées par l’événement doivent être remplies sans exception.

S’il s’agit d’un accident ne mettant pas en jeu la responsabilité civile par exemple, il n’est pas nécessaire de remplir les

cadres :

- responsable de l’accident ;

- dommages causés à des tiers.

L’option « assurance » choisie figure sur l’imprimé. N’omettez pas d’encadrer celle qui vous concerne.

Également des précisions importantes vous sont demandées sur votre profession et ses conditions d’exercice (salarié, agricole,

travailleur non salarié...) et le ou les régimes sociaux auxquels vous êtes affilié, y compris les complémentaires.

Les circonstances doivent être exposées clairement et simplement. Il est fréquent de voir sur une déclaration dans la rubrique

« circonstances » un seul mot « chute » ou bien un véritable roman. Quelques mots ou quelques lignes suffisent à rendre

clair et compréhensible l’événement à l’origine de la déclaration. Évitez dans la mesure du possible d’employer des mots trop

techni ques. Ceux qui travaillent pour nous chez notre courtier ou notre assureur ne sont pas obligatoirement des spéléologues.

Enfin n’oubliez pas que les circonstances permettent d’établir des statistiques utiles pour la prévention.

Dans la mesure du possible il faut joindre en même temps, pour les dommages corporels, le certificat de constatation de

blessures.

Si l’événement concerne des dommages à des biens confiés ou engage la responsabilité du déclarant, toute réclamation

ultérieure devra être accompagnée des justificatifs quant au préjudice.

Aucune reconnaissance de responsabilité ne doit être faite. L’appréciation dans ce domaine est du seul ressort de l’assureur.

Une telle reconnaissance n’engage pas l’assureur mais peut engager son auteur.

7.2 – Comment est géré le dossier ?

La gestion du dossier est faite avec le concours du courtier et de l’assureur. Ce fut une des conditions imposées dès le départ.

Néanmoins la confidentialité est strictement respectée et la commission Assurance ne divulgue jamais les noms des

accidentés ni des informations permettant de les identifier.

À réception d’une déclaration, le courtier transmet à la commission un double de l’ensemble des documents qu’il a reçus. À

partir de ce moment, le déroulement complet du dossier est suivi jusqu’à son règlement. En raison des imprécisions citées

plus haut, il arrive fréquemment que je sois amené à donner des avis techniques.

Dans le même temps, le courtier accuse réception de sa déclaration à l’intéressé et lui adresse une feuille de décompte pour

le remboursement des soins restés à charge. Dans ce type de contrat l’assureur n’intervient qu’après le régime de base

(Sécurité sociale, régime des travailleurs non salariés, régime agricole) et le régime complémentaire dont la victime peut être

bénéficiaire.

11 En matière de vol, le délai est plus court. Se reporter au chapitre 8 « Le contrat de groupe locaux des clubs ».

Le Mémento du dirigeant

K-I-16 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

En cas d’arrêt de travail, la perte réelle de salaire doit être justifiée. Il faut donc adresser les bordereaux de versement des

organismes sociaux. Une attestation de l’employeur sur la perte de salaire est quelquefois utile, notamment quand l’intéressé

est bénéficiaire de primes qui ne sont pas prises en compte par les régimes sociaux.

Pour les artisans, commerçants, professions libérales, la procédure a été simplifiée tant il est difficile dans certaines situations

d’apporter de telles justifications. Il n’est pas demandé de justificatif de perte de revenu, seulement l’arrêt de travail du

médecin.

La gestion étant informatisée depuis 1990, toutes les informations recueillies permettent d’élaborer des statistiques en tous

genres.

Les présidents de région ou de CDS et certaines commissions directement intéressées peuvent obtenir auprès de la commission

les statistiques qu’ils souhaitent en matière d’accident y compris les coûts, mais en aucun cas des informations permettant

d’identifier les accidentés.

7.3 – L’accident grave

Par accident grave il faut entendre :

- soit un accident dont les blessures entraîneront des séquelles 12 ;

- soit un décès.

Dans le 1° cas « séquelles » , la victime devra adresser en fin de soins un certificat médical précisant cet état de fait : par

exemple un état consolidé avec IPP 13 à déterminer par expertise. Cela entraînera de la part de l’assureur la demande d’un

examen médical par son médecin expert local.

Dans le cadre de cet examen, il est toujours possible et même conseillé à la victime de se faire assister par son médecin

traitant (les honoraires de ce médecin restant à la charge du blessé).

En fonction du taux qui sera retenu l’intéressé recevra un capital calculé sur le montant assuré qui peut être différent suivant

l’option choisie 14 .

Une fois le règlement effectué, il ne peut être fait de réserves sur la suite des séquelles, pas plus que l’assureur ne peut revenir

sur son règlement en cas d’amélioration. Ceci est tout simplement l’application de la législation ayant trait aux règlements

effectués en application du principe forfaitaire qui est la base du fonctionnement des assurances des groupements sportifs.

Seuls les règlements effectués sur le principe indemnitaire, c’est-à-dire ayant mis en jeu la responsabilité d’un tiers, peuventfaire

l’objet de réserves et de versements complémentaires s’il y a aggravation.

Dans le 2° cas « décès » , il appartient en général au président du club de la victime ou à un ami proche de faire la déclaration

et d’instruire le dossier.

Rares sont les familles qui s’en chargent personnellement eu égard au désarroi dans lequel elles se trouvent.

La personne qui prendra en charge l’établissement de la déclaration doit parfaitement s’informer des circonstances et ne pas

laisser cette rubrique en blanc au motif qu’elle n’était pas présente sur les lieux de l’accident.

Les documents à adresser dans les meilleurs délais à défaut de pouvoir les adresser avec la déclaration sont les suivant :

- certificat du médecin qui a constaté le décès ;

- extrait de l’acte de décès ;

- fiche familiale d’état civil ;

- nom du notaire chargé de la succession, sauf s’il n’y a qu’un seul héritier susceptible de recevoir le capital.

Dès que le dossier est complet le règlement peut intervenir.

Les articles reproduits ci-dessous traitent :

- article 11, du règlement des indemnités contractuelles ;

- article 12, du montant des garanties de base et des garanties complémentaires secours ;

- article 13, du montant des garanties plus importantes qui peuvent être souscrites en remplacement des garanties de base,

ceci pour répondre :

• d’une part aux obligations de la loi sur les groupements sportifs,

• d’autre part aux voeux formulés par de nombreux spéléologues qui souhaitaient souscrire des montants plus conséquents.

Les garanties complémentaires secours ne sont versées depuis le 1er janvier 2003 qu’aux seuls assurés FFS.

12 Par séquelles, il faut comprendre que les blessures (fractures ou autres) laisseront à la victime une gêne perma-nente. Les préjudices

« esthétique, d’agrément, etc. » ne sont pas indemnisables dans le cadre de l’assurance indivi-duelle des groupements sportifs.

13 IPP : incapacité permanente partielle.

14 Par exemple un taux de 20 % si l’option de base a été souscrite entraînera un versement de (30.500 x 20% = 6.100 €. Ce taux est maintenant

calculé sur le barème des accidents du travail, beaucoup plus avantageux que celui utilisé précédemment.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-17

La commission assurance 03/10/2005

============================

Article 11 – RÈGLEMENT DES INDEMNITÉS CONTRACTUELLES

11.1 – Sinistres

Estimation des dommages et indemnités incapacité permanente

Lorsque le sinistre a entraîné une infirmité totale ou partielle définitive, la victime doit accepter de se soumettre au contrôle :

a) des médecins de l’assureur, sous peine de se trouver déchue de tout droit aux prestations si, après avoir refusé de se soumettre au contrôle

d’un premier médecin, elle refuse également d’accepter celui d’un deuxième médecin, sauf motif impérieux dûment justifié ;

b) des délégués de l’assureur, sous peine de la même déchéance si la victime persiste dans son refus de se soumettre à ce contrôle après avis

donné 48 heures à l’avance par lettre recommandée, sauf motif impérieux dûment justifié.

Si le souscripteur ou l’assuré ou le bénéficiaire de l’assurance est de mauvaise foi et fait de fausses déclarations sur la nature, les causes, les

circonstances et les conséquences de l’accident, l’assuré ou le bénéficiaire de l’assurance sera entièrement déchu de tout droit aux prestations

pour le sinistre en cause et si celles-ci ont été déjà réglées, elles devront être remboursées à l’assureur.

11.2 – Expertise, incapacité permanente, frais de traitement et incapacité temporaire de travail

En cas de contestation d’ordre médical portant sur les causes ou les conséquences du sinistre, le différend est soumis à une expertise.

Chacune des parties désigne un médecin. Si les médecins ainsi désignés ne sont pas d’accord, ils s’adjoignent un troisième médecin. Les

trois médecins opèrent en commun et à la majorité des voix.

Faute par l’une des parties de nommer son médecin ou par les deux médecins de s’entendre sur le choix du troisième, la désignation est

effectuée par le président du Tribunal de grande instance ou du Tribunal de commerce du domicile de la victime. Dans la première éventualité,

la nomination a lieu sur simple requête de la partie la plus diligente faite au plus tôt 15 jours après l’envoi à l’autre partie d’une

lettre recommandée de mise en demeure avec avis de réception ; s’il y a lieu, la désignation du troisième médecin est faite par le président

du Tribunal statuant en référé.

Chaque partie paie les frais et honoraires de son médecin et, s’il y a lieu, la moitié des honoraires du troisième médecin et des frais de sa

nomination.

11.3 – Subrogation - Recours après sinistre, décès ou infirmité

L’assureur, après paiement des sommes assurées en cas de décès ou d’incapacité permanente, ne peut – conformément à l’article L.131-2

du Code des assurances – être subrogé dans les droits et actions de l’assuré contre le responsable du sinistre.

L’assureur conserve toutefois son droit de subrogation, dans les termes de l’article L.121-12 du Code des assurances, jusqu’à concurrence

de l’indemnité payée par lui, dans les droits et actions de l’assuré contre tout responsable du sinistre, en ce qui concerne les autres indemnités

prévues par le contrat sauf si ce responsable est membre de la FFS et bénéficiaire du présent contrat.

Si la subrogation prévue à l’alinéa qui précède ne peut plus, du fait de l’assuré, s’opérer en faveur de l’assureur, la garantie de celui-ci cesse

d’être engagée dans la mesure même où aurait pu s’exercer la subrogation.

11.4 – Obligations de l’assureur

Le paiement des sommes assurées et des indemnités doit être effectué dans les quinze jours suivant l’accord des parties, après remise des

pièces justificatives légitimement demandées par l’assureur.

En cas d’infirmité permanente, si l’accord des parties sur le taux d’infirmité définitif n’est pas parvenu à l’expiration d’un délai d’un an à

compter de la date de déclaration du sinistre, des acomptes peuvent être versés à la victime, sur sa demande.

Si cette provision se révélait, lors de la consolidation définitive, supérieure à la somme effectivement due par la société, la victime devrait

restituer le trop perçu.

À défaut d’accord des parties, les sommes assurées et les indemnités doivent être payées dans les quinze jours de la décision judiciaire

exécutoire.

Article 12 – MONTANT DES GARANTIES - INDEMNITÉS CONTRACTUELLES

OPTION I – Licenciés à l’année et assurance temporaire un mois

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties « individuelle accident » est fixée à 7 700 000 € par événement,

quel que soit le nombre des victimes.

A - Décès

- Par victime 7 700 €

- À l’indemnité ci-dessus s’ajoute une somme de 3 050 € par enfant à charge tel que défini aux Conditions particulières

qui précèdent.

B - Infirmité permanente

- Invalidité totale 30 500 €

- portée à 46 000 € quand il y a assistance d’une tierce personne (réductible en

fonction du barème accidents du travail en cas d’infirmité

permanente partielle).

Le Mémento du dirigeant

K-I-18 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

C - Frais de traitement

Les frais de traitement, tels qu’ils sont définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont indemnisés sur la base de :

- le maximum d’indemnité par victime est fixé à 2 300 €

- dont lunettes 115 €

D - Frais de recherche et de sauvetage

Les frais de recherche et de sauvetage, tels qu’ils sont

définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont

indemnisés, par personne, sur la base maximum de 23 000 €

E - Frais de rapatriement

Les frais de rapatriement, tels qu’ils sont définis aux Conditions

particulières, sont indemnisés à concurrence de 1 525 € par bénéficiaire.

F - Incapacité temporaire de travail

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement pour

les titulaires de la carte nationale de la FFS en cours, à

concurrence de 16 € par jour à compter du 6 e jour consécutif à l’accident et pendant un

maximum de 365 jours.

Cette extension ne concerne pas les spéléologues étrangers pratiquant occasionnellement en France et dans les DOM-TOM. 

G - Montant des garanties spéciales

(pour les titulaires de la carte nationale assurés FFS participant à des opérations de recherche et de sauvetage)

Les personnes, telles qu’elles sont définies aux Conditions particulières qui précèdent, participant à des opérations de secours et de sauvetage,

bénéficient, en sus des indemnités de base ou optionnelles, des garanties suivantes :

En cas de décès

- Sauveteurs célibataires 12 200 €

- Sauveteurs mariés 23 000 €

- Par enfant à charge 3 050 €

En cas d’infirmité permanente totale

(réductible en cas d’infirmité permanente partielle)

- Sauveteurs mariés ou célibataires 21 500 €

En cas d’incapacité temporaire de travail

- Sauveteurs mariés ou célibataires 16 € payables à compter du 6 e jour consécutif à l’accident et pendant

un maximum de 365 jours.

Frais de traitement

- Ces frais sont indemnisés à concurrence d’un maximum,

par personne, de 6 100 €

Article 13 – MONTANT DES GARANTIES FACULTATIVES POUVANT ÊTRE SOUSCRITES INDIVIDUELLEMENT

EN REMPLACEMENT DES GARANTIES DE BASE

OPTION II – Licenciés à l’année et assurance temporaire un mois

Cette option ne peut pas être souscrite par les spéléologues étrangers pratiquant occasionnellement en France ou dans les DOM-TOM et

n’appartenant pas aux clubs adhérant au contrat.

Individuelle accident

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties « individuelle accident » est fixée à 7 700 000 € par événement,

quel que soit le nombre des victimes.

A - Décès

- Par victime 15 250 €

- À l’indemnité ci-dessus s’ajoute une somme de 4 600 € par enfant à charge tel que défini aux Conditions particulières

qui précèdent.

B - Infirmité permanente

- Invalidité totale 61 000 €

- portée à 92 000 € quand il y a assistance d’une tierce personne (réductible en

fonction du barème accidents du travail en cas d’infirmité

permanente partielle).

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-19

La commission assurance 03/10/2005

C - Frais de traitement

Les frais de traitement, tels qu’ils sont définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont indemnisés sur la base :

- d’un maximum d’indemnité par victime fixé à 3 050 €

- dont lunettes 153 €

D - Frais de recherche et de sauvetage

Les frais de recherche et de sauvetage, tels qu’ils sont

définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont

indemnisés, par personne, sur la base maximum de 23 000 €

E - Frais de rapatriement

Les frais de rapatriement, tels qu’ils sont définis aux

Conditions particulières, sont indemnisés, par bénéficiaire,

à concurrence de 3 050 €

F - Incapacité temporaire de travail

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement pour

les titulaires de la carte nationale de la FFS en cours, tel

que défini aux Conditions particulières, à concurrence de 23 € par jour à compter du 6 e jour consécutif à l’accident et pendant un

maximum de 18 mois.

OPTION III – Licenciés à l’année et assurance temporaire un mois

Cette option ne peut pas être souscrite par les spéléologues étrangers pratiquant occasionnellement en France ou dans les DOM-TOM et

n’appartenant pas aux clubs adhérant au contrat.

Individuelle accident

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties « individuelle accident » est fixée à 7 700 000 € par événement,

quel que soit le nombre des victimes.

A - Décès

- Par victime 23 000 €

- À l’indemnité ci-dessus s’ajoute une somme de 6 100 € par enfant à charge tel que défini aux Conditions particulières

qui précèdent.

B - Infirmité permanente

- Invalidité totale 92 000 €

- portée à 138 000 € quand il y a assistance d’une tierce personne (réductible

en fonction du barème accidents du travail en cas d’infirmité

permanente partielle).

C - Frais de traitement

Les frais de traitement, tels qu’ils sont définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont indemnisés sur la base :

- d’un maximum d’indemnité par victime fixé à 4 600 €

- dont lunettes 230 €

D - Frais de recherche et de sauvetage

Les frais de recherche et de sauvetage, tels qu’ils sont

définis aux Conditions particulières qui précèdent, sont

indemnisés, par personne, sur la base maximum de

23 000 €

E - Frais de rapatriement

Les frais de rapatriement, tels qu’ils sont définis aux

Conditions particulières, sont indemnisés, par bénéficiaire,

à concurrence de

3 050 €.

F - Incapacité temporaire de travail

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement pour

les titulaires de la carte nationale de la FFS en cours, tel

que défini aux Conditions particulières, à concurrence de 31 € par jour à compter du 6 e jour consécutif à l’accident et pendant un

maximum de 18 mois.

============================

Le Mémento du dirigeant

K-I-20 K-Assurances

17/10/2006 La commission assurance

8 – Le contrat « groupe » locaux des clubs, CDS, régions, Spéléo-secours

Contrat souscrit par la FFS auprès de la Société AXA Courtage sous le n° 130 276 894 - déclaration de sinistre (sauf dégât

des eaux) à adresser sur papier libre à notre courtier :

Aon Assurances (Vanda LE DU) 420 rue d’Etienne d’Orves – 92700 COLOMBES, en indiquant les références ci-dessus.

Depuis 1991, un nouveau contrat groupe (Contrat n° 130 276 894 Axa France) a été mis au point pour assurer divers locaux.

Ce contrat est ouvert à toutes les associations rattachées à la FFS de fait ou par adhésion. A partir de 2007, ce contrat est

étendu aux dommages électriques aux appareils.

Avant de donner le détail des caractéristiques du contrat, il est nécessaire de faire un bref rappel sur les responsabilités encourues

dans ce domaine. Pour tenir leurs réunions, entreposer leur matériel, conserver leurs archives ou leur bibliothèque,

les associations louent ou occupent des locaux.

Deux responsabilités peuvent entrer en jeu :

Responsabilité civile accident

Il s’agit des accidents corporels et/ou matériels qui pourraient être occasionnés par l’usage de ces locaux. (art. 1384 al. 1 ou

1386 du Code civil).

Le contrat de la FFS couvre automatiquement en dehors de ses propres locaux ceux des CDS et des régions, sans qu’une

localisation soit nécessaire.

Pour les clubs qui ont souscrit l’assurance fédérale cette garantie responsabilité civile leur est également acquise.

Responsabilité civile incendie

Le fondement de la responsabilité d’un locataire unique ou partiel en cas d’incendie ou d’explosion est basé sur les articles

1732, 1733 et 1735 du Code civil 15 . Le sous-locataire encourt les mêmes responsabilités qu’un locataire normal et doit s’assurer

dans les mêmes conditions.

L’occupant à titre gratuit peut supporter une responsabilité fondée sur l’article 1302 du Code civil. Il doit être assuré comme

un locataire.

Enfin ce contrat garantit dans les mêmes conditions ceux qui sont propriétaires des locaux qu’ils occupent, hypothèse qui se

rencontre de plus en plus fréquemment.

Il ne fait pas double emploi avec le contrat général de la FFS mais le complète pour faire face à des situations juridiques tout

à fait différentes.

Les occupations temporaires pour une manifestation ne rentrent pas dans ce cas de figure. Elles font l’objet de la responsabilité

civile générale exposée auparavant.

À noter que la période de couverture dans cette situation est de 31 jours.

8.1 – Ce qu’il garantit

- Incendie, explosions, tempête, neige, grêle, attentats sur les biens, risques locatifs illimités ou bâtiments pour ceux qui sont

propriétaires ;

- contenu (biens mobiliers, matériels, etc.) 16 ;

- dégâts des eaux ;

- vol sans objet de valeur, attentats, vandalisme ;

- bris de glaces à concurrence d’un premier risque ;

- Dommages électriques à concurrence d’un premier risque ;

- protection juridique.

- Dépôt de carbure jusqu’à 140 kg, en bidon(s) étanche(s).

8.2 – Comment souscrire et déclarer un dommage ?

8.2.1 – Souscription

Les informations concernant les différentes options sont adressées en même temps que l’appel de cotisation. Après avoir fait

le choix de l’option qui est fonction du capital choisi pour le contenu, il suffit d’adresser le chèque correspondant à la FFS en

indiquant l’adresse exacte du bien à assurer. Le club recevra ultérieurement une attestation d’assurance.

Si le club dispose de deux locaux, chaque local doit faire l’objet d’une souscription séparée.

En cas de déménagement en cours d’année, il est nécessaire de le signaler, soit à la commission soit au secrétariat FFS.

Pour faciliter la gestion, ce contrat fonctionne par période annuelle civile sans tacite reconduction. Il est donc nécessaire

d’adresser le règlement avant la fin de la période en cours, la garantie prenant effet au moment de l’envoi au siège FFS.

En cas de première souscription en cours d’année, le montant à payer est fonction du nombre de mois restant à courir, chaque

mois commencé étant dû.

15 Voir ces différents articles en K-III-annexe B

16 Plusieurs options sont offertes. Elles varient chaque année et sont indiquées avec l’appel de cotisation. Voir K-IV-annexe C

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-21

La commission assurance 17/10/2006

8.2.2 – Dommage

La déclaration d’un dommage se fait sur papier libre et doit être adressée à l’assureur dans un délai de 5 jours.

Vous devez toujours justifier votre réclamation par l’envoi d’un état de perte auquel doivent être jointes les factures d’achat des

biens endommagés. Ceux-ci peuvent faire l’objet d’un abattement pour vétusté selon un calcul variable d’un objet à l’autre.

Dans certains cas, en fonction du montant du préjudice, l’assureur peut demander l’intervention d’un expert.

8.3 – Particularités en cas de vol

En cas de vol, des règles très strictes doivent être respectées. Dès la constatation du vol et notamment de l’infraction, les

services de Police ou de Gendarmerie, suivant le lieu du délit, doivent être alertés. Vous disposez pour cela de 24 heures et

pour faire la déclaration à l’assureur de deux jours ouvrés 17 .

L’idéal est d’amener les services de police à constater par eux-mêmes l’effraction. Cette constatation figurera dans le dépôt

de plainte. Dans le cas contraire, c’est seulement votre déclaration qui sera indiquée.

Les biens endommagés par l’effraction (porte, serrure, volet, etc.) doivent de préférence être réparés par un professionnel

plutôt que bricolés par vous-mêmes. La facture qui, vous sera de toute façon remboursée dans le cadre du vol constituera

une preuve supplémentaire.

En même temps, vous devez établir pour ces mêmes services un état de perte qui sera pris en compte par l’assureur, mais

ce dernier vous demandera des justificatifs de l’achat des biens volés. À défaut, vous pourrez utiliser des témoignages qui ont

malgré tout une valeur limitée.

Tout ceci n’a rien d’exceptionnel. Sachez que si vous êtes victime d’un vol dans votre propre habitation vous devrez agir de

la même façon.

La garantie vol de ce contrat de groupe n’est assortie d’aucune mesure de protection exceptionnelle si vous restez dans la

limite des trois options proposées. Mais pour qu’elle intervienne il faut qu’il y ait « effraction ».

Vos biens sont également couverts en dehors du local habituel au cours de vos déplacements quand ils sont dans un autre

local mais toujours avec cette notion d’effraction.

En aucun cas la garantie ne s’exerce dans vos voitures. C’est l’assurance de la voiture qui doit intervenir dans une telle situation.

Voir à cet effet le contrat de groupe « Auto » que la commission a mis au point à votre attention avec notre courtier.

8.4 – Particularités en cas de dégâts des eaux

En cas de dommages provenant d’un dégât des eaux vous devez joindre à votre déclaration faite sur papier libre, un constat

du même style que ceux utilisés en cas d’accident de voiture mais bien sûr libellé différemment 18 .

Ce document est indispensable pour l’assureur qui va effectuer son règlement en fonction d’une convention dite « CIDRE 19 »

à laquelle pratiquement toutes les sociétés d’assurances ont adhéré.

De la même façon que pour un vol vous devrez établir vous même pour l’assureur un état de perte. La justification est plus

facile dans la mesure où les biens endommagés sont toujours en place. En fonction de l’importance du dommage il y aura

éventuellement une expertise.

8.5 – Particularités en cas de catastrophe naturelle

Une difficulté ayant été rencontrée avec un club victime d’une catastrophe naturelle dans un local mis à disposition par une

municipalité, il est nécessaire d’apporter quelques précisions.

C’est un arrêté interministériel, publié au Journal officiel, qui conditionne le droit à ouverture de la garantie. Les conditions de

garanties sont fixées par des clauses types figurant à l’art. A 125-1 du Code des assurances. Ce même article institue des

franchises obligatoires qui s’imposent à l’assureur et à l’assuré. Vous ne les voyez pas apparaître dans le contrat qui fait uniquement

référence à la législation en vigueur.

Les franchises sont de 380 € pour les biens à usage d’habitation et de 10 % avec un minimum de 1140 € pour les biens à

usage professionnel. Des difficultés d’interprétation s’étant posées, une note ministérielle a donné des directives précises.

Les biens appartenant aux associations qui n’ont pas d’activités professionnelles sont passibles d’une franchise de 380 €. Les

biens communaux (sauf quelques exceptions concernant les bâtiments utilisés pour les cultes) sont passibles de la franchise

des biens professionnels.

Si c’est la commune qui a peint votre local, les dommages seront passibles de la franchise professionnelle. Vos biens endommagés

seront eux passibles de la franchise biens à usage d’habitation soit 380 €.

17 Le délai commence à courir à partir du moment où l’on a connaissance de l’événement.

18 Voir en K-V-annexe D, modèle d’un constat dégât des eaux.

19 Convention d’indemnisation directe et de renonciation à recours dégât des eaux

Le Mémento du dirigeant

K-I-22 K-Assurances

03/10/2005 La commission assurance

9 – La jurisprudence existante

Depuis la dernière mise à jour du présent cahier, de nouvelles affaires sont venues étoffer la jurisprudence, tant en matière

d’exploration souterraine que de descente de canyon et deux jugements ont été rendus.

Deux jugements ont été rendus. Une autre affaire est en cours d’instruction et ne peut faire l’objet en l’état actuel du dossier

d’aucun commentaire. Enfin une dernière est en instance devant le TGI de Paris.

Les différentes affaires évoquées précédemment sont maintenues en l’état dans le présent cahier.

Au paragraphe 9.1.7, un résumé des nouvelles mises en cause qui ne manqueront pas d’intérêt pour les futures EDS s’agissant

de sortie d’initiation.

9.1 – En matière de spéléologie

9.1.1 – Cour d’appel de Nîmes - 18/05/1974

Il s’agit dans cette affaire déjà ancienne du décès d’un enfant en centre de vacances lors d’une sortie de spéléologie.

Selon les faits exposés la victime est tombée d’une plate forme horizontale de 4 m x 3 m à bords francs dans la faille d’un puits

naturel, d’une hauteur de 10 m, alors que son moniteur était entrain de remonter le jeune X. qui, avec Laurent D. et quatre

enfants, venait d’explorer le fond du puits constitué par un cône d’éboulis.

Il est reproché au directeur du centre d’avoir confié la descente à J., sachant qu’il ne possédait aucun diplôme civil de spéléologie...

Bien que le moniteur en question ait déclaré que cet aven avait été exploré de nombreuses fois par des enfants

accompagnés d’un guide, il est précisé dans l’arrêt « que ni sa pratique de cette activité ni sa jeunesse ne lui conféraient

la compétence et l’autorité exigées des chefs de toute expédition spéléologique ».

Il a fait ensuite valoir qu’il ne pouvait lui être reproché l’inobservation des règlements car il n’en existait pas en matière de

spéléologie.

« Peu importe, à répondu la Cour, il y a eu faute et celle-ci est caractérisée par la maladresse ou l’imprudence ou l’inattention

ou la négligence... » (article 319 du Code pénal).

La conclusion de cet arrêt est qu’une sortie d’initiation doit être confiée à une ou plusieurs personnes compétentes, notamment

quand il s’agit d’encadrer des enfants. Les responsables de clubs doivent être très vigilants sur les encadrements de

sorties de ce genre.

9.1.2 – Cour d’appel de Rennes - 29/09/1992

Dans cet arrêt, nous sommes également dans un centre de vacances. Un adolescent a été tué au cours d’une sortie spéléologique

par la chute d’une pierre provoquée par une maladresse du jeune Renaud… sans qu’aucune faute ne puisse être

reprochée au moniteur.

La compétence de ce dernier était garantie par un diplôme de la Fédération française de spéléologie.

Les magistrats ont en outre précisé que la pratique de la spéléologie, impliquant l’acceptation de certains risques inhérents à

ce type d’activité en milieu inhabituel, ne saurait entraîner la responsabilité automatique de l’organisateur.

9.1.3 – Cour d’appel de Lyon - 12/05/1993

Nous sommes ici dans le cadre d’une sortie d’initiation. La personne initiée est un garçon 20 ans, ce n’est donc plus un enfant.

La cavité dans laquelle il a été conduit est aménagée à cet effet.

Au cours de la remontée d’un puits sur une échelle métallique, la victime fatiguée n’a pas utilisé la longe qui lui permettait de

s’arrimer automatiquement sur l’échelle et a chuté.

Pour rechercher la responsabilité de l’initiateur, la victime lui a reproché de ne pas l’avoir assurée avec un bloqueur coulissant

le long d’une corde fixe parallèle à l’échelle. Mais le fait de ne pas avoir employé cette technique ne peut être reproché comme

une faute à un non professionnel qui n’était pas tenu d’une obligation contractuelle de sécurité et ce d’autant que la remontée

ne présentait pas de difficultés techniques pour un jeune adulte n’ayant aucun handicap. En fournissant une possibilité d’autoassurance

à son compagnon il avait pris des précautions qui devaient permettre à celui-ci d’éviter une chute.

L’accident est dû en réalité à la seule défaillance humaine de la victime sans qu’aucune faute puisse être caractérisée à la

charge de l’intimé (c’est-à-dire l’initiateur).

Cette affaire récente montre que si toutes les précautions sont prises et que notamment l’exploration entreprise ne présente

pas de difficultés trop importantes par rapport à l’expérience du néophyte, une telle action peut être vouée à l’échec.

Mais attention, chaque accident est un cas d’espèce. La jurisprudence en matière de spéléologie est si peu fournie qu’on ne

peut tirer de généralités de ces quelques cas.

9.1.4 – Tribunal de grande instance de Grenoble - 27/02/1996

Il s’agit d’une affaire récente concernant une descente de canyon dans le cadre d’un centre de vacances. Sans rentrer dans

les discussions que provoque cette activité, cette jurisprudence a été volontairement intégrée dans celles ayant trait à la spéléologie.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-23

La commission assurance

Bien que cet accident soit survenu au cours de l’activité d’un centre de vacances, il est intéressant d’examiner les attendus qui

ont conduit à la responsabilité tant pénale que civile du moniteur qui encadrait cette descente.

Examinons d’abord les faits :

« Le 15 août 1992, la jeune Malika F. âgée de 16 ans effectuait la descente du canyon du Furon situé sur la commune de

Sassenage en canyoning en compagnie d’une autre adolescente Sandrine T. et de deux animateurs, Yann D. moniteur de

canyoning FFME et Dominique B. initiateur d’escalade.

Vers 17 heures, le groupe se présentait à l’appel du dernier saut d’une hauteur de 11 mètres situé dans la partie finale du

canyon du Furon.

Sandrine T. préférait descendre par le sentier tandis que Malika voulait faire le saut.

Après avoir reçu les consignes de Yann D., il semble qu’elle ait amorcé une impulsion mais ait hésité et se soit retournée face

au départ et qu’ainsi, au lieu de franchir la distance nécessaire pour s’éloigner du bord et se trouver au-dessus de la vasque,

elle ait heurté le rocher au départ puis au-dessus de la surface de l’eau.

...Malika est décédée le lendemain matin sans avoir repris connaissance, des suites de ses blessures... »

Il ressort des constatations que Malika, tout au long du stage qu’elle a effectué, a été très volontaire et qu’elle a souhaité elle

même effectuer le saut tragique. Elle en était d’ailleurs à sa troisième descente. Il est également apparu que le matériel utilisé

n’était pas adapté.

La responsabilité tant pénale que civile du directeur du centre a été reconnue. Mais il est intéressant de se pencher sur celle

du moniteur diplômé.

« Il lui appartenait, en sa qualité de responsable de la sortie, d’adapter le parcours et plus particulièrement la hauteur des

sauts à effectuer aux stagiaires dont il avait la charge et au matériel mis à sa disposition (en réduisant par exemple la hauteur

des sauts...).

En ne s’opposant pas à ce qu’une adolescente de 16 ans peu expérimentée et qu’il ne connaissait pas avant le jour de l’accident

fasse un saut de 11 mètres sans casque, il a incontestablement commis une imprudence sérieuse en relation directe

avec le décès de celle-ci... »

En fait, dans une sortie avec un groupe dans lequel se trouvent des personnes plus ou moins expérimentées, ce n’est pas à

elles d’estimer les difficultés qu’elles peuvent appréhender mais au responsable de cette sortie. Ces personnes en effet ne

sont pas en mesure d’apprécier à leur juste valeur leur compétence et la façon dont elles vont dominer leurs angoisses face

au danger.

9.1.5 – Tribunal correctionnel de Besançon - 10/06/98

Dans cette affaire, il a été reproché à deux spéléologues d’avoir entraîné un ami débutant dans une descente à laquelle il

n’était pas préparé eu égard à la disposition des lieux.

À noter que la victime pensait pouvoir affronter cette descente sans problème, ce qui n’était pas le cas. Il appartenait aux

deux spéléologues qui l’encadraient d’en prendre conscience. À cela se sont ajoutées quelques erreurs techniques.

Reconnus responsables de la mort de leur ami par négligence (seule motivation du jugement), ils ont été condamnés à 8 mois

de prison avec sursis et à payer 29 423 € (193 000 F) de dommages et intérêts.

9.1.6 – Cour d’appel de Montpellier - 10/03/98

Cette affaire d’explosifs a beaucoup remué le monde spéléologique. Que s’est-il passé exactement ?

Le 22/04/95, deux spéléologues procèdent à une désobstruction au burin dans une cavité de l’Aveyron. Au cours de ce travail,

une explosion se produit et l’un d’eux est blessé au visage. L’explosion provient d’une charge posée précédemment et qui

n’avait pas explosé.

De nombreux bruits ont couru sur l’origine de l’action pénale. Il semble en réalité qu’une enquête ait été diligentée par le contentieux

de la Sécurité sociale. Ce genre de démarche est fréquent, ne serait-ce que pour trouver un responsable et récupérer

les débours.

L’enquête a conduit les gendarmes vers les détenteurs des explosifs et ensuite le fournisseur. Plusieurs infractions ayant été

commises en matière de détention et d’usage d’explosifs, les intéressés ont été renvoyés devant le Tribunal correctionnel de

Millau. Sur le jugement rendu en première instance, le procureur de la République a fait appel, estimant probablement les

premiers juges trop cléments.

Le 10/03/98, la Cour d’appel de Montpellier a rendu un arrêt réformant et aggravant la décision de première instance.

Les motifs des diverses condamnations prononcées sont les suivants :

- détention sans autorisation et sans motifs légitimes de substances ou engins explosifs... ;

- s’être livré à la vente de substances explosives en l’espèce... sans autorisation ;

- d’avoir omis de respecter les règles de sécurité en cas de non utilisation des produits explosifs dans les délais.

Alors qu’en première instance les peines de paiement d’amendes avaient été prononcées avec sursis, la Cour d’appel ne les

assortit du sursis que pour moitié.

Quant au blessé, sa constitution de partie civile a été retenue mais rejetée au motif qu’aucune relation directe ne peut être

prouvée entre les faits reprochés et les blessures dont il a été victime, d’autant plus qu’il n’est pas établi que l’explosif objet à

l’origine des blessures corresponde directement à un de ceux objets des infractions retenues.

Le Mémento du dirigeant

K-I-24 K-Assurances

La commission assurance

Bien entendu notre assureur est intervenu pour défendre nos spéléologues et ceci bien qu’il y ait eu non respect de la législation.

Voilà les quelques arrêts se rapportant à la spéléologie qui peuvent être évoqués.

Pour ceux qui utilisent ou détiennent des explosifs, soyez vigilants, même si l’on sait que la législation est difficile à respecter.

Quant aux responsables de clubs, il leur appartient de confier la responsabilité des sorties à des gens expérimentés et de

veiller à ce que la cavité explorée soit à la portée des participants. (Voir à ce sujet le nouvel arrêt cité ci-dessous au paragraphe

9.2.2, responsabilité des cadres.)

9.1.7 – Deux accidents mortels en initiation

À la fin d’une séance d’initiation en descente de canyon avec un BE, il est proposé à un participant de passer en apnée sous

un bloc rocheux. Malheureusement la fatigue, le mauvais équipement et l’inexpérience terminent tragiquement cette sortie par

la noyade du jeune homme. Il a été reproché au BE organisateur et cadre de la sortie d’avoir sous estimé le risque qu’il faisait

courir à la victime déjà fatiguée par la descente et également un défaut d’équipement pour le franchissement d’un tel obstacle,

qui de surcroît était hors du trajet normal.

De même à la fin d’une sortie d’initiation et sur le chemin du retour, un passage délicat non équipé a provoqué la chute dans

un torrent et la mort par noyade d’une adolescente. Il a été reproché aux deux BE qui encadraient un inaccomplissement des

modalités d’encadrement et de parade qui auraient permis d’éviter le drame...

La fiche technique « Sécurité et prévention » 20 éditée par l’EFS doit être scrupuleusement respectée par les organisateurs de

sorties de découverte ou d’initiation. En cas d’accident, elle pourra avoir un impact important entre les mains d’un juge.

9.2 – La jurisprudence dans d’autres disciplines

9.2.1 – Tribunal correctionnel de Marseille - CAF - 9/02/95

Elle concerne le Club alpin et la mort d’un jeune garçon de 19 ans lors d’une escalade dans la calanque du Devanson à Marseille.

Des responsabilités en cascade ont été reconnues par les magistrats. Là encore, nous sommes dans le cadre d’une sortie

« jugée » mal préparée et dont l’encadrement a été confié à une personne insuffisamment qualifiée et compétente au regard

de sa mission.

Tout d’abord, le président de la section concernée du Club alpin a été mis en cause. Il lui a été reproché d’avoir confié l’encadrement

de cette sortie à H., estimant faussement que ce dernier avait, avec 15 ans d’expérience en escalade, alpinisme et

randonnée, le niveau et les compétences suffisants pour une telle mission ; qu’il lui appartenait de vérifier impérativement la

nature et l’étendue exacte des compétences ainsi que le niveau de cet animateur...

Parmi les nombreuses fautes reprochées à l’animateur on peut citer :

- en omettant de s’assurer du niveau et de l’expérience des membres de son groupe...

- en s’abstenant de vérifier la nature et la qualité du matériel de chaque participant...

- en modifiant délibérément le programme d’escalade pour effectuer une sortie plus difficile que celle prévue initialement...

- en ne prenant pas soin de guider et orienter le groupe dans sa progression...

Un autre animateur qui avait en charge un autre groupe s’est vu reproché, alors qu’il constatait le retard important de son

collègue et qu’il était rentré à l’auberge d’accueil, de n’avoir pas pris soin d’avertir les secours. Les juges ont estimé qu’il avait

commis le délit de non assistance à personnes en péril. Il avait notamment avancé comme argument que les secours étaient

trop souvent alertés inutilement.

Les peines prononcées à l’égard des prévenus sont particulièrement lourdes puisqu’elles vont de 6 à 18 mois de prison avec

sursis et mise à l’épreuve pendant 3 ans. Il a été fait appel de cette décision. Dans le précédent cahier, il avait été précisé que

les différents prévenus avait interjeté appel de cette décision.

La Cour d’appel d’Aix-en-Provence, dans un arrêt du 16/01/98 a seulement maintenu la condamnation de l’animateur tout en

la réduisant et relaxé les autres personnes.

Depuis, une nouvelle affaire d’alpinisme et d’encadrement a vu le jour et l’association organisatrice a été condamnée en

même temps que ses cadres. (Voir ci-dessous.)

9.2.2 – Tribunal correctionnel d’Albertville - 2/06/98

Les faits se sont déroulés au cours d’un stage, d’où l’intérêt que peuvent présenter pour nous les attendus du jugement, cidessous

résumés.

Le tribunal a retenu la responsabilité pénale des trois responsables et de l’association après avoir établi que l’obligation de

sécurité impliquait :

- la vérification préalable des compétences des participants ;

- la mise à disposition de moyens pour prévenir les secours ;

- un encadrement compétent et expérimenté ;

- une obligation permanente de surveillance ;

- un nombre suffisant d’encadrants.

20 Voir le document dans le chapitre D du Mémento du dirigeant aux pages D-I-1 et D-I-2

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-25

La commission assurance

9.2.3 – Les points essentiels à retenir de ces décisions

Dans un article paru dans le numéro 16 du journal Montagnes info , J.-M. COMBETTE, magistrat, met en évidence quatre

points qui apparaissent essentiels en matière de responsabilité juridique des associations, des présidents de clubs locaux, des

cadres bénévoles organisant et encadrant des stages collectifs et individuels.

Ces recommandations s’adaptent parfaitement à nos activités, que ce soient la spéléologie, la plongée, le canyon...

- le responsable du club local ou de l’association doit s’assurer impérativement que l’encadrement est suffisant et compétent ;

ces critères sont primordiaux en fonction de la difficulté d’une sortie ;

- les capacités techniques des pratiquants doivent être prises en compte en fonction de la difficulté de l’activité prévue ; il peut

apparaître nécessaire de préconiser une sortie mieux adaptée à leur niveau ;

- une vérification des équipements est indispensable avant la sortie ;

- dernier impératif : consulter le bulletin météorologique et nivologique dans les heures précédant le départ et ne pas hésiter

à reporter une sortie si les conditions ne sont pas bonnes.

L’observation stricte de ces quatre règles évidentes – dont une trace écrite devrait être systématique – sont les seules preuves

d’irréprochabilité des bénévoles encadrants.

Ces recommandations concernent la préparation. Hélas, d’autres événements peuvent intervenir comme nous l’avons vu

précédemment, mais l’évolution de la jurisprudence tendant à retenir à nouveau la théorie du risque accepté peut nous mettre

à l’abri de quelques mises en cause.

9.3 – La jurisprudence se rapportant à l’assurance

Depuis la dernière mise à jour du cahier, de nouvelles décisions ont été rendues concernant les obligations des groupements

sportifs quant à leurs devoirs d’informations vis-à-vis de leurs membres. Elles ne sont pas reprises dans la présente rédaction

car elles vont dans le même sens que celles déjà citées et qui sont maintenues pour exemples.

D’autre part, un arrêt du Conseil d’État en date du 2/07/99 a levé une ambiguïté de la loi sur l’obligation ou non d’imposer aux

adhérents l’assurance responsabilité civile, comme le font certaines fédérations (ce qui n’est pas le cas de la FFS).

La nouvelle loi n’a apporté aucun changement quant à cette disposition ce qui n’empêche pas certaines fédérations de conserver

une interprétation très personnelle.

Cet arrêt renforce la responsabilité des clubs dans la mesure où, en cas de refus d’un adhérent de souscrire l’assurance

proposée, les dirigeants devront exiger du récalcitrant une attestation de l’assurance qu’il a souscrite par ailleurs, avant de

l’accepter dans une activité.

9.3.1 – L’arrêt de la Cour d’appel de Dijon du 22/06/1995

« Aux termes de la loi du 16 juillet 1984 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives (art.37),

les groupements doivent souscrire pour l’exercice de leur activité un contrat d’assurance couvrant la responsabilité civile de

leurs préposés et celle des pratiquants du sport.

Il appartient à un club sportif de prendre connaissance de tous les documents définissant l’étendue de la garantie de l’assurance

souscrite pour l’exercice de son activité et de vérifier notamment que tous les joueurs titulaires d’une licence, amateurs

et professionnels, sont bien assurés.

Si tel n’est pas le cas, ce club ne peut s’affranchir de sa responsabilité en arguant de sa bonne foi, de la tutelle de la ligue

régionale ou de sa méconnaissance des dispositions légales. »

Dans la mesure où certains membres d’un club refuseront de souscrire au contrat de groupe de la FFS proposé par les dirigeants

de ce club, ceux ci devront exiger de la part de ces adhérents une attestation précisant qu’ils sont bien assurés pour

la pratique de la spéléologie aussi bien en responsabilité civile qu’en individuelle accident. Cette attestation devra également

préciser que la garantie leur est acquise quand ils encadrent un groupe.

9.3.2 – L’arrêt de la Cour de cassation du 13/02/1996

Victime d’une chute lors d’une reprise en manège, l’adhérente d’un club équestre assigne les dirigeants du club ainsi que la

Fédération française d’équitation – devenue Délégation nationale des sports équestres (DNSE) – et l’assureur auprès duquel

la fédération avait souscrit une assurance de groupe garantissant des sommes forfaitaires en cas de dommages corporels.

La victime, au titre de cette assurance de groupe, bénéficiait, en cas d’invalidité, d’un capital de 30 488 €.

La cour d’appel avait accueilli les prétentions de la victime et condamné in solidum la fédération et les dirigeants du club à

réparer son entier préjudice.

Les pourvois formés tant par la fédération et son assureur que par les dirigeants du club sont rejetés aux motifs que :

- il appartient aux groupements sportifs, comme l’a retenu la Cour d’appel, non seulement d’attirer l’attention de leurs adhérents

sur leur intérêt à souscrire une assurance de personne couvrant leurs dommages corporels, mais encore de leur proposer

plusieurs formules de garantie leur permettant, s’ils estiment utile de contracter une telle assurance, de choisir la garantie

la mieux adaptée à leurs besoins ;

- c’est au souscripteur de l’assurance de groupe qu’il appartient d’informer les adhérents par la remise d’une notice définissant

les garanties du contrat et leurs règles de fonctionnement. La seule mention portée sur la licence « le titulaire déclare avoir

pris connaissance.... des conditions du contrat » ne satisfait pas aux exigences de la loi ;

Le Mémento du dirigeant

K-I-26 K-Assurances

La commission assurance

- le lien de causalité entre la faute et le dommage est établi. En effet, la victime, qui ne s’est vu offrir aucun choix et n’a pu

apprécier ni la nature, ni l’importance des garanties, a subi un dommage qualifié par la cour d’appel de « perte de chance » ;

- les dirigeants du groupement sportif, autonomes à l’égard de la fédération au regard de leurs obligations de conseil et d’information

envers les adhérents, ont commis une faute personnelle. Il n’y a donc pas lieu d’accueillir leur recours en garantie

contre la fédération.

9.3.3 – Les nouveaux jugements concernant les obligations et informations en matière d’assurance

- AGHZAF c/ MNS - Cass. 7/04/98 : ...le père de la victime a mis en cause la responsabilité contractuelle du club (judo) pour

son manquement à son obligation d’information en matière de souscription de contrat d’assurance... Débouté en appel, il a eu

gain de cause devant la Cour de cassation qui a reproché à la Cour d’appel de n’avoir pas recherché si le seul fait de ne pas

avoir informé le père de la victime de son intérêt à souscrire une assurance complémentaire n’avait pas privé celui-ci d’une

chance d’obtenir une meilleur réparation.

- Ligue d’Auvergne de football c/ Bureau et MMA - Cass. 10/06/98 : ...un joueur est blessé... il assigne la compagnie d’assurances

de la ligue pour obtenir la réparation de son préjudice. Le tribunal limite son indemnisation au montant de la garantie. La

victime assigne alors la ligue en réparation de son dommage complémentaire. Son action est accueillie. La juridiction reproche

à la ligue de n’avoir pas informé les licenciés de l’étendue des garanties souscrites auprès de l’assureur.

- THIBAUDEAU c/ Vélo club - Cass. 12/11/98 : un membre âgé de 14 ans est blessé... Devenu majeur, il assigne son club

et l’assureur en réparation de son préjudice. Les juges ont fait droit à sa demande. Les mentions de la licence consacrées

aux assurances n’établissent pas que la jeune victime ou ses parents ont été informés de la faiblesse des garanties et de la

nécessité... de souscrire une assurance personnelle ou d’opter pour une garantie supérieure.

Le club a manqué à ses obligations de renseignement et de conseil.

Le contrat FFS couvre la responsabilité des clubs assurés et de leurs dirigeants dans le cas où elle serait recherchée pour

manque d’informations et perte de chance.

En est-il de même du contrat que vous avez choisi si vous êtes toujours réfractaire à celui que vous propose la FFS !

Vous seriez bien inspirés de vous informer car nous ne sommes plus en présence d’une responsabilité civile « corporel et/ou

matériel » classique.

Des décisions lourdes de conséquences

Ces décisions très argumentées, revêtent pour les groupements et fédérations sportives une extrême importance. Il ressort

nettement que c’est la perte de chance d’obtenir une meilleure indemnisation par le biais soit d’une assurance complémentaire,

soit d’une option plus importante qui est sanctionnée.

Les clubs adhérents FFS devront suivre strictement les consignes figurant tout au long du cahier.

10 – La responsabilité des propriétaires de cavités

Voilà un sujet qui fait beaucoup parler, un peu à tort et à travers, dans la mesure où là aussi, il n’existe pratiquement pas de

jurisprudence et ceux qui avancent de savantes théories n’ont que fort peu de connaissances dans ce domaine.

Les recherches en matière de jurisprudence n’ont rien donné et ce ne sont que des suppositions qui peuvent être faites.

Les propriétaires de cavités peuvent être soit des personnes privées soit des communes. En elle-même, cette distinction n’a

pas une grande différence sinon au niveau des assurances qui peuvent être contractées dans le cadre de la responsabilité

civile.

Conformément aux dispositions de l’article 552 du Code civil, le propriétaire du sol est propriétaire du dessus et du dessous.

En cas d’accident survenu à l’intérieur d’une cavité sa responsabilité peut être recherchée sur les bases de l’article 1384 al. 1

du Code « La responsabilité du fait des choses ».

Une telle action est-elle susceptible d’aboutir ?

Difficilement à notre avis, car la notion de risque acceptée serait certainement utilisée comme moyen de défense. À partir du

moment où un spéléologue muni de son équipement pénètre dans une cavité il accepte un risque inhérent à cette pratique.

Les contrats d’assurances souscrits par les exploitants agricoles 21 ou les personnes privées ne prévoient pas d’exclusion dans

ce domaine. De plus, la tendance de la jurisprudence en matière de responsabilité civile est de restreindre de plus en plus le

champ de ces exclusions et d’étendre au contraire celui de la responsabilité.

Pour ce qui est des communes, la plupart de celles qui ont moins de 5 000 habitants bénéficient d’un contrat multirisque offrant

de très larges couvertures, notamment la dernière version de 1987. Il s’agit d’un contrat très spécifique mis au point par La

Fédération française des sociétés d’assurances avec le concours du ministère de l’Intérieur. Malheureusement, les responsables

de ces communes manquent de connaissance dans ce domaine et bien souvent ne savent pas réellement comment

ils sont assurés.

Aucune exclusion concernant les cavités ne figure dans ce type d’assurance. Notre propre assureur interrogé sur ce point

ne voit pas comment il pourrait rejeter une telle garantie. Ce qui ne veut pas dire que la responsabilité de la commune serait

automatiquement reconnue.

Ce problème n’est pas particulier à la spéléologie et se retrouve dans toutes les activités de pleine nature.

21 Les exploitants agricoles sont cités ici car c’est souvent dans des exploitations agricoles que se trouvent les entrées de cavités.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-I-27

La commission assurance

Néanmoins des possibilités existent par le biais d’accords et/ou de conventions qui ont toujours été acceptées par notre assureur.

Il y a même la possibilité de faire entrer un propriétaire ou une commune sur notre contrat en tant qu’assuré additionnel.

Mais attention, n’oubliez pas d’avertir la commission Assurance avant la signature et de demander un avis sur les clauses de

responsabilité qui doivent être insérées dans le texte.

11 – Les risques spéciaux

11.1 – Les travaux acrobatiques

Les spéléologues qui se livrent à ces activités ne peuvent en aucune façon utiliser le contrat FFS. Il s’agit d’une activité professionnelle

à caractère commercial impliquant de la part de celui qui l’exerce un certain nombre de contraintes en matière

de déclaration et de fonctionnement.

La commission est quelquefois interrogée à ce sujet. Un contrat a été mis au point avec notre courtier permettant aux spéléologues

fédérés présentant toutes garanties de sérieux d’obtenir des conditions relativement avantageuses mais aussi

des garanties spécialement étudiées. Ce contrat est actuellement utilisé par plusieurs spéléologues se trouvant dans cette

situation.

Attention là aussi à ne pas regarder que le prix et laisser de côté le contenu du contrat.

11.2 – Le guidage

Comme pour les travaux acrobatiques, le contrat FFS ne peut être utilisé et surtout pas les cartes d’initiation. Le guidage est

une activité professionnelle. Les guides ont vis-à-vis de leurs clients une obligation contractuelle de sécurité.

Notre courtier AON dispose d’un contrat spécifique à l’intention des guides adhérents du SNPSC.

12 – Conclusion

Cette nouvelle version (2003) du cahier assurance a tenté de faire le point sur les situations présentes.

Le domaine de la responsabilité civile ne cesse de s’étendre dans le cadre de la jurisprudence actuelle.

Même si toutes les précautions sont prises pour respecter les textes législatifs afférents à l’assurance des groupements

sportifs et les dernières décisions de la Cour de cassation, il est impossible d’affirmer que nous sommes à l’abri de toute

mésaventure.

Nous aurons eu au moins le mérite de faire l’impossible pour donner à nos adhérents le maximum de sécurité.

À ceux qui malgré tout préfèrent se tourner vers d’autres assurances, il appartient de respecter de la même façon les règles

que nous avons préconisées tout au long de ce cahier.

13 – Adresses utiles

La commission Assurance

Dominique Lasserre Les Vachers 73190 CURIENNE Courriel : assurance ffspeleo.fr

Ou au siège :

FFS Laurent MANGEL 28 rue Delandine 69002 Lyon Tél. : 04.72.56.35.76 Fax : 04.78.42.15.98

Notre courtier

Aon Assurances (Vanda LE DU) 420 rue d’Etienne d’Orves – 92700 COLOMBES

Tél. : 0810 300 301 (N° AZUR, prix d’un appel local)

Courriel : aonassurances36 aon.fr

Indiquez le motif de votre appel et vous serez aiguillé vers la personne concernée, en général pour la gestion Laure Chevalier

et pour un sinistre Vanda LE DU.

Notre assureur

AXA France 88 rue Saint-Lazare 75009 Paris

Contrat n° 959.992

Cahier assurance - mise à jour 01/2003

actualisé 06/2009

Le Mémento du dirigeant

K-I-28 K-Assurances

17/10/2006 La commission assurance

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-II-1

Annexe A

K-II- Annexe A

EXTRAIT DE LA LOI N° 2000-627 DU 6 JUILLET 2000 RELATIVE À L’ORGANISATION ET

À LA PROMOTION DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES – COMMENTAIRES

Art. 37

Les groupements sportifs souscrivent pour l’exercice de leur activité un contrat d’assurance couvrant leur responsabilité dans

les conditions définies au troisième alinéa du présent article.

L’organisation par toute personne autre que l’État et les groupements sportifs de manifestations sportives ouvertes aux licenciés

des fédérations sportives visées à l’article 16 ci-dessus est subordonnée à la souscription par l’organisateur d’un contrat

d’assurance.

Ces garanties d’assurance couvrent la responsabilité civile du groupement sportif, de l’organisateur, de leurs préposés et celle

des pratiquants du sport. Les licenciés et pratiquants sont considérés comme tiers entre eux.

L’organisation par toute personne autre que l’État de manifestations sportives comportant la participation de véhicules terrestres

à moteur est subordonnée à la souscription par l’organisateur de garanties d’assurances.

Ces garanties d’assurance couvrent la responsabilité civile de l’organisateur, de toute personne qui prête son concours à

l’organisation avec l’accord de l’organisateur et des participants.

Les assurés sont tiers entre eux.

L’exploitation d’un établissement visé à l’article 47 est également subordonnée à la souscription par l’exploitant d’un contrat

d’assurance couvrant sa responsabilité civile, celle des enseignants visée à l’article 43 et de tout préposé de l’exploitant, ainsi

que des personnes habituellement ou occasionnellement admises dans l’établissement pour y exercer les activités qui y sont

enseignées.

Un décret fixe les modalités d’application des assurances obligatoires instituées par les alinéas précédents, notamment les

modalités de contrôle.

Le fait, pour le responsable d’une association sportive, de ne pas souscrire les garanties d’assurance dans les conditions

prévues au premier alinéa est puni de six mois d’emprisonnement et d’une amende de 50 000 F.

Est puni des mêmes peines le fait pour une personne organisant une manifestation sportive définie au deuxième alinéa de ne

pas souscrire les garanties d’assurance prévues à cet alinéa.

Est puni des mêmes peines le fait d’exploiter un établissement où se pratique une activité physique ou sportive dans les conditions

visées au septième alinéa sans souscrire les garanties d’assurance prévues à cet alinéa.

Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues à l’article 121-1 du

Code pénal, des infractions définies au présent article.

La peine encourue par les personnes morales est l’amende, suivant les modalités prévues à l’article 131-38 du même code.

Art. 38

Les groupements sportifs sont tenus d’informer leurs adhérents de leur intérêt à souscrire un contrat d’assurance de personne

couvrant les dommages corporels auxquels peut les exposer leur pratique sportive.

Lorsque la fédération agréée à laquelle est affilié le groupement sportif propose aux membres de celui-ci qui sollicite la délivrance

d’une licence d’adhérer simultanément au contrat collectif d’assurance de personnes qu‘elle souscrit, elle est tenue :

1° de formuler cette proposition dans un document, distinct ou non de la demande de licence, qui mentionne le prix d’adhésion,

précise qu’elle n’est pas obligatoire et indique que l’adhérent au contrat collectif peut en outre souscrire des garanties

individuelles complémentaires ;

2° de joindre à ce document une notice établie par l’assureur conformément au deuxième alinéa de l’article L. 140-4 du Code

des assurances.

Article 38-1

Les fédérations sportives agréées peuvent conclure des contrats collectifs d’assurance visant à garantir les associations affiliées

et leurs licenciés dans les conditions prévues aux articles 37 et 38.

Ces contrats ne peuvent être conclus qu’après appel à concurrence.

COMMENTAIRES

L’assurance de responsabilité civile

La loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 pose, dans son article 37, une obligation d’assurance de responsabilité civile pour les groupements

sportifs, les organisateurs de manifestations sportives et les exploitants d’établissements d’activités physiques et

sportives. Le contrat d’assurance couvre leur responsabilité civile, celle de leurs préposés et des pratiquants.

La loi n° 2000-627 du 6 juillet 2000 apporte quelques modifications et ajouts au dispositif de l’obligation d’assurance de responsabilité

civile. Néanmoins, celles-ci ne réforment pas, loin s’en faut, le dispositif antérieur. Un simple toilettage peut être

observé. Les dispositions adoptées sont en tous points conformes à celles figurant dans le projet de loi du 29 septembre 1999

adopté en Conseil des ministres.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-II-2 K-Assurances

Annexe A

Il convient d’abord de noter un changement d’ordre essentiellement terminologique. Le terme « contrat » est remplacé par

celui de « garanties ».

La modification ne paraît pas déterminante. Un simple recentrage est opéré sur la couverture d’assurance, couverture susceptible

de donner lieu à la souscription de plusieurs contrats. Reste qu’en l’absence de minima de garanties fixées par voie

réglementaire, l’étendue de celles-ci est définie par voie contractuelle.

Ensuite, la loi du 6 juillet 2000 légalise un certain nombre de dispositions qui figuraient précédemment dans des textes réglementaires.

Ainsi, selon le troisième alinéa de l’article 37, les licenciés et les pratiquants sont considérés comme des tiers entre eux, et ce

de façon à ce que leur responsabilité soit couverte en cas de dommage survenant entre eux. Cette disposition figurait à l’article

2 du décret du 18 mars 1993 relatif aux garanties et modalités de contrôle de l’obligation d’assurance (L. n° 84-610, 16 juill.

1984, art. 37 : JO, 17 juill., mod. par L. n° 2000-627, 6 juill. 2000, art. 30).

Enfin, le dernier alinéa de l’ancien article 37 relatif aux sanctions pénales frappant les contrevenants est réécrit. Les sanctions

pénales assortissant l’obligation d’assurance de responsabilité civile font l’objet de développements plus conséquents.

Ainsi, peuvent être punis de six mois d’emprisonnement et d’une amende de 50 000 F (l’ancienne rédaction prévoyait une

peine d’amende d’un même montant et/ou d’un emprisonnement d’un an) :

- les responsables d’associations ;

- les organisateurs de manifestations sportives ;

- les exploitants d’établissements d’activités physiques et sportives.

De plus, il convient de noter que les personnes morales pourront être déclarées responsables pénalement dans les conditions

prévues à l’article L. 121-1 du Code pénal et sanctionnées, à ce titre, d’une peine d’amende suivant les modalités prévues à

l’article L. 131-38 du même code.

L’assurance de personne

C’est incontestablement en ce domaine que les apports de la loi n° 2000-627 du 6 juillet 2000 méritent d’être soulignés. Les

dispositions initiales contenues dans le projet de loi ont été substantiellement amendées, essentiellement à l’initiative des

sénateurs.

Pesait sur les groupements sportifs une double obligation à l’égard de leurs adhérents en matière d’assurance de personne :

- d’abord, une obligation d’information quant à l’intérêt de souscrire un tel contrat ;

- ensuite une obligation de mise à disposition de formules de garanties (ancien article 38 de la loi).

La Cour de cassation, dans une décision remarquée, en date du 13 février 1996, en avait tiré d’importantes conséquences

tant à l’égard des groupements sportifs que de la fédération, en l’espèce (et comme souvent) souscripteur d’une assurance

de groupe (Cass. 1° civ., 13 févr. 1996, n° 94-11.726).

Le projet de loi avait envisagé de remplacer le troisième alinéa de l’article 38, introduit par la loi du 13 juillet 1992, par une présomption

d’exécution de l’obligation posée par l’article 38 dès lors que « la fédération agréée à laquelle est affiliée l’association

ou la société qu’elle a constituée propose aux membres de celle-ci qui sollicitent une licence de souscrire simultanément au

contrat collectif d’assurance de personnes négociée par elle ».

Cette disposition ne sera finalement pas adoptée.

L’obligation d’information à la charge des groupements sportifs prévue au premier alinéa de l’article 38 subsiste. Elle porte sur

l’intérêt des adhérents à souscrire un contrat d’assurance de personnes « couvrant les dommages corporels auxquels peut

les exposer leur pratique sportive ». Est supprimée la référence aux garanties forfaitaires, de façon à appréhender le préjudice

réel dont peuvent être victimes les adhérents.

En revanche, l’obligation de mise à disposition de formules de garantie (ancien alinéa 2 de l’article 38) pesant sur les groupements

sportifs est supprimée. La situation des groupements sportifs est, de ce point de vue, plus favorable, étant déchargés

d’une obligation complémentaire à celle d’information posée au premier alinéa.

Les dispositions concernant les fédérations sportives sont renforcées

Ainsi, il est prévu au deuxième alinéa de l’article 38 que les fédérations sportives agréées, dès lors qu’elles proposent, et

l’hypothèse n’est pas d’école, aux membres des groupements sportifs qui leur sont affiliés, d’adhérer simultanément à la délivrance

d’une licence, au contrat collectif d’assurance de personnes qu’elles ont souscrit, ont l’obligation :

- d’une part, de formuler cette proposition dans un document qui doit porter mention du prix de l’adhésion, de son caractère

non obligatoire et de la possibilité de souscrire des garanties individuelles complémentaires ;

- et d’autre part, de joindre au document une notice établie par l’ assureur conformément au deuxième alinéa de l’ article L.140-

4 du Code des assurances. Cette disposition figure dans le Titre IV du code portant sur les assurances de groupe.

Cette notice doit présenter les garanties, leurs modalités d’entrée en vigueur et les formalités à accomplir en cas de sinistre.

Il est intéressant de noter que la haute juridiction judiciaire, dans sa décision du 13 février 1996, avait déjà souligné l’obligation

pour les souscripteurs (fédérations sportives et/ou groupements sportifs) de contrats d’assurance de groupe de remettre aux

adhérents une notice d’information.

Enfin, l’article 38-1 de la loi du 16 juillet 1984 est réécrit (L. n° 84-610, 16 juill. 1984, art. 38-1 : JO, 17 juill., mod. par L.n° 

2000-627, 6 juill. 2000, art. 32).

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-II-3

Annexe A

Les fédérations sportives agréées peuvent conclure des contrats collectifs d’assurance afin de garantir les associations sportives

et leurs licenciés dans les conditions fixées par les articles 37 et 38. Ces contrats ne peuvent être conclus qu’après appel

à la concurrence.

L’article 38-1 avait été introduit par la loi du 13 juillet 1992 pour soumettre les fédérations sportives à l’obligation d’un appel à la

concurrence. La portée de cette contrainte, justifiée au regard du libre jeu de la concurrence sur le marché des assurances, ne

doit cependant pas être exagérée au regard de sa mise en oeuvre. L’appel à la concurrence peut consister en une information

quant à la volonté de la fédération de souscrire un contrat collectif. La difficulté réside moins dans l’appel à la concurrence que

dans la justification du choix de l’assureur ou, mieux encore, du refus opposé aux candidats non retenus.

Le Mémento du dirigeant

K-II-4 K-Assurances

Annexe A

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-III-1

Annexe B

K-III- Annexe B

Extraits d’articles du Code civil

RESPONSABILITÉ CIVILE DÉLICTUELLE OU QUASI DÉLICTUELLE

1382

Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer.

1383

Chacun est responsable du dommage qu’il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son

imprudence.

Une action basée sur les articles ci-dessus nécessite de prouver la faute commise.

1384-1

On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le

fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde.

1386

Le propriétaire d’un bâtiment est responsable du dommage causé par sa ruine, lorsqu’elle est arrivée par suite du défaut

d’entretien ou par le vice de sa construction.

La mise en jeu de ces articles impliquent une présomption de responsabilité quelle que soit la gravité de la faute commise.

RESPONSABILITÉ DES LOCATAIRES, SOUS-LOCATAIRES

ET OCCUPANTS À TITRE GRATUIT

Il (le preneur) répond des dégradations ou des pertes qui arrivent pendant sa jouissance, à moins qu’il ne prouve qu’elles ont

eu lieu sans sa faute.

Cet article s’applique en cas d’explosion.

1733

Il (le preneur) réponde de l’incendie, à moins qu’il ne prouve :

Que l’incendie est arrivé par cas fortuit ou force majeure, ou par vice de construction ;

Ou que le feu a été communiqué par une maison voisine.

Cet article vise expressément le locataire unique.

1734

S’il y a plusieurs locataires, tous sont responsables de l’incendie, proportionnellement à la valeur de la partie de l’immeublequ’ils

occupent ;

À moins qu’ils ne prouvent que l’incendie a commencé dans l’habitation de l’un d’eux, auquel cas celui-là seul en est tenu ;

Ou que quelques-uns ne prouvent que l’incendie n’a pu commencer chez eux, auquel cas ceux-là n’en sont pas tenus.

Cet article vise le locataire occupant partiel.

1735

Le preneur est tenu des dégradations et des pertes qui arrivent par le fait des personnes de sa maison ou de ses sous-locataires.

Cet article concerne les sous-locataires.

1302

Lorsque le corps certain et déterminant qui était l’objet de l’obligation vient à périr, est mis hors du commerce, ou se perd de

manière qu’on en ignore absolument l’existence, l’obligation est éteinte si la chose a péri ou a été perdue sans la faute du

débiteur et avant qu’il fût en demeure.

Lors même que le débiteur est en demeure, et s’il ne s’est pas chargé des cas fortuits, l’obligation est éteinte dans le cas où

la chose fût également périe chez le créancier si elle lui eût été livrée.

Le débiteur est tenu de prouver le cas fortuit qu’il allègue. De quelque manière que la chose volée ait péri ou ait été perdue,

sa perte ne dispense pas celui qui l’a soustraite de la restitution du prix.

Cet article concerne l’occupant à titre gratuit sur lequel pèse une présomption de responsabilité de la même manière

que sur le locataire.

04/03/2005

Le Mémento du dirigeant

K-III-2 K-Assurances

Annexe B

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IV-1

Annexe C

K-IV- Annexe C

Cette annexe comprend :

• le nouveau mémento des garanties Responsabilité civile et Individuelle accident, avec la définition des risques (version

05/2009) ;

• le mémento des garanties de l’assurance locaux des clubs, CDS, CSR, ligues, SSF (version 10/06).

MÉMENTO DES GARANTIES SOUSCRITES PAR LA FÉDÉRATION DE SPÉLÉOLOGIE

AU PROFIT DES SPÉLÉOLOGUES TITULAIRES DE LA LICENCE

CONTRAT N° 205.000959.992.87 - AXA FRANCE

88 rue Saint Lazare - 75009 PARIS

Courtier : Aon France

420 Rue d’Estienne d’Orves – 92700 Colombes – Tel : 0810 380 381 (N° AZUR, prix d’un appel local)

PRÉAMBULE

La FFS a souscrit auprès de la Compagnie AXA FRANCE, par l’intermédiaire de son Assureur Conseil, AON FRANCE un

contrat couvrant les risques de « responsabilité civile et individuelle accident » pour les activités ci-dessous, au profit des

Licenciés de la FFS qui adhèrent à ce contrat.

Le montant des garanties maxima définies ci-après est indiqué dans les tableaux à la fin de ce mémento.

ÉTENDUE GÉOGRAPHIQUE

Les garanties du contrat s’exercent dans le MONDE ENTIER, y compris pour les Membres des clubs étrangers adhérents

au contrat et titulaires de la licence et de l’assurance de la FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SPÉLÉOLOGIE, en cours de validité.

Toutefois, les membres de nationalité étrangère, titulaires de l’assurance temporaire de la Fédération française de spéléologie

et domiciliés hors de France et DOM-TOM, ne sont garantis que lors de la pratique des activités de spéléologie en France

et/ou dans les DOM-TOM. 

La garantie est acquise en faveur de ressortissants français, licenciés de la FFS lorsqu’ils résident en permanence hors de

France (sauf USA/Canada)

ACTIVITÉS GARANTIES

Toutes activités de spéléologie dépendant directement ou indirectement de la FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SPÉLÉOLOGIE

ou d’une Association affiliée.

et notamment :

1) - du fonctionnement de la F.F.S., de celui des Associations affiliées, de leurs installations et de leur matériel.

2) - de la pratique de la Spéléologie :

2.1 - en tous lieux, notamment anciennes mines, carrières et cavités naturelles ou artificielles,

2.2 - avec utilisation d’explosifs en dehors de travaux sous l’eau,

2.3 - en ce qui concerne les travaux sous l’eau avec utilisation d’explosifs, ces derniers sont garantis dans les conditions

suivantes :

2.3.1 - GARANTIES : exclusivement dans le cadre de l’exploration ou d’une opération de secours ou de sauvetage ou de

stages d’entraînement tant au niveau de la responsabilité civile que des garanties individuelle accident, recherche et sauvetage.

2.3.2 - ASSURÉ : la qualité d’Assuré est limitativement accordée à

- la Fédération française de spéléologie

- les Spéléologues titulaires de la licence en cours de validité et assurés à l’année par la FFS, A L’EXCLUSION DES

TITULAIRES DE LA CARTE TEMPORAIRE .

2.3.3 - sous toutes ses formes y compris notamment :

* nettoyage de canyons et/ou cavités sous toutes leurs formes,

* les activités d’entraînement et de perfectionnement de toute nature,

* l’entraînement aux opérations de secours,

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IV-2 K-Assurances

Annexe C

* l’instruction et la formation,

* l’approche des gouffres et cavités,

* les opérations de démonstration,

* les stages organisés par les Associations assurées,

* les travaux d’études scientifiques liés à la spéléologie,

* l’exploitation d’un musée de la spéléologie.

2.4 - Les garanties sont étendues aux activités sportives suivantes qu’elles soient liées ou non aux activités de la FFS :

Alpinisme, Hydrospeed, Canoë Kayak, Randonnée pédestre, Trekking, Ski de fond, Ski Alpin (à L’EXCLUSION DU SKI

ALPIN HORS PISTE ) Randonnées à ski ou avec raquettes, les descentes de Canyon, escalade de rocher ou d’obstacles

artificiels, VTT, Via Ferrata, parcours acrobatiques en hauteur, plongée sous toutes ses formes, Rafting sous réserve que cette

activité ne soit pas effectuée en zone interdite et que les moyens de sécurité casque et gilet de sauvetage soient impérativement

utilisés.

3) - les voyages et/ou déplacements par tous moyens de locomotion terrestres, fluviaux, maritimes, aériens, motivés directement

ou indirectement par la spéléologie.

4) - les opérations de secours et de sauvetage,

5) - les meetings, colloques, assemblées générales, et toutes manifestations, y compris réceptions, dîners, soirées, cocktails,

etc. ...

6) - de la pratique de l’Archéologie :

On entend par activités archéologiques, la recherche et/ou l’étude de la surface, ou en sous-sol des diverses phases d’une

occupation humaine ou animale, historique ou préhistorique. En sous-sol, les cavités naturelles ou artificielles pratiquées par

les Archéologues ne doivent pas avoir de verticales supérieures à une dizaine de mètres. S’il y a présence d’eau, celle-ci doit

être calme et peu profonde et ne pas présenter à priori des risques de crues dangereuses.

Par ailleurs, les Spéléologues sont assurés pour l’ensemble des garanties prévues au contrat, qu’ils soient ou non sous le

contrôle de la F.F.S. ou de l’organisme affilié dont ils sont Membres.

A) RESPONSABILITÉ CIVILE

L’Assureur garantit les conséquences pécuniaires de la Responsabilité civile pouvant incomber aux Spéléologues, à raison

des dommages corporels, matériels et/ ou immatériels causés aux Tiers.

Sont également compris :

- Les dommages aux Biens confiés (Art. 4.2 du contrat)

- Défense et recours en cas d’accident corporel.( HORS USA / CANADA ) (Art. 4.3 paragraphe f et g du contrat)

- Les dommages aux locaux à usage temporaire (Art. 4.3 du contrat).

B) EXCLUSIONS PROPRES AUX GARANTIES RESPONSABILITÉ CIVILE

Outre les exclusions prévues à l’Art.4 des Conditions Générales, ne sont pas couverts par le présent contrat :

- L’AMENDE ET LES FRAIS DE POURSUITES A FIN PÉNALE, AINSI QUE LES CHARGES FINANCIÈRES AYANT UN

CARACTÈRE DE SANCTIONS, IMPOSÉES À L’ASSURÉ ET CONNUES AUX U.S.A. et AU CANADA SOUS LE NOM DE

« PUNITIVE DAMAGES » ou « EXEMPLARY DAMAGES ».

- LES DOMMAGES IMMATÉRIELS NON CONSÉCUTIFS AUX USA/CANADA.

- LES DOMMAGES ATTEIGNANT LES BIENS MEUBLES OU IMMEUBLES, Y COMPRIS OBJETS, VETEMENTS, OU MATÉRIEL

SPORTIF, DONT LES ASSURÉS SONT PROPRIETAIRES OU LOCATAIRES, SAUF EN CE QUI CONCERNE LES

MEUBLES OU IMMEUBLES TELS QUE GITES D’ÉTAPES MIS À LA DISPOSITION DES ASSURÉS A TITRE TEMPORAIRE

pour une durée n’excédant pas 31 jours, DANS LE CADRE DE L’APPROCHE DES GOUFFRES OU CAVITÉS.

C) INDIVIDUELLE ACCIDENT

En ce qui concerne les risques décès, frais de rapatriement, infirmité permanente, frais de traitement et frais de recherche et

de sauvetage sont garantis à la suite d’un accident survenu dans le cadre des activités garanties les assurés suivants :

- Les titulaires de la licence et de l’assurance de la F.F.S. de l’année en cours,

- Les spéléologues pratiquants occasionnels bénéficiant d’une garantie temporaire d’un mois dans l’année.

- Les titulaires de la Carte d’Initiation pendant la période de validité de cette dernière.

- Les Adhérents de la FFS pratiquant la recherche archéologique.

- Les spéléologues effectuant pour le compte de collectivités, institutions ou organismes publics des travaux de recherches

consistant en exploration ou inventaire des cavités lorsque, pour ces activités, ils ne bénéficient pas du régime des

accidents du travail de la part de ces organismes.

- Les spéléologues étrangers résidant en France, bénéficiant d’un régime de protection sociale et titulaires de la Carte

Nationale ou temporaire de la FFS

- Les spéléologues des clubs étrangers adhérant au contrat.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IV-3

Annexe C

c1- INCAPACITE TEMPORAIRE DE TRAVAIL

Si l’Assuré, titulaire de la Carte Nationale de la FFS de l’année en cours, ne peut se livrer à aucune occupation professionnelle,

l’assurance donne droit à une indemnité quotidienne.

- à condition qu’il y ait réellement perte de salaire ou de revenu et dans la limite de cette perte.

- en complément des garanties pouvant exister par ailleurs.

- à concurrence de la somme indiquée aux Conditions Particulières, à partir du sixième jour consécutif à l’accident et dans les

limites de la somme indiquée aux Conditions Particulières par sinistre.

Cette indemnité ne pourra être versée au delà de la durée prévue aux différentes options.

Elle est décomptée d’après le nombre de jours pendant lesquels il s’est soumis au repos nécessaire à sa guérison, et n’a pu

se livrer à aucune occupation professionnelle. Elle sera réduite de moitié dès que l’Assuré aura pu reprendre partiellement

ses occupations professionnelles.

- En ce qui concerne les artisans commerçants et professions libérales, la garantie est acquise sans condition de perte

réelle de salaire ou de revenu, et dans la limite de la garantie.

CETTE GARANTIE N’EST PAS ACQUISE AUX TITULAIRES DE LA CARTE D’INITIATION ET AUX JEUNES DE MOINS DE

18 ANS AU MOMENT DE L’ADHÉSION POUR L’ANNÉE EN COURS., AINSI QU’AUX ÉTRANGERS NE RÉSIDANT PAS EN

France TITULAIRES DE L’ASSURANCE TEMPORAIRE D’UN MOIS.

D - FRAIS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE DES ASSURÉS

Au titre du présent contrat, l’Assureur garantit, par personne, le remboursement sur justificatif des frais de recherche et de sauvetage

consécutifs aux actions de recherche et de sauvetage se produisant dans le cadre des activités définies ci-dessus.

On entend par frais de recherche et de sauvetage, l’ensemble des frais exposés à l’occasion de ces opérations de recherche

et de sauvetage, y compris la perte et les dommages causés au matériel utilisé par les sauveteurs, les frais de déplacement

et de nourriture ainsi que la perte de salaire des sauveteurs.

Il est précisé que, au titre de la présente garantie, l’Assureur conserve ses possibilités de recours contre le(s) secouru(s) ou

ses héritiers et ayants droits, dans le cas ou le(s) secouru(s) n’est ou ne sont pas membres de la FFS.

La présente garantie comprend également les frais de recherche et de récupération des spéléologues décédés en cours de

sortie.

d1 - EXTENSIONS AUX GARANTIES. DÉCÈS - FRAIS DE RAPATRIEMENT - INCAPACITÉ PERMANENTE - FRAIS DE

TRAITEMENT et INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL – FRAIS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE

Sont assimilés à un accident pour la mise en jeu des présentes garanties,

- l’insolation, la congélation, l’électrocution et l’hydrocution, la décompression,

- l’absorption, l’inhalation, non intentionnelle de gaz ou de vapeur,

l’asphyxie par immersion,

- l’empoisonnement aigu par poisons violents ou substances vénéneuses,

- les cas de rage ou de charbon consécutifs à des piqûres ou morsures d’animaux, l’histoplasmose.

Sont en outre, compris dans la garanties :

- les hernies, coups de fouet, lumbago et toute déchirure musculaire ou tendineuse, lorsque l’Assuré établit que ces affections

sont la conséquence d’un accident tel que défini ci-dessus.

- Les risques d’infarctus dans la mesure où il n’est pas consécutif à un état pathologique préexistant connu,

d2 - EXCLUSIONS PROPRES AUX GARANTIES DÉCÈS - FRAIS DE RAPATRIEMENT - INCAPACITÉ PERMANENTE

- FRAIS DE TRAITEMENT et INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL

- LES MALADIES ET LEURS SUITES (SAUF S’IL S’AGIT DE LA CONSÉQUENCE D’UN ACCIDENT COMPRIS DANS LA

GARANTIE), L’APOPLEXIE, LES VARICES, LES ULCÈRES VARIQUEUX.

- LES INFIRMITÉS, MALFORMATIONS et ANOMALIES CONGÉNITALES.

F) DÉCLARATION D’ ACCIDENT

Tout accident doit être déclaré immédiatement, au moyen de l’imprimé d’ « Evénement accidentel » (version 10/06) diffusé

aux Clubs FFS, à :

Aon Assurances

420 rue d’Estienne d’Orves – 92700 Colombes

Tél : 0810 300 301 - E-mail : aonassurances36 aon.fr.

N.B. Ce mémento ne constitue pas un document contractuel, l’ensemble des garanties et limites du contrat peut être

examiné au siège de la FFS ou dans les Clubs.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IV-4 K-Assurances

Annexe C

MONTANT DES GARANTIES

E - MONTANT DES GARANTIES DE BASE DU CONTRAT

I) RESPONSABILITÉ CIVILE (Art. 7 du contrat)

Montant maximum tous dommages confondus,

par sinistre et/ou événement 9.200.000 Euros, dont :

- Dommages corporels, par sinistre, 9.200.000 Euros

- Dommages Matériels et/ou Immatériels consécutifs 1.525.000 Euros par sinistre

- Dommages immatériels non consécutifs, par sinistre 770.000 Euros

- Dommages Vol par préposés de la FFS, par sinistre 77.000 Euros

- Biens confiés par sinistre, 15.250 Euros

- Franchise Biens Confiés par sinistre, 75 Euros

II) DÉFENSE ET RECOURS

- par sinistre : 50.000 Euros

III) INDIVIDUELLE ACCIDENT (OPTION I) (Art. 12 du contrat)

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties individuelle accident est fixée à 7.700.000 Euros

par événement, quel que soit le nombre des victimes.

12-1 - DÉCÈS

- Par victime, 7.700 Euros

Aux indemnités ci-dessus, s’ajoutent une somme de 3.050 Euros par enfant à charge fiscalement.

12-2 - INFIRMITÉ PERMANENTE

- Invalidité totale 30.500 Euros portée à 46.000 Euros quand il y a assistance d’une tierce personne.

(réductible en fonction du barème accident du travail, en cas d’infirmité permanente partielle).

12-3 - FRAIS DE TRAITEMENT

Les frais de traitement sont indemnisés sur la base

d’un maximum d’indemnité par victime de 2.300 Euros, dont lunettes 115 Euros.

12-4 - FRAIS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE

Les frais de recherche et de sauvetage tels qu’ils sont définis Art. 9.6 des Conditions du contrat, sont indemnisés par personne,

sur la base maximum de 23.000 Euros.

12-5 - FRAIS DE RAPATRIEMENT

Les frais de rapatriement tels qu’ils sont définis Art. 9.2 du contrat, sont indemnisés à concurrence de 1.525 Euros par bénéficiaire.

12-6 - INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement en cas de perte de salaire, pour les titulaires de la Carte Nationale de la

FFS en cours, à concurrence de 16 Euros par jour à compter du 6 ème jour consécutif à l’accident.

Maximum : 365 jours.

IV) MONTANT DES GARANTIES SPÉCIALES (Art. 12-7 du contrat) (pour les titulaires de la Carte Nationale et assurés

F.F.S. participant à des exercices et/ou à des opérations de recherche et de sauvetage)

En sus des indemnités « Individuelle Accident » souscrites par ailleurs :

A - En cas de décès :

Sauveteurs célibataires 12.200 Euros

Sauveteurs mariés 23.000 Euros

Par enfant à charge 3.050 Euros

B - En cas d’infirmité Permanente Totale :

(réductible en cas d’infirmité permanente partielle)

par sauveteur 21.500 Euros

C - Frais de Traitement :

Ces frais sont indemnisés à concurrence d’un maximum de 6.100 Euros par sauveteur.

D - En cas d’incapacité temporaire de travail :

par sauveteur, en cas de perte de revenus, 16 Euros payables à compter du 6 ème jour consécutif à l’accident et pendant un

maximum de 365 jours.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IV-5

Annexe C

TITRE F

MONTANTS DES GARANTIES FACULTATIVES POUVANT ÊTRE SOUSCRITES

INDIVIDUELLEMENT EN REMPLACEMENT DES GARANTIES DE L’OPTION I

PARAGRAPHE III POUR LES RISQUES CI-DESSUS

( Licenciés à l’année et assurance temporaire 1 mois)

Cette option ne peut pas être souscrite par les spéléologues étrangers pratiquant occasionnellement en

France

ou dans les DOM-TOM et n’appartenant pas aux Clubs adhérant au contrat.

INDIVIDUELLE ACCIDENT OPTION II

(Art. 13 du contrat)

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties individuelle accident est fixée à :

7.622.450,86 Euros par événement, quelque soit le nombre des victimes.

A-DÉCÈS

- Par victime : 15.250 Euros)

Aux indemnités ci-dessus, s’ajoutent une somme de 4.600 Euros par enfant à charge fiscalement.

B - INFIRMITÉ PERMANENTE

- Invalidité totale : 61.000 Euros portée à : 92.000 Euros quand il y a assistance d’une tierce personne.

(réductible en fonction du barème accident du travail en cas d’infirmité permanente partielle).

C - FRAIS DE TRAITEMENT

Les frais de traitement, sont indemnisés sur la base d’un maximum d’indemnité par victime de 3.050 Euros

dont lunettes 153 Euros

D - FRAIS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE

Les frais de recherche et de sauvetage sont indemnisés par personne, sur la base maximum de 23.000 Euros.

E - FRAIS DE RAPATRIEMENT

Les frais de rapatriement, sont indemnisés à concurrence de 3.050 Euros par bénéficiaire.

F - INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement en cas de perte de salaire, pour les titulaires de la Carte Nationale de la

FFS en cours, tel que défini Art.16, à concurrence de 23 Euros par jour à compter du 6 ème jour consécutif à l’accident.

Maximum : 18 mois.

INDIVIDUELLE ACCIDENT OPTION III

(Art. 13 du contrat)

La limitation contractuelle d’indemnité concernant l’ensemble des garanties individuelle accident est fixée à :

7.622.450,86 Euros par événement, quelque soit le nombre des victimes.

A- DÉCÈS

- Par victime : 23.000 Euros

Aux indemnités ci-dessus, s’ajoutent une somme de 6.100 Euros par enfant à charge fiscalement.

B - INFIRMITÉ PERMANENTE

- Invalidité totale : 92.000 Euros portée à : 138.000 Euros quand il y a assistance d’une tierce personne.

(réductible en fonction du barème accident du travail en cas d’infirmité permanente partielle).

C - FRAIS DE TRAITEMENT

Les frais de traitement, sont indemnisés sur la base d’un maximum d’indemnité par victime de : 4.600 Euros

dont lunettes 230 Euros

D - FRAIS DE RECHERCHE ET DE SAUVETAGE

Les frais de recherche et de sauvetage, sont indemnisés par personne, sur la base maximum de 23.000 Euros

E - FRAIS DE RAPATRIEMENT

Les frais de rapatriement, sont indemnisés à concurrence de 3.050 Euros par bénéficiaire.

F - INCAPACITÉ TEMPORAIRE DE TRAVAIL

Versement d’une indemnité quotidienne uniquement en cas de perte de salaire, pour les titulaires de la Carte Nationale de la

FFS en cours, à concurrence de 31 Euros par jour à compter du 6 ème jour consécutif à l’accident. Maximum : 18 mois

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IV-6 K-Assurances

Annexe C

ASSURANCE DES LOCAUX CLUBS - CDS – REGIONS – LIGUES- SSF

Depuis 1991, un nouveau contrat groupe (Contrat n° 130 276 894 Axa France) a été mis au point pour assurer divers locaux.

Ce contrat est ouvert à toutes les associations rattachées à la FFS de fait ou par adhésion. A partir de 2007, ce contrat est

étendu aux dommages électriques aux appareils.

Avant de donner le détail des caractéristiques du contrat, il est nécessaire de faire un bref rappel sur les responsabilités encourues

dans ce domaine. Pour tenir leurs réunions, entreposer leur matériel, conserver leurs archives ou leur bibliothèque,

les associations louent ou occupent des locaux.

Deux responsabilités peuvent entrer en jeu :

1° - RESPONSABILITÉ CIVILE

Art. 1384 al.1 ou 1386 du Code Civil.

Les accidents qui pourraient être occasionnés par l’usage de ces locaux. Le contrat de la FFS couvre les clubs dont les dirigeants

ont souscrit l’assurance fédérale. Les CDS, les Régions, les Ligues, et le SSF sont couverts d’office.

2° - RESPONSABILITÉ CIVILE INCENDIE

Art. 1732 à 1735 et 1302 du Code Civil.

C’est l’objet du nouveau contrat groupe mis en place. L’assurance des risques locatifs et des différents risques engendrés par

cette occupation. A noter que même une occupation à titre gratuit engendre les mêmes responsabilités vis-à-vis du propriétaire,

des autres occupants et des voisins.

CARACTÉRISTIQUES DU CONTRAT

PRINCIPALES GARANTIES

- Incendie, explosions, tempête, neige, grêle, attentats sur les biens, risques locatifs illimités ou bâtiments (pour ceux qui sont

propriétaires). - Contenu (biens mobiliers, matériels) - Dégâts des eaux - Vol sans objet de valeur, attentats, vandalisme - Bris

de glaces à concurrence d’un premier risque de 808 € - Dommages électriques à concurrence d’un premier risque de 5 513 €

- Protection juridique.

TARIFS 2009

Afin de faciliter notre gestion, l’assurance locaux des clubs fonctionne par année civile. Cette assurance ne peut être prise

temporairement. En cas d’adhésion en cours d’année, multipliez le nombre de mois à courir jusqu’au 31/12 par le montant

mensuel indiqué avec chaque option. Chaque mois commencé est dû.

Première option

Avec un capital retenu pour le contenu à concurrence de 8 452 €. En incendie, dégâts des eaux et vol.

Cotisation annuelle TTC : 133 € (soit par mois 11,11 € x nombre de mois).

Deuxième option

Avec un capital retenu pour le contenu à concurrence de 14 205 €. En incendie, dégâts des eaux et vol.

Cotisation annuelle TTC : 167 € (soit par mois 13,88 € x nombre de mois).

Troisième option

Avec un capital retenu pour le contenu à concurrence de 30 047 € en incendie dégâts des eaux et une limitation à 14 205 €

en vol .

Cotisation annuelle TTC : 236 € (soit par mois 19,69 € x nombre de mois).

Pour une garantie de 14 205 € en vol, la tarification ne peut être donnée qu’en fonction des moyens de protection

existants.

Attention : Conservez vos factures, la vétusté est calculée sur la base de 10 à 20 % par an suivant le type de matériel.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-V-1

Annexe D

K-V- Annexe D

Cette annexe comprend :

Contrat RC IA

Un modèle de la déclaration à utiliser pour tous les événements rentrant dans le cadre des garanties du contrat principal

(hors locaux). Utiliser le dernier imprimé mis à jour daté du 05/2009

Contrat locaux

Constat amiable dégât des eaux à utiliser pour l’assurance locaux des clubs.

(Se procurer l’original auprès de Aon Assurances -Vanda LE DU- 420 rue d’Etienne d’Orves – 92700 COLOMBES

Tél. 0810 300 301 E-mail : aonassurances36 aon.fr.)

Les autres événements ayant trait aux locaux des clubs sont à déclarer sur papier libre.

Ne pas oublier d’indiquer les références du contrat : Contrat n° 130 276 894 Axa France

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-V-2 K-Assurances

Annexe D

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-V-3

Annexe D 02/10/2006

DECLARATION D’EVENEMENT ACCIDENTEL

RENTRANT DANS LE CADRE DES GARANTIES DU CONTRAT

A adresser complétée dans les 5 jours après l’accident ou l’événement à :

Aon Assurances (Vanda LE DU)

420 rue d’Etienne d’Orves – 92700 COLOMBES

Tél. 0810 300 301 E-mail : aonassurances36 aon.fr

Contrat souscrit auprès de la Compagnie AXA F RANCE

sous le numéro 205.000959.992.87 par la FFS


Date de l’accident :

Lieu précis :

ENCADRANT DE L’ACTIVITE

Nom : Prénom :

Adresse :

Numéro de la carte FFS :

VICTIME DE L’ACCIDENT

Nom : Prénom : Date de naissance :

Adresse :

Tel. : Profession :

Situation de famille : Enfants charge :

Nature des blessures : (joindre un certificat médical)

Est-elle droitière ou gauchère ?

Est-elle atteinte d’une invalidité permanente antérieure à l’accident ? OUI NON

Est-elle affiliée au régime ( Encadrer la mention utile ) :

- de la Sécurité Sociale ?

- T.N.S. ?

- Agricole ?

- Autre ?

N° d’immatriculation :

Régime complémentaire : Numéro :

Numéro de la carte FFS : Date de Délivrance :

Nom de l’Association : Tel. :

Adresse :

Option choisie (à encadrer) O PTION I O PTION II O PTION III

(Garantie Individuelle Accident)

Le Mémento du dirigeant

K-V-4 K-Assurances

02/10/2006 Annexe D

ACTIVITE AU MOMENT DE L’ACCIDENT

Exploration OUI NON

Entraînement OUI NON

Opération de secours réelle ou entraînement OUI NON

Autre activité (à préciser) OUI NON

CIRCONSTANCES PRECISES DE L’ACCIDENT

DOMMAGES CAUSES A DES TIERS

Nom du Tiers : Prénom :

Adresse :

Nature des dommages :

RECHERCHE ET SAUVETAGE : OUI NON

Rapport de Gendarmerie - Police - Autre Autorité (laquelle ?)

Nom et Adresse :

TEMOINS DE L’ACCIDENT

Fait à : Le

Signature de la victime

NB - Toute réclamation relative à des frais médicaux, prothèses ou autres découlant de blessures consécutives à l’accident devra

être adressée à Aon, au moyen de l’imprimé joint à l’accusé de réception, après remboursement de la Sécurité Sociale et tous

Organismes en nous adressant les originaux des feuilles de remboursement.

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VI-1

Annexe E

K-VI- Annexe E

Réservé

04/03/2005

Le Mémento du dirigeant

K-VI-2 K-Assurances

Annexe E

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VII-1

Annexe F

K-VII- Annexe F

Cette annexe comprend :

Les instructions applicables à l’assurance FFS, modifiées annuellement.

Modèle de décharge à faire signer par un adhérent qui refuse l’assurance FFS

Modèle de décharge qu’un président de club devra adresser à la FFS s’il refuse le bénéfice du contrat.

INFORMATIONS ASSURANCE

(à lire très attentivement)

Vos interlocuteurs sont Monique Rouchon et Laurent Mangel, salariés au siège et Dominique Lasserre, responsable de la commission. La

gestion des dossiers et la fourniture d’attestations sont faites au siège par Laurent Mangel, la gestion des coupons initiation par Monique

Rouchon. Pour toute demande, vous pouvez aussi adresser un courrier électronique à assurance ffspeleo.fr.

Pour la troisième année consécutive, il n’y a pas d’augmentation pour les assurances individuelles annuelles. L’assurance des locaux de

clubs, CDS, et CSR augmente de l’indexation normale du contrat.

Vous trouverez ci-dessous quelques instructions à respecter impérativement.

1 – Concernant les imprimés

- L’imprimé de déclaration d’événement accidentel a été modifié. Vous devez utiliser celui qui est téléchargeable sur le site de la commission.

Il porte la référence 05/2009.

- Le mémento des garanties a été modifié. Vous devez remettre la nouvelle version référencée 05/2009 téléchargeable sur le site de la commission.

- Les coupons d’initiation : Les instructions référencées 07/10/2008 adressées avec l’appel de cotisation sont maintenues.

- Déclaration manifestation de masse : nouvel imprimé référencé 03/10/2008.

Tous les documents anciens en votre possession doivent être détruits.

2 – Ce qui est à remettre à vos adhérents

- Le mémento des garanties, même s’ils ne souscrivent pas l’assurance, et pour ces derniers leur faire signer la décharge dont le modèle

figure dans le Mémento du dirigeant (page K-VII-2).

- Un exemplaire de la nouvelle déclaration d’accident sauf pour ceux qui ne s’assurent pas FFS.

IMPORTANT : Chaque Président de club doit veiller à l’information des membres de son club concernant les assurances. N’oubliez pas qu’en

matière d’informations, c’est au dirigeant d’apporter la preuve qu’il a fait le nécessaire.

3 – Stages, exercices secours et sorties avec encadrement

Si vous organisez des activités encadrées, vérifiez que chaque participant, cadre ou stagiaire, est bien assuré pour une telle action. Les

titulaires de l’assurance FFS (hors archéo et dirigeant non pratiquant) le sont. Pour les autres, demandez une attestation d’assurance qui

mentionne explicitement l’activité prévue (stage, exercice secours, encadrement…).

4 – Assurés FFCAM (club alpin)

Pour l’année 2008/2009, l’assurance FFCAM, imposée pour la partie Responsabilité civile et facultative pour l’Individuelle accident, exclut

notamment :

- la participation aux secours réels en spéléologie

- l’encadrement d’activités au sein d’une association non affiliée à la FFCAM ou au sein d’une fédération autre que la FFCAM

- les responsabilités prises au sein d’une association non affiliée à la FFCAM ou au sein d’une fédération autre que la FFCAM

En revanche, les assurés FFS sont assurés pour « l’ensemble des garanties prévues au contrat, qu’ils soient ou non sous le contrôle de la

FFS ou de l’organisme affilié dont ils sont membres. »

Là encore, soyez très attentif à ce que les membres de votre club soient réellement assurés pour les activités qu’ils pratiquent.

La commission assurance vous souhaite de bonnes explos 2009, sans accident, et vous demande de l’aider en respectant scrupuleusement

ses conseils.

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-VII-2 K-Assurances

Annexe F

MODÈLE DE DÉCHARGE À FAIRE SIGNER À L’ADHÉRENT D’UN CLUB

QUI REFUSE L’ASSURANCE FFS,

LE CLUB ÉTANT LUI-MÊME ASSURÉ FFS

Cette décharge est à conserver précieusement dans le dossier assurance du club.

Je, soussigné (e) ..................................................................................................demeurant ................................................

................................................................................................................................................................................................

adhérent(e) de l’association ...................................................................................................................................................

.........................................................représentée par son Président .......................................................................................

reconnais avoir reçu la notice « assurance de la FFS » et avoir été informé (e) des conditions de garanties proposées.

En toute connaissance de cause je déclare renoncer au bénéfice de cette assurance 1 ,

- dans la mesure où je bénéficie par ailleurs de garanties au moins équivalentes ;

- et prends l’engagement de souscrire une assurance au moins équivalente.

Je m’engage en outre à fournir, avant toute sortie avec l’association à laquelle j’adhère, une attestation d’assurance confirmant

que je suis bien assuré(e) (en responsabilité civile et individuelle accident) pour la pratique de la spéléologie et éventuellement

les autres activités prévues au contrat de la FFS.

Fait à ...........................................le ........................................


04/03/2005

/ancienne numérotation K-VII-44

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VII-3

Annexe F

1. Rayer la mention inutile.

04/03/2005

Le Mémento du dirigeant

K-VII-4 K-Assurances

Annexe F

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VIII-1

Annexe G

K-VIII-Annexe G

Cette annexe est destinée à recevoir les différentes circulaires ayant trait à l’assurance FFS. Il vous appartiendra de les insérer

au fur et à mesure de leur parution ou de leur mise à jour.

Cette annexe comprend :

Coupons d’initiation, comment les utiliser (dernière circulaire 07/10/2008)

Imprimé pour déclaration d’un manifestation ou opération « initiation de masse »

Vous partez en expédition à l’étranger, comment êtes-vous assuré ?

Organisation de congrès, réunions, assemblées générales, manifestations diverses.

Manifestation sportive et « rave party ».

17/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-VIII-2 K-Assurances

Annexe G

COUPONS D’INITIATION ET INITIATION DE MASSE

COMMENT LES UTILISER

GARANTIES :

La garantie « initiation » correspond à l’option 1 sans indemnités journalières pour les seules initiations aux activités suivantes

 : spéléologie, canyon et plongée.

Elle est proposée sous trois formules : coupon individuel 1 jour, coupon individuel 3 jours et forfait initiation de masse.

Elle n’est accessible qu’aux clubs qui ont opté pour l’assurance FFS (clubs dont au moins les présidents, trésoriers et secrétaires

sont assurés FFS).

SOUSCRIPTION :

Les coupons initiation sont vendus par carnet de 25 (coupon jaune 1 jour) et de 5 (coupon vert 3 jours). Il faut préalablement

les commander au 28 rue Delandine - 69002 LYON en joignant le règlement par chèque à l’ordre de la FFS.

Il faut renvoyer le coupon individuel ou l’imprimé d’initiation de masse avant la date d’utilisation (le cachet de la poste faisant

foi). Il sera validé lors de sa réception au siège sous réserve de l’exactitude des renseignements demandés par la fédération.

Sa validité est strictement subordonnée au respect des conditions d’utilisation et au parrainage.

PARRAINAGE OBLIGATOIRE :

Le parrain est le président ou par délégation écrite de celui-ci le secrétaire, le trésorier du club, du CDS ou de la région ou

tout licencié breveté FFS.

Les individuels brevetés, adhérents FFS peuvent sous certaines conditions obtenir des coupons d’initiation.

Le parrain est lui-même obligatoirement assuré FFS.

CONDITIONS D’UTILISATION :

Toute fausse déclaration concernant le parrainage et/ou l’abus pour tout autre usage que

l’initiation entraîne la nullité du coupon d’initiation (article L 113-8 du code des assurances).

Une initiation est une activité organisée selon les recommandations fédérales pour les sorties d’initiation.

Le coupon 1 jour doit réellement être utilisé pour une seule journée, trajet compris. Au-delà, il faut impérativement utiliser le

coupon 3 jours.

L’initiation de masse est destinée à assurer des manifestations locales (fête du sport…) dont les participants ne sont pas

connus d’avance. Il n’y a pas de limitation quant au nombre de personnes couvertes, il s’agit d’un forfait. L’organisateur doit

noter les noms et adresses des participants et conserver cette liste. Les manifestations organisées dans le cadre des JNS,

aux dates fixées nationalement, sont assurées gracieusement pour la FFS.

Il n’y a pas de limite territoriale pour l’usage du coupon d’initiation. Il est donc valable à l’étranger.

Il n’est pas accessible aux étrangers quels qu’ils soient, sauf s’ils résident et travaillent en France. Cette interdiction ne s’applique

pas aux clubs étrangers ayant été autorisés expressément à bénéficier du contrat FFS.

Son utilisation est interdite dans un cadre professionnel.

Cas particulier pour la carte d’une journée :

Il peut arriver que dans certaines circonstances, il ne soit pas possible de connaître à l’avance le nom des utilisateurs (journée

découverte, fête du sport...). La commission assurance peut vous accorder une dérogation pour l’envoi des coupons après la

manifestation, sous réserve d’en avoir fait la demande au préalable.

Assurance :

Le titulaire d’un coupon d’initiation est considéré comme adhérent temporaire de la FFS. A ce titre, il a la possibilité de participer

aux activités de découverte dans toutes les structures de la Fédération et bénéficie de l’assurance fédérale option 1 sans

indemnité journalière.

Rappel :

La carte d’initiation à la journée doit réellement être utilisée pour une journée seulement, trajet compris. Au-delà,

vous devez impérativement utiliser la carte de 3 jours.

Philippe KERNÉIS

Octobre 2008

07/10/2008

27/10/2005

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VIII-3

Annexe G

MODELE D’IMPRIME À UTILISER

DÉCLARATION D’UNE MANIFESTATION OU OPÉRATION « INITIATION DE MASSE »

CLUB :

Adresse :

N° FFS :

Parrain :

Déclare mettre en place une « initiation de masse » dans le cadre d’une manifestation ou opération :

- nom de la manifestation ou opération

- date - lieu (si possible)

A cet effet, je joins un chèque du montant approprié (cf. F-V-1) à l’ordre de la FFS. Il s’agit d’un forfait et il n’y a pas de limitation

du nombre de personnes couvertes. Je prends note qu’il ne sera pas nécessaire d’adresser ultérieurement de coupons

d’initiation « journées » mais que je vais noter les noms et adresses des participants et conserver cette liste.

Fait à ………………… le………………………………

( signature )

NOTES :

1. La déclaration et le chèque sont à adresser à :

Fédération française de spélologie - 28 rue Delandine - 69002 Lyon.

2. Seuls les clubs qui ont souscrit l’assurance FFS peuvent utiliser cette nouvelle procèdure.

Les clubs non assurés FFS devront s’informer auprès de l’assureur qu’ils ont choisi.

Mise à jour le 18/09/2006

18/09/2006

Le Mémento du dirigeant

K-VIII-4 K-Assurances

Annexe G

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VIII-5

Annexe G

VOUS PARTEZ EN EXPÉDITION À L’ÉTRANGER : COMMENT ÊTES VOUS ASSURÉ

La commission reçoit fréquemment des demandes d’informations de spéléos partant en expédition à l’étranger sur la couverture

assurance de la FFS.

Voici quelques rappels qui devraient vous permettre de vous y retrouver.

ÉTENDUE GÉOGRAPHIQUE

L’assurance FFS couvre le monde entier pour l’ensemble des activités et garanties prévues au contrat. Les garanties sont

également acquises aux ressortissants français, licenciés à la FFS et assurés lorsqu’ils résident en permanence hors de

France (sauf USA/Canada)

EXCEPTION

Les amendes et frais de poursuite à fin pénale (quelque soit le pays et connues aux USA et CANADA sous le nom de « Punitive

damages ou exemplary damages ». (légalement inassurables)

N’oubliez pas que les assurances des groupements sportifs sont des assurances accidents. Elles ne couvrent pas la maladie.

EXCEPTIONS

Sont assimilés à un accident pour la mise en jeu des présentes garanties :

- l’insolation, la congélation, l’électrocution et l’hydrocution, la décompression, l’absorption ou l’inhalation non intentionnelle de

gaz ou de vapeur, l’asphyxie par immersion, l’empoisonnement aigu par poisons violents ou substances vénéneuses, les cas

de rage ou de charbon consécutifs à des piqûres ou morsures d’animaux, l’histoplasmose, l’infarctus.

LES DOMMAGES AUX BIENS CONFIÉS

Si du matériel scientifique et/ ou technique vous est confié pour l’expédition vous bénéficiez de la garantie prévue au contrat

en cas de perte, destruction ou dommages pour un montant de 15.250 euros (franchise 75 euros par sinistre). La déclaration

est à faire dès le retour de l’expé.

Pour faciliter les éventuelles prises en charge de remboursement en cas de sinistre, il est conseillé aux expéditions de déclarer

avant de partir à la CREI ou la Co/assurance le matériel prêté et sa valeur.

L’ASSISTANCE

Il n’y a pas de garantie assistance sur le contrat mais une garantie de remboursement de frais de rapatriement en cas décès

ou d’accident.

En fonction de l’option que vous avez choisie elle est de 1.525 euros à 3.050 euros

En ce qui concerne l’assistance, regardez bien parmi vos documents personnels. En général nous sommes souvent sur assurés

dans ce domaine.

On trouve des assistances avec la carte bleue, la carte visa premier ou gold, la master card, au sein de complémentaires

maladie ou chirurgie, dans des contrats auto etc...

Mais attention certaines ne font que des avances qui doivent être ensuite remboursées au retour en France alors que d’autres

couvrent la totalité dans toutes les circonstances.

C’est quelquefois le cas d’Inter Mutuelle assistance qui ne fait suivant les cas que des avances. Un de mes amis, victime d’un

infarctus aux USA vient d’en faire la triste expérience.

Voilà l’ essentiel de ce qui peut être dit en quelques lignes. Vous pouvez utilement consulter le nouveau mémento des garanties

qui a été adressé à tous les clubs avec l’appel de cotisation.

Toutes ces informations concernent bien entendu des spéléos assurés FFS. Pour les réfractaires il faut qu’ils consultent l’organisme

qu’ils ont choisi.

Michel DECOBERT

Président de la commission asssurances - 07/2003

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-VIII-6 K-Assurances

Annexe G

ORGANISATION DE CONGRES - RÉUNIONS -

ASSEMBLÉES GÉNÉRALES - MANIFESTATIONS DIVERSES

COMMENT ETES VOUS ASSURES

ORGANISMES CONCERNES

Régions - Ligues - CDS - Commissions - Clubs qui ont souscrit l’Assurance FFS.

ORGANISATION.

La Responsabilité Civile générale de l’organisation est garantie par le contrat d’assurances souscrit par la FFS auprès de la

Compagnie « AXA France », sous le Numéro 959 992. par l’intermédiaire du Courtier

Aon Assurances (Vanda LE DU) 420 rue d’Etienne d’Orves – 92700 COLOMBES Tél. : 0810 300 301 (N° AZUR, prix d’un appel local)

Les organismes cités plus haut bénéficient de ce contrat.

GARANTIES

- voir Memento des garanties annexe C

LOCAUX

Les locaux mis à disposition pour des manifestations importantes font souvent l’objet d’une convention.

Il est indispensable qu’un exemplaire de ce document soit adressé à la Commission Assurances de façon à contrôler s’il y a

concordance entre notre contrat et ce qui est exigé par les propriétaires.

En général ils sont assurés par la garantie « occupation temporaire de locaux »

NOTA - Certains organisateurs louent des chapiteaux. Les contrats de location qui leur sont proposés doivent impérativement

être soumis à la Commission avant d’être signés. L’assurance d’un châpiteau coute une petite fortune, il est donc important

de choisir un loueur qui inclus l’assurance dans le coût de la location.

EXPOSITION

Si Les organisateurs prévoient une exposition, ils doivent fournir toutes les informations à la Commission : nature des biens

exposés.- valeur - informations sur les lieux d’exposition.

La couverture peut entrer dans la garantie « dommages aux biens confiés »

VENTE DE MATÉRIEL

Durant la journée chaque vendeur est responsable de son matériel, notamment en cas de vol « à l’étalage » ou autre.

Après la fermeture des stands et des locaux dans lesquels ils se trouvent, le matériel passe sous la responsabilité des organisateurs

qui ont en charge les locaux.

A ce moment là le risque le plus important est le vol. Depuis plusieurs années les différents organisateurs utilisent deux systèmes

qui ont fait leur preuve :

- soit ils confient la garde des locaux à une Société spécialisée qui installe son personnel à l’intérieur, ces personnes étant le

plus souvent accompagnées de chiens spécialement dressés.

- soit ils font eux-mêmes le gardiennage par le biais de spéléos qui bivouaquent à l’intérieur durant la fermeture.

Cela s’est avéré particulièrement efficace et il n’y a plus de vols à déplorer.

DÉMONSTRATIONS

En général, elles sont réalisées par des spéléos. Si, ils ont souscrit l’assurance fédérale, ils sont garantis en cas d’accident

comme s’ils étaient en exploration.

Pour les autres, il leur appartient de contrôler sur leur propre contrat, la commission ne peut pas répondre à leur place.

S’il est proposé au public de participer (à une montée de corde par exemple, ou toute autre activité...) vous pouvez garantir

ces initiations par la formule « initiation de masse ».

REMARQUES.

Sur un tel document qui se veut d’ordre général tout ne peut pas être dit d’autant plus que de nombreuses situations peuvent

se présenter. Il est conseillé aux organisateurs qui prennent contact avec la Commission de poser des questions précises sur

les cas qui les préoccupent et qui ne figurent pas dans le présent document. Il y sera répondu immédiatement.

Michel DECOBERT, Président de la commission assurances

(mise à jour 07/2003)

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-VIII-7

Annexe G

MANIFESTATION SPORTIVE ET RAVE PARTY

Une manifestation à caractère musical est un rassemblement festif au sens de l’article 23-1 de la loi du 21 janvier

1995

Elle doit faire l’objet d’une déclaration auprès du préfet de département

D n° 2002-887, 3 mai 2002 : JO, 7 mai

Arr. 3 mai 2002 : JO, 7 mai

Aux termes de l’article 23-1 de la loi no 95-73 du 21 janvier 1995 inséré par la loi no 2001-1062 du 15 novembre 2001 « les

rassemblements exclusivement festifs à caractère musical, organisés par des personnes privées, dans des lieux qui ne sont

pas au préalable aménagés à cette fin et répondant à certaines caractéristiques fixées par décret en Conseil d’État tenant à

leur importance, à leur mode d’organisation ainsi qu’aux risques susceptibles d’être encourus par les participants, doivent faire

l’objet par les organisateurs d’une déclaration auprès du préfet de département dans lequel le rassemblement doit se tenir »

1. Notion de manifestation à caractère musical

Les compétitions et manifestations sportives ne sont pas concernées, en tant que telles, par cette disposition. Néanmoins, les

organisateurs, personnes privées, qui souhaiteraient, en périphérie de celles-là, mettre en place une animation sous la forme

d’une « manifestation à caractère musical » qui entraînerait un rassemblement au sens de cet article 23-1, seraient soumis à

ce dispositif

Le décret n° 2002-887 du 3 mai 2002 précise les caractéristiques des rassemblements soumis au dispositif institué pris par

son application.

Sont soumis à déclaration préalable les rassemblements répondant à l’ensemble des caractéristiques suivantes :

- diffusion de musique amplifiée :

- effectif prévisible des participants et du personnel supérieur à 250 personnes :

- annonce par voie de presse, diffusion de tracts ou par tout moyen de communication ou de télécommunication

Risques pour la sécurité des participants en raison de l’absence d’aménagement ou de la configuration des lieux :

2. Modalités de la déclaration à effectuer auprès du préfet de département

Le préfet dispose de certains pouvoirs à l’égard des organisateurs de tels rassemblements (prescription de mesures nécessaires

au bon déroulement et interdiction du rassemblement dans les conditions posées par l’article 23-3 de la loi)

Le fait d’organiser un tel rassemblement sans déclaration préalable ou en violation d’une interdiction préfectorale est pénalement

sanctionné (contraventions de 5°classe)

La déclaration doit mentionner les mesures envisagées pour garantir la sécurité, la salubrité

l’hygiène et la tranquillité publiques. Doit être jointe à celle-ci l’autorisation d’occuper le lieu dans lequel le rassemblement

doit se dérouler.

Elle doit être effectuée au plus tard un mois avant la date prévue pour le rassemblement.

L’organisateur qui a préalablement souscrit, dans les conditions fixées par l’arrêté du 3 mai 2002, un engagement de bonne

conduite, dispose toutefois d’un délai réduit à quinze jours pour faire la déclaration.

Le préfet délivre récépissé de la déclaration après constat qu’elle satisfait à l’ensemble des prescriptions de, articles 2 et 3 du

décret du 3 mai 2002.

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-VIII-8 K-Assurances

Annexe G

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IX-1

Les responsabilités de l’employeur

K-IX-Les responsabilités de l’employeur

Préambule

La présente étude doit traiter les diverses responsabilités qui découlent de la qualité d’employeur.

Afin de bien saisir ses particularités et les différences qui existent, elle débordera sur d’autres types de responsabilités qui

serviront de comparatif.

Tous les autres aspects et notamment la responsabilité des présidents en matière d’informations « assurances » ne seront

pas évoqués ici.

Le lecteur, pour compléter son information, voudra bien se reporter au cahier assurance.

Le responsable d’une association sportive, c’est-à-dire son président, peut voir sa responsabilité engagée vis-à-vis de trois

sortes de personnes :

les tiers ;

son ou ses propres salariés ;

les personnes qu’il va faire encadrer ou qui vont participer à une activité de l’association.

1 – Envers les tiers

1.1 – ...de son fait personnel

1.1.1 – L’acte volontaire

Il s’agit de la faute intentionnelle (art. 1382 du Code civil ) que des dispositions légales imposent aux assureurs d’exclure

formellement de leurs garanties.

Art. L. 113.1 alinéa 2 du Code des assurances : « L’assureur ne répond pas des pertes et dommages provenant d’une faute

intentionnelle ou dolosive de l’assuré ».

Il arrive toutefois que dans des circonstances exceptionnelles de survenance les tribunaux imposent aux assureurs la prise

en charge d’un tel événement.

La faute intentionnelle suppose en effet la réunion de deux conditions : la conscience de l’acte et la volonté de provoquer le

dommage.

Ex. : la personne qui fait une tentative de suicide au gaz et qui en même temps fait sauter l’immeuble. Les juges admettent

que la personne a bien voulu se suicider, mais probablement pas faire sauter l’immeuble.

En revanche, et cela fait l’objet d’une partie de notre étude, l’assureur doit prendre en compte les pertes et dommages causés

par des personnes dont il est civilement responsable.

1.1.2 – L’acte non volontaire (négligence, imprudence)

Conformément aux dispositions de l’article 1383 du Code civil , on est responsable des dommages que l’on cause du fait de

sa négligence ou de son imprudence.

Tout ce que commettra un président dans ce cadre là et dans l’exercice de ses fonctions sera pris en compte par l’assureur.

La charge de la preuve aussi bien pour la faute volontaire que non volontaire sera à la charge de la victime.

1.2 – ...du fait de ses préposés

Il s’agit d’un risque très important car il y a présomption de responsabilité pour l’employeur.

1.2.1 – Les textes de référence

Il y a deux textes de référence :

- l’article 1384 al. 5 du Code civil qui dispose :

. « Les maîtres et les commettants [sont responsables] des dommages causés par leurs domestiques et préposés dans les

fonctions auxquelles ils les ont employés » ;

- l’article L.212.1 du Code des assurances qui dispose :

. « L’assureur est garant des pertes et dommages causés par des personnes dont l’assuré est civilement responsable en vertu

de l’article 1384 du CC, quelles que soient la nature et la gravité des fautes de ces personnes ».

L’employeur (ou commettant ) est donc responsable de tous les dommages causés à des tiers par ses proposés. Ce qui peut

s’analyser comme la contrepartie de pouvoir donner des ordres à ses préposés.

voir tableau synoptique à l’annexe 1 (K-X-1)

voir cahier assurance annexe B (K-III-1)

voir cahier assurance annexe B (K-III-1)

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IX-2 K-Assurances

Les responsabilités de l’employeur

1.2.2 – La définition du préposé

Selon la Cour de cassation, le préposé est « celui qui agit pour le compte d’une autre personne, celui qui remplit une fonction

pour le compte de cette dernière, laquelle possède à son égard un pouvoir de surveillance, de direction et de contrôle ».

L’existence d’un contrat de travail ne constitue pas une condition indispensable au lien de préposition.

1.2.3 – les principes de la responsabilité du commettant

Cette responsabilité suppose la réunion de trois conditions cumulatives :

- le lien de préposition ;

- le fait du préposé ;

- le dommage causé pendant l’exercice des fonctions.

Des difficultés pratiquent pourront apparaître sur deux points :

- la détermination du lien de préposition ;

- et le lien entre la fonction et le dommage.

Quand y-a-t-il abus de fonctions ? On est en présence d’une présomption de responsabilité à laquelle l’employeur aura beaucoup

de difficulté à se soustraire.

En terme d’assurance, les contrats couvrant ce risque sont soumis aux dispositions de l’article L. 212.1 (voir supra) qui oblige

l’assureur à garantir tous les dommages provoqués à des tiers par son préposé, y compris ceux commis intentionnellement .

C’est la raison pour laquelle la notion « d’accident » n’apparaît pas, car par définition ce qui est accidentel ne peut pas être

volontaire.

1.2.4 – L’exonération du commettant

Le dommage occasionné par le fait du préposé implique, à priori, que l’auteur exerçait ses fonctions. La charge de la preuve

contraire appartient au commettant.

Un arrêt du 19 mai 1988 rendu en assemblée plénière par la Cour de cassation a énoncé la règle suivante :

« Le commettant ne s’exonère de sa responsabilité que si son préposé a agi hors des fonctions auxquelles il était employé,

sans autorisation, et à des fins étrangères à ses attributions ».

Le commettant doit donc rapporter la triple preuve que son subordonné agissait :

- hors de ses fonctions ;

- sans autorisation ;

- à des fins étrangères à ses attributions.

Ces conditions sont cumulatives.

Ex : un préposé d’une entreprise qui se livre à un vol au préjudice d’un tiers ou un salarié qui détourne des fonds à son profit.

1.2.5 – Le recours du commettant

La responsabilité du commettant représente une garantie pour la victime. Le commettant qui a indemnisé la victime conserve

la possibilité d’un recours contre le préposé en qualité de subrogé.

Bien qu’admis légalement, un tel recours est la plupart du temps voué à l’échec du fait de l’insolvabilité du préposé.

Par ailleurs, l’indemnisation est très souvent le fait d’un assureur auquel le Code des assurances interdit toute action subrogatoire

(recours contre le salarié), hormis le cas de malveillance.

1.3 – ...du fait des choses dont il a la garde

Il s’agit de toutes les choses que l’on a sous sa garde à l’exception :

- des véhicules qui depuis la loi Badinter bénéficient d’une législation qui leur est propre ;

- de la communication d’incendie (art. 1384 al. 2 et 3 du Code civil) ;

- des animaux.

Jusqu’à une date récente les bâtiments détenus en propriété figuraient dans cette énumération. Toute action découlant de la

ruine (ruine étant pris au sens restreint) d’un bâtiment (chute d’une tuile par exemple) ne pouvait être entreprise que sur le

fondement de l’article 1386 du Code civil .

Un arrêt de la Cour de cassation vient d’admettre un recours contre le gardien fondé sur l’article 1384 al. 1. Ce qui revient à

dire que désormais un recours pourra être engagé à l’encontre d’un locataire occupant d’un bâtiment ou de la personne qui

en a l’usage.

voir cahier assurance K-I-9 et K-I-10

voir cahier assurance annexe B (K-III-1)

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IX-3

Les responsabilités de l’employeur

1.3.1 – Le régime juridique

La responsabilité du fait des choses stipulée à l’article 1384 al. 1 du Code civil s’analyse en une présomption de responsabilité

à la charge du gardien de la chose instrument du dommage.

Le gardien est celui qui a l’usage, la direction et le contrôle de la chose. Cela peut être par exemple l’ensemble du matériel

de l’association.

La détention et l’utilisation des biens de l’association par un subordonné n’opèrent pas de transfert de garde.

Il n’y a pas de coïncidence entre propriété et garde de la chose. Néanmoins l’association Personne Morale ou ses dirigeants

sont présumés gardiens de leurs installations, matériels etc… Il appartient au propriétaire de démontrer le transfert

de la garde au moment du dommage.

1.3.2 – Les cas d’exonération

Le gardien de la chose instrument du dommage, présumé responsable, peut s’exonérer en rapportant la preuve d’une cause

étrangère à l’origine du préjudice :

- le cas de force majeure (c’est-à-dire être à la fois imprévisible et irrésistible) ;

- le fait de la victime ;

- le fait d’un tiers.

2 – Envers les salariés

Il s’agit des accidents du travail ou des maladies professionnelles dont peuvent être victimes les salariés dans le cadre de

leurs activités professionnelles.

2.1 – L’accident du travail

2.1.1 – La notion d’accident du travail

Il importe de distinguer les accidents du travail des accidents de trajet, notamment pour déterminer les possibilités de recours

du salarié victime ou de ses ayants droit contre son employeur.

D’une manière générale, la jurisprudence retient qu’il y a accident du travail dès lors qu’on relève une certaine autorité de

l’employeur sur le salarié victime au moment de l’accident.

2.1.2 – Le principe de l’immunité de l’employeur

L’immunité de l’employeur résulte des dispositions de l’article L.451.1 du Code de la sécurité sociale .

En contre partie de cotisations, à charge du seul employeur, les salariés ou leurs ayants droit bénéficiaires des prestations en

cas d’accidents du travail (ou de maladies professionnelles) ne peuvent exercer un recours contre leur employeur ou contre

un cosalarié.

Mais cette immunité comporte des exceptions.

2.1.3 – Les exceptions à l’immunité de l’employeur

Le Code de la sécurité sociale prévoit trois exceptions à l’immunité de l’employeur :

- en cas de faute intentionnelle de l’employeur ou d’un cosalarié (CSS, art. L.452.5) ;

- en cas de faute inexcusable de l’employeur ou d’une personne substituée dans la direction (CSS, art. L.452.1 à L.452.4) ;

- en cas d’accident d’automobile (CSS art. L.455.1.1).

Vous pourrez prendre connaissance de ces articles à l’annexe 2 du présent document.

Les textes du Code de la sécurité sociale ne concernent que les dommages corporels subis par les salariés dans le cadre de

leur travail.

Peuvent donc faire l’objet de recours en droit commun les dommages :

- matériels subis par les préposés ;

- corporels subis par les préposés à la suite d’une maladie professionnelle non reconnue.

2.1.3.1 - En cas de faute intentionnelle de l’employeur ou d’un cosalarié

Lorsqu’un accident du travail est imputable à une faute intentionnelle, commise par l’employeur lui-même ou par un autre

salarié de l’entreprise, la victime (ou ses ayants droit) peut exercer un recours en droit commun contre l’auteur du dommage,

pour la part de préjudice non indemnisée au titre des accidents du travail.

Les caisses primaires de Sécurité sociale sont admises à exercer un recours en remboursement des prestations versées

contre l’auteur de la faute intentionnelle.

voir cet article en annexe 2

voir cahier assurance K-I-9 et K-I-10

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IX-4 K-Assurances

Les responsabilités de l’employeur

Les hypothèses de faute intentionnelle sont néanmoins rares.

Dans une telle situation, la faute intentionnelle d’un préposé sera garantie au titre du contrat d’assurance. En revanche la faute

intentionnelle de l’employeur lui-même reste exclue du champ de l’assurance.

2.1.3.2 - En cas de faute inexcusable de l’employeur

La définition de la faute inexcusable était issue d’un arrêt de la Cour de cassation de 1941.

Cette définition qui figurait dans la précédente étude est désormais remplacée par celle résultant d’une trentaine

d’arrêts rendus par la Cour de cassation le 28 février 2002 à propos de maladies professionnelles liées à l’amiante. Il

s’agit d’un événement d’une dimension exceptionnelle.

« Désormais constitue une faute inexcusable le manquement par un employeur à son obligation de sécurité de résultat

envers son salarié, notamment en ce qui concerne les maladies professionnelles contractées du fait des produits

fabriqués ou utilisés par l’entreprise, dès lors de que l’employeur avait, ou aurait dû avoir, conscience du danger, et

n’a pas pris les mesures nécessaires pour protéger son salarié »

L’utilisation de l’adverbe NOTAMMENT implique que le principe de l’obligation de sécurité de résultat concerne aussi

bien les maladies professionnelles liées ou non à l’amiante que LES ACCIDENTS DU TRAVAIL.

En vertu des articles L.452.1 à L.452.4 du Code de la sécurité sociale, les droits du salarié sont renforcés lorsqu’il est victime

d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle imputable à la faute inexcusable de son employeur ou d’une personne

substituée dans la direction .

Le salarié peut bénéficier d’une majoration de sa rente pour incapacité permanente.

En cas de décès la rente allouée aux ayants droit est majorable.

Le salarié peut en outre demander à son employeur l’indemnisation de ses préjudices complémentaires énumérés à l’article

L.452.3 du Code de la sécurité sociale : souffrances physiques et morales (pretium doloris et préjudice moral), préjudices

esthétique et d’agrément, perte ou diminution de possibilités de promotion professionnelle.

Cette énumération est limitative et exclut toutes autres dépenses. Mais les soucis de l’employeur ne s’arrêtent pas là.

En contrepartie des majorations de rente, la caisse impose une cotisation complémentaire à l’employeur fixée par la Caisse

régionale d’assurance maladie.

L’ensemble de ces indemnités complémentaires, y compris la majoration de cotisation de l’employeur, est garanti par l’assureur.

2.1.3.3 - En cas d’accident d’automobile

2.1.3.3.1 - L’accident de trajet

Selon l’art. L.451.1 du Code de la sécurité sociale, le salarié et les caisses de Sécurité sociale peuvent exercer un recours

en responsabilité contre l’auteur ou contre l’employeur civilement responsable. Cette disposition concerne tous les accidents,

automobile ou non.

2.1.3.3.2 - L’accident automobile du travail

Une très importante modification a été introduite par la loi du 27/01/1993 pour les accidents automobiles survenus pendant le

travail. Un nouvel article L.455.1.1 a été inséré dans le Code de la sécurité sociale.

Ce texte permet aux salariées victimes d’un accident de la circulation et ayant un caractère d’accident du travail, d’obtenir une

indemnisation complémentaire au titre de la loi Badinter.

Il autorise le recours du salarié et de la Sécurité sociale contre le conducteur ou le gardien du véhicule impliqué – employeur

ou préposé – et son assureur.

Ce texte permet aux salariés victimes d’un accident du travail dans les conditions indiquées ci-dessus d’être aussi bien indemnisé

que la victime en général d’un accident de la circulation.

NOTA : il est quelquefois difficile de déterminer s’il y a accident de trajet ou accident de travail à propos des déplacements

effectués dans le cadre de missions.

Dans cette hypothèse, la recherche de l’existence ou non d’une subordination du salarié est nécessaire.

2.2 – Les maladies professionnelles non reconnues

Dans le cas de maladie professionnelle non reconnue par la Sécurité sociale, l’assureur prend en charge dans le cadre de la

responsabilité civile les conséquences pour le salarié de cette maladie.

En dehors de l’amiante qui a fait l’objet d’une législation spéciale, cette garantie n’est appelée à jouer que très rarement.

voir cahier assurance K-I-9

voir un exemple en annexe 3

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-IX-5

Les responsabilités de l’employeur

3 – Envers les personnes extérieures à l’association qui participent à une activité dans

le cadre de la découverte et/ou de l’initiation

Il ne s’agit pas à proprement parler de « clients », sinon on se trouverait dans le cadre du professionnalisme, lequel n’est pas

couvert dans un contrat d’association.

La loi sur les groupements sportifs impose aux assureurs de considérer les sportifs qui participent en commun à une activité

comme tiers entre eux.

De même les tribunaux se refusent à considérer ces relations comme étant du domaine contractuel.

On est donc dans le même cadre de responsabilité que celui traité au paragraphe 1 mais avec des contraintes nettement

supérieures.

Ce créneau de la responsabilité est indiqué ici car il est dans la droite ligne du sujet qui nous préoccupe « la responsabilité

de l’employeur », dans la mesure ou dans l’avenir les sorties d’initiation et de découverte pourront être encadrées par des

salariés des associations.

Vous pourrez utilement vous reporter au cahier assurance qui traite largement ce sujet avec les jurisprudences correspondantes.

4 – La responsabilité pénale

Les différents cas de responsabilité civile que nous venons de voir peuvent suivant les circonstances conduire à une responsabilité

pénale. Il faut bien distinguer la responsabilité pénale de la responsabilité civile.

« La responsabilité pénale vise à sanctionner une personne qui commet une infraction, c’est-à-dire qui enfreint une règle de

droit destinée à protéger la société. »

« La responsabilité civile est l’obligation légale qui incombe à une personne de réparer le dommage causé à autrui ».

Un salarié qui va commettre une faute dans l’exercice de ses fonctions, par exemple dans l’encadrement d’une sortie de découverte,

faute qui va conduire à un accident corporel, pourra faire l’objet de poursuite sur le plan pénal, alors que civilement

son employeur sera responsable de l’indemnisation.

5 – Le véhicule utilisé par le préposé

Le point qui va être traité dans ce paragraphe concerne la clause d’usage du véhicule.

Il aurait été trop simple que les assureurs se mettent d’accord sur des clauses types. Chacun dispose de ses propres clauses,

souvent en fonction de ses politiques tarifaires, si bien que l’on se trouve en présence d’un nombre impressionnant de clauses

diverses quant à l’usage du véhicule.

Vous trouverez à l’annexe 4 quelques exemples de clauses, les unes conseillées, les autres à proscrire.

N’oubliez pas qu’une clause qui ne correspond pas à l’usage réel peut amener l’assureur à vous appliquer une règle proportionnel

de prime.

En quoi consiste la règle proportionnelle de prime ?

L’omission ou la déclaration inexacte de la part de l’assuré dont la mauvaise foi n’est pas établie, constatée après sinistre,

entraîne une réduction de l’indemnité « en proportion du taux de primes payées par rapport au taux de primes qui auraient été

dus si le risque avait été complètement et exactement déclaré ».

Ex. : vous avez payé 4 000 € alors que vous auriez dû payer 5 000 €. Cela représente 25 % en moins. L’indemnité sera réduite

dans la même proportion soit de 25 %.

Comme la règle proportionnelle n’est pas opposable aux tiers, l’assureur indemnisera normalement la victime et se retournera

contre vous pour récupérer ces 25 % (et pour cela il n’y a pas d’assurance possible).

Quelle clause choisir ?

5.1 – Véhicule appartenant à l’association

Il y a peu de chance pour que le véhicule soit utilisé sur un trajet fixe, ce qui est surtout du ressort d’un salarié sédentaire.

La clause d’usage doit vous permettre d’utiliser le véhicule à tout moment pour les besoins de l’association, sans pour autant

tomber dans les excès de la clause tournée qui est la plus élevée en matière tarifaire.

Il doit pouvoir être utilisé par votre salarié pour le compte de l’association.

5.2 – Véhicule appartenant au salarié

La clause « promenade/trajet » habituellement mentionnée sur les contrats des salariés doit être proscrite. Votre salarié n’aura

pas un lieu de travail fixe notamment s’il encadre des sorties ou effectue pour votre compte diverses démarches.

Il devra avoir une clause lui permettant d’utiliser son véhicule pendant ses heures de travail.

Il s’agira la plupart du temps d’une clause dite « affaires ».

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-IX-6 K-Assurances

Les responsabilités de l’employeur

Vous devez donc vous informer de la clause figurant sur le contrat de votre salarié au besoin par une demande directe à l’assureur

en lui donnant des précisions sur l’usage qui sera fait du véhicule.

Si par mégarde la clause du contrat ne correspondait pas, en cas d’accident provoqué pendant les heures de travail, vous

seriez directement mis en cause.

Le contrat de la FFS prévoit dans un tel cas la garantie de l’employeur.

Mais un arrêt de la Cour de cassation rendu le 9 juillet 2003 a obligé l’assureur du véhicule du salarié à payer les indemnités

dues, malgré une clause non conforme à l’usage, et mis hors de cause l’assurance de l’employeur.

Il reste que l’assureur du salarié peut exercer un recours contre son assuré pour récupérer les sommes payées au-delà de la

règle proportionnelle.

Cette dernière décision montre une fois de plus combien il faut être vigilant dans les clauses d’usage des véhicules.

Commission Assurance - Michel DECOBERT – 07/2003

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-X-1

Annexe 1 - Tableau synoptique de la responsabilité

K-X-Annexe 1 - Tableau synoptique de la responsabilité

PENDANT L’EXERCICE DE SES ACTIVITES

LE PRESIDENT D’UNE ASSOCIATION PEUT VOIR SA RESPONSABILITE RECHERCHEE

envers les

TIERS SALARIES INITIES

de son fait

PERSONNEL

du fait

d’AUTRUI

notamment de ses

préposés dans

l’exercice de leurs

fonctions

du fait des

CHOSES

dont il a la garde

du fait des dommages

SUBIS par ces derniers dans

l’exercice de leurs fonctions

du fait des dommages

CAUSÉS aux biens confiés

article 1789 du Code Civil

1382, acte volontaire

1983, acte non volontaire

(négligence,

imprudence)

1384, alinéa 5 1384, alinéa 1

du fait des installations

du matériel

des marchandises...

1384, alinéa 2

Communication d’incendie

1385

du fait des animaux

1386

du fait des bâtiments

dont il est propriétaire

1384 alinéa 1

du fait des bâtiments

dont il est gardien

faute intentionnelle

faute inexcusable

accident du travail

accident automobile

DU FAIT DE LA MAUVAISE

EXECUTION DE LA

PRESTATION

PROMISE

Loi du 9 avril 1998 sur

accidents du travail

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-X-2 K-Assurances

Annexe 1 - Tableau synoptique de la responsabilité

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-XI-1

Annexe 2 - Articles du code de la sécurité sociale

K-XI-Annexe 2 - Articles du code de la sécurité sociale

Art. L. 451-1 (L. n° 94-43, 18 janv. 1994). Sous réserve des dispositions prévues aux articles L.452-1 à L.452-5, L. 454-1,

L.455-1, L. 455-1-1 et L. 455-2 aucune action en réparation des accidents et maladies mentionnés par le présent livre ne peut

être exercée conformément au droit commun, par la victime ou ses ayants droit.

Art. L. 452-1. -Lorsque l’accident est dû à la faute inexcusable de l’employeur ou de ceux qu’il s’est substitués dans la direction,

la victime ou ses ayants droit ont droit à une indemnisation complémentaire dans les conditions définies aux articles

suivants.

Art. L. 452-2. -Dans le cas mentionné à l’article précédent, la victime ou ses ayants droit reçoivent une majoration des indemnités

qui leur sont dues en vertu du présent livre.

(L. n° 89-474, 10 juill. 1989) « Lorsqu’une indemnité en capital a été attribuée à la victime, le montant de la majoration ne peut

dépasser le montant de ladite indemnité. »

(L. n° 89-474, 10 juill. 1989) « Lorsqu’une rente a été attribuée à la victime, le montant de la majoration » est fixé de telle sorte

que la rente majorée allouée à la victime ne puisse excéder, soit la fraction du salaire annuel correspondant à la réduction de

capacité, soit le montant de ce salaire dans le cas d’incapacité totale.

En cas d’accident suivi de mort, le montant de la majoration est fixé sans que le total des rentes et des majorations servies à

l’ensemble des ayants droit puisse dépasser le montant du salaire annuel ; lorsque la rente d’un ayant droit cesse d’être due,

le montant de la majoration correspondant à la ou aux dernières rentes servies est ajusté de façon à maintenir le montant

global des rentes majorées tel qu’il avait été fixé initialement ; dans le cas où le conjoint survivant recouvre son droit à la rente

en application du troisième alinéa de l’article L. 434-9, la majoration dont il bénéficiait est rétablie à son profit.

Le salaire annuel et la majoration (L. n° 89-474, 10 juill. 1989) « visés au troisième et au quatrième alinéas du présent article »

sont soumis à la revalorisation prévue pour les rentes par l’article L. 434-17.

La majoration est payée par la caisse, qui en récupère le montant par l’imposition d’une (L. n° 87-39, 27 janv. 1987) « cotisation

complémentaire » dont le taux et la durée sont fixés par la caisse régionale d’assurance maladie sur la proposition de la

caisse primaire, en accord avec l’employeur, sauf recours devant la juridiction de la Sécurité sociale compétente.

La (L. n° 87-39, 27 janv. 1987) « cotisation complémentaire » ainsi prévue ne peut être perçue au-delà d’une certaine durée et

son taux excéder ni une fraction de la cotisation normale de l’employeur, ni une fraction des salaires servant de base à cette

cotisation.

Dans le cas de cession ou de cessation de l’entreprise, le capital correspondant aux arrérages à échoir est immédiatement

exigible.

Art. L. 452-3. -Indépendamment de la majoration de rente qu’elle reçoit en vertu de l’article précédent, la victime a le droit de

demander à l’employeur devant la juridiction de Sécurité sociale la réparation du préjudice causé par les souffrances physiques

et morales par elle endurées, de ses préjudices esthétiques et d’agrément ainsi que celle du préjudice résultant de la

perte ou de la diminution de ses possibilités de promotion professionnelle. Si la victime est atteinte d’un taux d’incapacité permanente

de 100 %, il lui est alloué, en outre, une indemnité forfaitaire égale au montant du salaire minimum légal en vigueur

à la date de consolidation. De même, en cas d’accident suivi de mort, les ayants droit de la victime mentionnés aux articles L.

434- 7 et suivants, ainsi que les ascendants et descendants qui n’ont pas droit à une rente en vertu desdits articles peuvent

demander à l’employeur réparation du préjudice moral devant la juridiction précitée.

La réparation de ces préjudices est versée directement aux bénéficiaires par la caisse qui en récupère le montant auprès de

l’employeur.

Art. L.452-4. -A défaut d’accord amiable entre la caisse et la victime ou ses ayants droit d’une part, et l’employeur d’autre part,

sur l’existence de la faute inexcusable reprochée à ce dernier, ainsi que sur le montant de la majoration et des indemnités

mentionnées à l’article L. 452-3, il appartient à la juridiction de la Sécurité sociale compétente, saisie par la victime ou ses

ayants droit ou par la caisse primaire d’assurance maladie, d’en décider. La victime ou ses ayants droit doivent appeler la

caisse en déclaration de jugement commun ou réciproquement.

(L. n° 87-39,27 janv. 1987) « L’auteur de la faute inexcusable est responsable sur son patrimoine personnel des conséquences

de celle-ci. L’employeur peut s’assurer contre les conséquences financières de sa propre faute inexcusable ou de la faute

de ceux qu’il s’est substitués dans la direction de l’entreprise ou de l’établissement.

Des actions de prévention appropriées sont organisées dans des conditions fixées par décret, après consultation des organisations

représentatives des employeurs et des salariés.

Lorsque l’accident est dû à la faute inexcusable d’un employeur garanti par une assurance à ce titre, la caisse régionale d’assurance

maladie peut imposer à l’employeur la cotisation supplémentaire mentionnée à l’article L. 242- 7. Le produit en est

affecté au fonds national de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ».

Le paiement des (L. n° 87-39, 27 janv. 1987) « cotisations complémentaires » prévues à l’article L. 452-2 et, au cas de cession

ou de cessation de l’entreprise, le paiement du capital mentionné au même article sont garantis par privilège dans les

conditions et au rang fixés par les articles L. 243-4 et L. 243-,5.

Art. L. 452.5. -Si l’accident est dû à la faute intentionnelle de l’employeur ou de l’un de ses préposés, la victime ou ses ayants

droit conserve contre l’auteur de l’accident le droit de demander la réparation du préjudice causé, conformément aux règles

du droit commun, dans la mesure où ce préjudice n’est pas réparé par application du présent livre.

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-XI-2 K-Assurances

Annexe 2 - Articles du code de la sécurité sociale

Les caisses primaires d’assurance maladie sont tenues de servir à la victime ou à ses ayants droit les prestations et indemnités

mentionnées par le présent livre. Elles sont admises de plein droit à intenter contre l’auteur de l’accident une action en

remboursement des sommes payées par elles.

Si des réparations supplémentaires mises à la charge de l’auteur responsable de l’ accident, en application du présent article,

sont accordées sous forme de rentes, celles-ci doivent être constituées par le débiteur dans les deux mois de la décision définitive

ou de l’accord des parties à la Caisse nationale de prévoyance suivant le tarif résultant du présent code.

(L. n° 87-39, 27 janv. 1987) « Dans le cas prévu au présent article », la caisse régionale d’assurance maladie peut imposer à

l’employeur la cotisation supplémentaire mentionnée à l’article L. 242- 7.

Art. L. 453.1. -Ne donne lieu à aucune prestation ou indemnité, en vertu du présent livre, l’accident résultant de la faute intentionnelle

de la victime. Celle-ci peut éventuellement prétendre aux prestations dans les conditions prévues au livre 111 sous

réserve des dispositions de l’article L. 375-1.

Lors de la fixation de la rente, le conseil d’administration de la caisse ou le comité ayant reçu délégation à cet effet peut, s’il

estime que l’accident est dû à une faute inexcusable de la victime, diminuer la rente prévue au titre 111 du présent livre, sauf

recours du bénéficiaire devant la juridiction compétente.

Lorsque l’accident a été causé intentionnellement par un des ayants droit de la victime mentionnés aux articles L. 434-7 et

suivants, celui-ci est déchu de tous ses droits au regard du présent livre. Ces droits sont transférés sur la tête des enfants et

descendants mentionnés à l’article L. 434-10, ou, à défaut, sur la tête des autres ayants droit.

Art. L. 454.1. -Si la lésion dont est atteint l’assuré social est imputable à une personne autre que l’employeur ou ses préposés,

la victime ou ses ayants droit conserve contre l’auteur de l’accident le droit de demander la réparation du préjudice causé,

conformément aux règles de droit commun, dans la mesure où ce préjudice n’est pas réparé par application du présent livre.

Les caisses primaires d’assurance maladie sont tenues de servir à la victime ou à ses ayants droit les prestations et indemnités

prévues par le présent livre, sauf recours de leur part contre l’auteur responsable de l’accident, dans les conditions

ci-après ; ce recours est également ouvert à l’État et aux institutions privées, lorsque la victime est pupille de l’éducation surveillée,

dans les conditions définies par décret.

Si la responsabilité du tiers auteur de l’ accident est entière ou si elle est partagée avec la victime, la caisse est admise à

poursuivre le remboursement des prestations mises à sa charge à due concurrence de la part d’indemnité mise à la charge

du tiers qui répare l’atteinte à l’intégrité physique de la victime, à l’exclusion de la part d’indemnité, de caractère personnel,

correspondant aux souffrances physiques ou morales par elle endurées et au préjudice esthétique et d’agrément. De même,

en cas d’accident suivi de mort, la part d’indemnité correspondant au préjudice moral des ayants droit leur demeure acquise.

Si la responsabilité du tiers est partagée avec l’employeur, la caisse ne peut poursuivre un remboursement que dans la mesure

où les indemnités dues par elle en vertu du présent livre dépassent celles qui auraient été mises à la charge de l’employeur

en vertu du droit commun.

Dans le cas où les rentes prévues au 4° de l’article L. 431-1 sont inférieures à la réparation de même nature due à la victime

ou à ses ayants droit par application des dispositions du présent article, les rentes supplémentaires peuvent être allouées sous

forme de capital. Celles qui ne seraient pas allouées en capital doivent, dans les deux mois de la décision définitive ou de

l’accord des parties, être constituées par le débiteur à la Caisse nationale de prévoyance suivant le tarif résultant du présent

code.

(Ord. n° 96-51, 24 janv. 1996, art. 10-1) « En contrepartie des frais qu’elle engage pour obtenir le remboursement mentionné

au troisième alinéa ci-dessus, la Caisse d’assurance maladie à laquelle est affilié l’assuré social victime de l’accident recouvre

une indemnité forfaitaire à la charge du tiers responsable et au profit du fonds national des accidents du travail de l’organisme

national d’assurance maladie. Le montant de cette indemnité est égal au tiers des sommes dont le remboursement a été obtenu,

dans les limites d’un montant maximum de 5000 F et d’un montant minimum de 500 F .

Cette indemnité est établie et recouvrée par la caisse selon les règles et sous les garanties et sanctions prévues au chapitre

III du titre III et aux chapitres II, III et IV du titre IV du livre 1er ainsi qu’aux chapitres III et IV du titre IV du livre II applicables

au recouvrement des cotisations de sécurité sociale.

Lorsque l’assuré victime de l’accident est affilié au régime agricole, l’indemnité est recouvrée selon les règles et sous les garanties

et sanctions prévues au chapitre II, III et IV du titre IV du livre 1er ainsi qu’à l’article 1143-2 du Code rural. »

Art. L. 455-1. -Si l’accident dont le travailleur est victime dans les conditions prévues à l’article L. 411-2 est causé par l’employeur

ou ses préposés ou, plus généralement, par une personne appartenant à la même entreprise que la victime, il est fait

application, à l’encontre de l’auteur responsable de l’accident, des dispositions des articles L. 454-1 et L. 455-2.

Art. L. 455.1.1 (L. n° 93-121, 27 janv. 1993. L. n° 94-43, 18janv. 1994). -La victime ou ses ayants droit et la caisse peuvent

se prévaloir des dispositions des articles L. 454-1 et L. 455-2 lorsque l’accident défini à l’article L.411-1 survient sur une voie

ouverte à la circulation publique et implique un véhicule terrestre à moteur conduit par l’employeur, un préposé ou une personne

appartenant à la même entreprise que la victime.

La réparation complémentaire prévue au premier alinéa est régie par les dispositions de la loi nO85-677 du 5 juillet 1985

tendant à l’amélioration de la situation des victimes d’accidents de la circulation et à l’accélération des procédures d’indemnisation.

762,25 €

76,22 €

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-XII-1

Annexe 3 - Exemple des conséquences de la faute inexcusable de l’employeur

K-XII-Annexe 3 - Exemple des conséquences

de la faute inexcusable de l’employeur

Les conséquences de la faute inexcusable sont assurables, en général au moyen d’une clause dont texte ci-joint.

Lorsqu’un accident du travail ou une maladie professionnelle atteignant un préposé de l’assuré résulte de la faute inexcusable

de l’assuré ou d’une personne que l’assuré s’est substituée dans la direction de son entreprise, l’assureur garantit le remboursement

des sommes. dont il est redevable à l’égard de la Caisse primaire d’Assurance Maladie :

a) au titre des cotisations supplémentaires prévues à l’article L 452-2 du Code de la Sécurité sociale

b) au titre de l’indemnisation complémentaire à laquelle la victime est en droit de prétendre aux termes de l’article L 452-3 du

Code de la Sécurité sociale.

Conséquences de la faute inexcusable

Une fois reconnue par le juge, la faute inexcusable qui se trouve à l’origine de l’accident dont a été victime le salarié, va permettre

à ce dernier ou à ses ayants droit de bénéficier de majoration de rentes ainsi que d’indemnités complémentaires.

Majoration de rentes

La rente allouée à la victime, dont l’importance variera du reste selon le degré de gravité de la faute commise, ne peut excéder

la fraction de salaire annuel correspondant à la réduction de capacité.

Un exemple chiffré permettra de comprendre cette formulation :

Un salarié victime d’un accident du travail, dû à la faute inexcusable de son employeur, demeure atteint d’une incapacité

permanente partielle dont le taux « fonctionnel » est fixé à 70 % à dire d’expert.

La rente normale est calculée comme suit :

fixation du taux pondéré : jusqu’à 50 % le taux « fonctionnel » compte pour moitié et au-delà il compte pour 1,5 ce qui donne :

50/2=25+(20+10=30)=55%

pour un salaire annuel de 17.000 euros , la rente sera de : 17.000 x 55% = 9.350 euros

Toutefois, la réduction de capacité de la victime s’établissant à 70 %, sa perte économique annuelle est en fait de :

17.000 x 70% = 11.900 euros

C’est donc la différence : 11.900 – 9350 = 2.550 euros

qui constituera le maximum de majoration de rente, pouvant être mis à la charge personnelle de l’employeur.

En cas d’accident mortel, la rente majorée ne pourra excéder le montant du salaire annuel de la victime, sera répartie entre

les ayants droit.

Enfin conformément à l’article 29 de la loi du 6 décembre 1976 : « la majoration est payée par la caisse, qui en récupère le

montant par l’imposition d’une cotisation supplémentaire dont le taux ne saurait excéder 50 % de la cotisation normale, ni 3 %

du montant des salaires servant de base à la cotisation, et qui ne pourra être perçue au-delà de 20 ans »

Indemnités complémentaires de droit commun

Elles ont leur fondement dans l’article 29 loi du 6 décembre 1976

« Indépendamment de la majoration de rente la victime a le droit de demander à l’employeur la réparation du préjudice causé

par les souffrances d’agrément, ainsi que celle du préjudice résultant de la perte ou de la diminution de ses possibilités de

promotion professionnelle... »

« De même en cas d’accident suivi de mort les ayants droit de la victime, (... ) ainsi que les ascendants et descendants qui

n’ont pas droit à une rente... peuvent demander à l’employeur réparation du préjudice moral ( ... ) ».

Là encore, les indemnités accordées par le juge à la victime ou à ses ayants droit seront versées aux intéressés par la caisse

de Sécurité sociale, qui exercera ensuite un recours contre l’employeur appelé à payer « sur son patrimoine personnel ». ou

par le biais de son assurance

Ainsi donc, on peut dire qu’en cas de faute inexcusable, le chef d’entreprise sera amené à supporter le poids de sommes qui,

ajoutées aux versements normalement effectués par la Sécurité sociale, viendront en quelque sorte abolir le caractère forfaitaire

du régime obligatoire de réparation.

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-XII-2 K-Assurances

Annexe 3 - Exemple des conséquences de la faute inexcusable de l’employeur

Le Mémento du dirigeant

K-Assurances K-XIII-1

Annexe 4 - Exemples de clauses d’usage d’un véhicule

K-XIII-Annexe 4 - Exemples de clauses d’usage d’un véhicule

Quelques exemples de clauses d’usage d’un véhicule

conseillées pour un salarié d’EDS

Clause Tous déplacements

Le sociétaire déclare que le véhicule est utilisé pour des déplacements privés et professionnels mais ne sert en aucun cas

à des transports onéreux de marchandises ou de personnes même à titre occasionnel.

Clause Déplacements privés et professionnels

Le sociétaire déclare que le véhicule est utilisé pour des déplacements privés et professionnels, mais ne sert en aucun cas à

des tournées, visites régulières de clientèle, dépôts, succursales ou agences ni pour des transports onéreux de marchandises

ou de personnes, même à titre occasionnel.

Clause Tous déplacements

Le véhicule assuré est utilisé pour des déplacements privés ou professionnels et ne sert, en aucun cas, à des transports

rémunérés de personnes ou de marchandises, même à titre occasionnel.

Clause Affaire ou commerce

Le véhicule assuré est utilisé pour des déplacements privés ou professionnels et ne sert, en aucun cas, à des tournées

régulières de visite de clientèle, agences, dépôts, succursales ou chantiers, ni à des transports rémunérés de personnes ou

de marchandises, même à titre occasionnel.

Clause Affaires - Déplacements techniques et commerciaux

Vous déclarez :

1 / que le véhicule assuré est utilisé pour :

- des déplacements privés,

- le trajet entre le domicile et le lieu de travail,

- effectuer des déplacements professionnels pour les besoins d’une activité comportant des visites de

clientèle à but technique comme par exemple la réparation, l’entretien ou la mise en place d’un matériel,

- effectuer des déplacements professionnels pour les besoins d’une activité libérale, commerciale ou de prestation de service

2/ que le véhicule assuré n’est jamais utilisé

- pour effectuer d’autre tournées régulières de clientèle, des tournées de chantiers, d’entrepôts, d’agences ou de succursales,

- pour des transports à titre onéreux de voyageurs ou de marchandises.

Clause - Tous déplacements

Vous déclarez -.

1/ que le véhicule assuré est utilisé pour :

- des déplacements privés,

- effectuer tous déplacements professionnels y compris des tournées régulières de clientèle, de chantier, d’entrepôts, d’agences

ou de succursales ;

2/ que le véhicule assuré n’est jamais utilisé

- pour des transports à titre onéreux de voyageurs ou de marchandises.

30/10/2006

Le Mémento du dirigeant

K-XIII-2 K-Assurances

Annexe 4 - Exemples de clauses d’usage d’un véhicule

Clauses a proscrire car ne correspondant pas a

l’usage d’un animateur d’EDS

Clause Promenade – Trajet

Le Sociétaire déclare que le véhicule est utilisé pour des déplacements privés et ne sert aucun cas, même à titre occasionnel,

pour les besoins d’une profession, excepté pour le seul trajet aller et retour du domicile au lieu de travail.

Clause Salariés Déplacements privés et trajet

Le conducteur habituel exerce la profession déclarée au contrat en qualité de salarié sédentaire, et n’exerce aucune autre

activité professionnelle, salariée ou non, même à titre occasionnel.

Le véhicule assuré n’est utilisé que pour des déplacements privés et par le conducteur habituel ou son conjoint, s’il est également

salarié sédentaire, pour effectuer le trajet du domicile jusqu’au lieu de travail et en revenir.

Le véhicule assuré ne sert donc en aucun cas, même occasionnellement, pour l’exercice d’une profession ou, a d’autres personnes,

pour effectuer totalement ou partiellement le trajet du domicile jusqu’à un lieu de travail Ou d’études et en revenir.

Promenade trajet 1

Vous déclarez que le véhicule assuré est utilisé pour des déplacements privés et ne sert en aucun cas pour les besoins ou

à l’occasion d’une activité professionnelle, excepté pour le trajet entre le domicile et le lieu de travail,ce dernier étant fixe et

unique.

Promenade trajet 2

Vous déclarez que le véhicule assuré est utilisé pour des déplacements privés, le trajet entre le domicile et un ou plusieurs

lieux de travail fixes, mais ne sert pas, sauf à titre accessoire, pour les besoins d’une activité professionnelle.

30/10/2006__


Navigation

Articles de la rubrique

  • l’annexe K